Amadeo de Souza-Cardoso, peintre.

Amadeo de Souza-Cardoso né le 14 novembre 1887 à Manhufe, dans la paroisse de Mancelos, à Amarante, et mort le 25 octobre 1918 à Espinho, est un peintre portugais, précurseur de l’art moderne.


Sa famille était riche et elle l’incita à s’inscrire en faculté de droit à l’Université de Coimbra, mais en 1905, il abandonna son cursus de droit pour suivre des cours d’architecture à l’Académie des beaux-arts de Lisbonne. Ce cours ne le satisfaisant pas non plus, il partit pour Paris en 1906, s’installant à Montparnasse avec l’intention de continuer à étudier. Ses premières expériences artistiques connues sont des dessins et des caricatures, après quoi il se consacra à la peinture. Influencé par l’impressionnisme, l’expressionnisme, le cubisme et le futurisme, il refusa cependant toute étiquette.

En juin 1907, il commence à se consacrer à la peinture et se considère déjà comme un artiste dans les lettres qu’il écrit à sa mère. Au cours de l’été, il part en Bretagne en compagnie de son collègue, le peintre Eduardo Viana. Ils séjournent à Pont-l’Abbé, avant de visiter la Normandie. La rétrospective de Gauguin présentée au Salon d’automne, l’année précédente, au moment de son arrivée à Paris, a été déterminante dans sa compréhension de la peinture moderne, et ce voyage en Bretagne s’inscrit dans cette exploration et appréhension des réalités qui le fascinent. Au retour de Bretagne, une nouvelle révélation a lieu avec la rétrospective de Cézanne, au Salon d’automne.

Continuer la lecture de « Amadeo de Souza-Cardoso, peintre. »

Aquilino Ribeiro, journaliste, critique et diplomate.

Aquilino Ribeiro est un écrivain, journaliste, critique et diplomate portugais né le 13 septembre 1885 à Sernancelhe, et mort à Lisbonne le 27 mai 1963.


Considéré comme l’un des romanciers les plus féconds de la première moitié du XXe siècle, il inaugure son œuvre en 1907 avec le feuillet A filha do jardineiro, et enchaine avec la publication en 1913 des contes du Jardim das Tormentas et le roman A Via Sinuosa, en 1918, qui l’inscrivent au centre de la scène littéraire portugaise. Il ne cessera dès lors plus de publier, laissant une œuvre considérable : des dizaines de romans, biographies, recueils de contes et nouvelles, mémoires, essais historiques, articles de critique littéraire et traductions. Son livre Cinco réis de gente, des mémoires publiés en 1945, est considéré comme son chef-d’œuvre. Il a également écrit des livres pour enfants, dont Le Roman de la renarde, illustrée par Benjamin Rabier.

Connu pour ses positions anarchistes, emprisonné à plusieurs reprises, Aquilino Ribeiro a été forcé de s’exiler en France et en Espagne dans les années 1910 et 1920. Son nom est proposé au Prix Nobel de Littérature en 1960 par Francisco Vieira de Almeida, avec le soutien de José Cardoso Pires, David Mourão-Ferreira, Urbano Tavares Rodrigues, José Gomes Ferreira, Maria Judite de Carvalho, Mário Soares, Vitorino Nemésio, Abel Manta, Alves Redol, Luísa Dacosta, Vergílio Ferreira, parmi bien d’autres.

Continuer la lecture de « Aquilino Ribeiro, journaliste, critique et diplomate. »

Fernando Pessoa, écrivain, critique et poète.

Fernando António Nogueira Pessoa est un écrivain, critique, polémiste et poète portugais trilingue1 (principalement portugais, mais aussi anglais et, dans une moindre mesure, français). Né le 13 juin 1888 à Lisbonne, ville où il meurt des suites de son alcoolisme le 30 novembre 1935, il a vécu une partie de son enfance à Durban en Afrique du Sud.

Théoricien de la littérature engagée dans une époque troublée par la guerre et les dictatures, inventeur inspiré par Cesário Verde du sensationnisme, ses vers mystiques et sa prose poétique ont été les principaux agents du surgissement du modernisme au Portugal.

Continuer la lecture de « Fernando Pessoa, écrivain, critique et poète. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.