Yéghiché Tcharents, poète.

Yéghiché (Élisée) Tcharents, Tcharents signifiant « de ce qui est mal » en grabar), né Soghomonian, le 13 mars 1897 à Kars et assassiné le 27 novembre 1937 à Erevan, est un poète arménien. Poète décapité dans sa patrie amputée, mort à 40 ans, le poète du Pays Naïri est considéré comme le père de la littérature de l’Arménie moderne.


Les parents de Tcharents quittent Maku en 1882. C’est en 1897 que naît Yéghiché Tcharents à Kars (alors Arménie occidentale), où il passe son enfance et sa jeunesse. C’est à cette époque qu’il découvre la littérature, la poésie arménienne et russe, François Villon, Dante, Victor Hugo et les poètes symbolistes.

Continuer la lecture de « Yéghiché Tcharents, poète. »

Rouben Mamoulian, réalisateur et producteur de cinéma.

Rouben Mamoulian est un réalisateur et producteur de cinéma américain d’origine arménienne, né le 8 octobre 1897 à Tiflis (Empire russe, aujourd’hui Tbilissi, Géorgie) et mort le 4 décembre 1987 à Los Angeles (États-Unis). Il réalisa le premier film en couleurs (Technicolor) de l’histoire du cinéma, Becky Sharp, en 1935.


Rouben Mamoulian naît dans une famille arménienne de l’Empire tsariste. Son père, Zachary Mamoulian, était un banquier et sa mère, Virginia Kalantarian, dirigeait la société théâtrale de Tbilissi.

Après avoir suivi ses études secondaires au Lycée Montaigne de Paris, Rouben Mamoulian rentre en Russie pour suivre des études de droit à l’université de Moscou, il abandonne ses études de droit pour suivre des cours d’art dramatique auprès d’Evgueni Vakhtangov, élève de Constantin Stanislavski.

Continuer la lecture de « Rouben Mamoulian, réalisateur et producteur de cinéma. »

Jivani, barde et poète.

Jivani ( arménien : Ջիվանի , 1846-1909), né Serob Stepani Levonian,  également connu sous le nom de Serovbe Stepani Benkoyan , arménien : Սերովբե Ստեփանի Բենկոյան ), était un ashugh ( barde ) et poète arménien.


Jivani est né à Kartsakhi , près d’ Akhalkalaki , en Géorgie . Il est devenu orphelin à l’âge de 8 ans, son oncle s’est occupé de lui. Il a appris la composition musicale et l’interprétation sur kemanche et violon avec le soutien du maître Ghara-Ghazar. En 1866, avec Gusan Sazain (Aghajan), Jivani s’installe à Tbilissi , où il poursuit ses activités musicales. Le développement ultérieur de l’art de Jivani est lié à Alexandropol ( Gyumri) et sa culture musicale. Il y vécut et y travailla en 1868–1895. À Alexandropol, il a dirigé un cercle de collègues chanteurs gusan et a reçu le titre honorifique d’ ustabashi (principal maître). Jivani a eu des concerts dans toute la Transcaucasie , y compris à Batoumi , Bakou , Kars et Tbilissi . En 1895, il revient à Tbilissi .

Continuer la lecture de « Jivani, barde et poète. »