Khatchatour Abovian, écrivain et poète.

Khatchatour Abovian (en arménien Խաչատուր Աբովյան ; né le 15 octobre 1809, disparu le 14 avril 1848) est un écrivain et poète arménien du début du XIXe siècle, ainsi qu’une figure nationale et un avocat de la modernisation. Considéré comme le père de la littérature arménienne moderne, il est principalement connu pour son roman historique Verk Hayastani (« Les Blessures de l’Arménie », 1841).

Né près d’Erevan, à Kanaker-Zeytun, il fait ses études à Etchmiadzin, Tiflis, puis à l’université de Dorpat. Abovian a écrit des poèmes, des nouvelles, des œuvres dramatiques ainsi que des ouvrages pédagogiques. Un institut

Continuer la lecture de « Khatchatour Abovian, écrivain et poète. »

Andreï Jdanov, homme politique.

Andreï Aleksandrovitch Jdanov (en russe : Андрей Алекса́ндрович Жданов), né le 16 février 1896 à Marioupol (aujourd’hui en Ukraine) et mort le 31 août 1948 près de Valdaï, est un homme politique soviétique, proche collaborateur de Joseph Staline. Il a joué un grand rôle dans la politique culturelle de l’URSS.


Andreï Jdanov a adhéré à la faction bolchevik du Parti ouvrier social-démocrate de Russie en 1915 et a gravi les échelons du parti. Il en devint ainsi le secrétaire général à Léningrad après l’assassinat de Sergueï Kirov en décembre 1934.

En 1939, il entre au Bureau politique. Staline le pousse en avant contre la vieille génération des Kaganovitch, Vorochilov et Molotov. Staline fait même pression sur sa fille Svetlana pour qu’elle épouse le fils de Jdanov.

Continuer la lecture de « Andreï Jdanov, homme politique. »

Vissarion Belinski, critique littéraire.

Vissarion Grigorievitch Belinski, souvent orthographié Biélinski (en russe : Виссарион Григорьевич Белинский), né le 30 mai 1811 (11 juin 1811 dans le calendrier grégorien) à Sveaborg près d’Helsingfors (aujourd’hui Helsinki) et mort le 26 mai 1848 (7 juin 1848 dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg, est un des grands critiques littéraires russes du XIXe siècle, à tendance occidentaliste et individualiste.


Fils d’un médecin militaire, Vissarion Belinski n’appartenait pas à  l’aristocratie, comme la plupart des intellectuels des années 1830-1840. Il fut exclu de l’université de Moscou pour activisme politique, après avoir étudié à la faculté de philosophie de 1829 à 1832. Les étudiants étaient empreints de romantisme et admirateurs de l’idéalisme allemand, en particulier de Schelling, de Fichte et de Hegel. C’est pendant ces années qu’il fit la connaissance de Mikhaïl Bakounine (qui exerça une forte influence sur lui), d’Alexandre Herzen, de Nikolaï Stankevitch, de Nikolaï Ogarev, de Vassili Botkine et d’autres.

Continuer la lecture de « Vissarion Belinski, critique littéraire. »