Alexandre Jean Cuza, homme d’état.

Alexandre Jean Cuza (en roumain Alexandru Ioan Cuza), né le 1er avril 1820 à Bârlad en Moldavie (en Roumanie) et mort le 15 mai 1873 à Heidelberg (en Allemagne), est l’une des figures majeures de la renaissance culturelle roumaine, devenu officier, homme d’État et souverain des Principautés unies de Moldavie et de Valachie entre 1859 et 1866.


Alexandre Jean Cuza appartient à la classe noble traditionnelle des boyards, majoritaire dans les gouvernements locaux de Valachie et de Moldavie, gardant le contrôle de la terre (système latifundiaire), clé de la fortune et du pouvoir dans l’ère pré-industrielle. La famille Cuza appartient à la mouvance libérale, et Alexandre, parfaitement francophone, est éduqué dans cet esprit. Citant Mavrocordato, il dit de lui-même : « je ne suis pas un homme du peuple, mais je suis un homme pour le peuple ».

Continuer la lecture de « Alexandre Jean Cuza, homme d’état. »

Le baleinier.

Un baleinier est un navire utilisé pour la chasse à la baleine, équipé pour la capture (en utilisant des harpons) et le traitement de la chair en huile notamment. Le mot désigne aussi un membre de l’équipage d’un tel navire.


Autrefois le baleinier disposait d’une ou plusieurs baleinières manœuvrées par les membres de l’équipage, elles embarquaient le harponneur qui était chargé de harponner la baleine en s’approchant au plus près de celle-ci. Au XXIe siècle, la plupart des baleiniers sont des navires-usines entourés de navires plus petits, les chasseurs, disposant d’un canon pour lancer le harpon.

Un premier pas vers l’industrialisation fut franchi au XVIIIe siècle avec l’invention (par le basque François de Sopite) d’un four de briques permettant de fondre le lard à bord d’un navire (obligatoirement d’un certain tonnage et entouré d’embarcations de chasse annexes, les baleinières). C’était une innovation audacieuse, permettant de travailler loin des côtes, mais aussi dangereuse, car aux temps de la marine à voile en bois — et même ensuite — le risque d’incendie à bord était, et est encore, une des pires craintes des marins.

Continuer la lecture de « Le baleinier. »

Le grand cachalot.

Le grand cachalot (Physeter macrocephalus ou P. catodon), communément appelé cachalot et parfois cachalot macrocéphale, est une espèce de cétacés à dents de la famille des physétéridés et unique représentant actuel de son genre, Physeter. Il est l’une des trois espèces encore vivantes de sa super-famille, avec le cachalot pygmée (Kogia breviceps) et le cachalot nain (K. sima). Il a une répartition cosmopolite, fréquentant tous les océans et une grande majorité des mers du monde. Cependant, seuls les mâles se risquent dans les eaux arctiques et antarctiques, les femelles restant avec leurs jeunes dans les eaux plus chaudes.

Le mâle peut atteindre plus de 20 m de long, ce qui fait de l’espèce le plus grand carnassier au monde. À elle seule, la tête peut représenter le tiers de la longueur de l’animal. Ce mammifère se nourrit en grande partie de calmars, ainsi que de poissons, en des proportions variables selon l’emplacement géographique. Il est connu pour ses records de plongée en apnée, atteignant les 900 mètres de profondeur, performance qu’aucun mammifère, mis à part la baleine de Cuvier ne peut réaliser. Ses  vocalisations en cliquetis sont les sons les plus forts produits par un animal, elles sont utilisées dans le but de  communiquer, de s’identifier et de se localiser entre eux.

Continuer la lecture de « Le grand cachalot. »