Le Māgha Pūjā, festival bouddhiste.

Māgha Pūjā (également écrit Makha Bucha Day ) est le deuxième festival bouddhiste le plus important, célébré le jour de la pleine lune du troisième mois lunaire au Cambodge, au Laos, en Thaïlande, au Sri Lanka et le jour de la pleine lune de Tabaung au Myanmar. Il célèbre un rassemblement qui eut lieu entre le Bouddha et 1 250 de ses premiers disciples, qui, selon la tradition, précéda la coutume de la récitation périodique de la discipline par les moines . Ce jour-là, les bouddhistes célèbrent la création d’une communauté idéale et exemplaire, c’est pourquoi on l’appelle parfois Saṅgha Day, le Saṅghase référant à la communauté bouddhiste, et pour certaines écoles bouddhistes, il s’agit spécifiquement de la communauté monastique. En Thaïlande, le terme Pāli Māgha-pūraṇamī est également utilisé pour la célébration, signifiant « honorer à la pleine lune du troisième mois lunaire ». Enfin, certains auteurs ont qualifié la journée de Toussaint bouddhiste.

À l’époque pré-moderne, Māgha Pūjā a été célébrée par certaines  communautés d’Asie du Sud-Est. Mais il est devenu très populaire à l’époque moderne, lorsqu’il a été institué en Thaïlande par le roi Rama IV au milieu du XIXe siècle. De Thaïlande, il s’est propagé à d’autres pays d’Asie du Sud et du Sud-Est. Actuellement, c’est un jour férié dans certains de ces pays. C’est une occasion où les bouddhistes se rendent au temple pour effectuer des activités méritoires, telles que l’aumône, la méditation et l’écoute des enseignements. Il a été proposé en Thaïlande comme une alternative plus spirituelle à la célébration de la Saint-Valentin.


On sait peu de choses sur la façon dont les sociétés bouddhistes  traditionnelles ont célébré cet événement à l’époque pré-moderne, mais Māgha Pūjā a été reconnu et célébré à Lan Na, Lan Xang et dans le nord-est de la Thaïlande . Les pratiques de culte variaient probablement beaucoup.  Le premier cas connu à l’époque moderne était sous le règne du roi thaïlandais Rama IV (1804-1868) qui l’a institué comme une cérémonie en 1851. Il a estimé que le Māgha Pūjā “… était un important rassemblement, un miracle dans le bouddhisme. Des personnes sages et savantes ont donc profité de cette occasion pour honorer le Bouddha et les 1 250 arahants, ce qui est un fondement de la foi et unsentiment d’urgence “. Il l’a d’abord tenue dans le temple du Bouddha d’émeraude , dans le palais uniquement. Le soir, 31 moines des temples Wat Bowonniwet Vihara et Wat Ratchapradit récitaient l’ Ovādapātimokkha , allumaient des lanternes autour de l’ ubosot ( salle d’ordination), et donner un sermon sur le même Ovādapātimokkha dans les langues pāli et thaï. Le roi ou son représentant se joindrait à la cérémonie annuelle. Un texte de récitation utilisé à cette occasion est attribué à Rama IV. Comme partie d’un effort durable pour centraliser et régulariser le bouddhisme thaïlandais, le successeur de Rama IV, Rama V (1853–1910) a élargi la pratique et l’a organisée comme une célébration nationale dans le temple du Bouddha d’émeraude. En 1913, il l’a officiellement établi comme un jour férié, puisqu’il a commencé à organiser les cérémonies dans d’autres endroits que le palais. En 1937, la cérémonie était largement tenue et observée en Thaïlande, mais en 1957, elle était tombée en désuétude. Le futur patriarche suprême Plod Kittisobhano a contribué à le faire revivre. De Thaïlande, la pratique s’est répandue dans les pays voisins qui comptent une majorité de bouddhistes Theravāda.

Continuer la lecture de « Le Māgha Pūjā, festival bouddhiste. »

Le zinc.

Le zinc est l’élément chimique de numéro atomique 30 et de symbole Zn. Le corps simple zinc est un métal.


Le zinc est par certains aspects semblable au magnésium dans la mesure où son état d’oxydation courant est +2, donnant un cation de taille comparable à celle de Mg2+. C’est le 24e élément le plus abondant dans l’écorce  terrestre. Il possède cinq isotopes naturels stables.

Le zinc est un élément du groupe 12 et de la période 4. Stricto sensu, c’est un métal pauvre, qui ne répond pas à la définition des éléments de transition par l’IUPAC ; en pratique cependant, il est très souvent assimilé aux métaux de transition dans les manuels et de très nombreux ouvrages. Il fait partie du « groupe du zinc », ou groupe IIB, qui comprend, par numéro atomique croissant, 30Zn, 48Cd et 80Hg, éléments caractérisés par deux électrons sur la sous-couche s au-delà d’une sous-couche d complète. La configuration électronique du zinc est [Ar] 3d10 4s2. Zinc et cadmium Cd sont des métaux électropositifs assez semblables, alors que le mercure Hg présente une réactivité encore plus faible et un caractère métallique encore plus noble. Pour les chimistes, le groupe du zinc se distingue nettement des alcalino-terreux, avec des métaux insolubles dans l’eau, ayant des points de fusion et d’ébullition assez bas, de faibles rayons ioniques, et ayant tendance à former des complexes.

Continuer la lecture de « Le zinc. »

L’étain.

L’étain est l’élément chimique de numéro atomique 50, de symbole Sn (du latin stannum). C’est un métal pauvre du groupe 14 du tableau périodique. Il existe dix isotopes stables de l’étain, principalement ceux de masses 120, 118 et 116.

L’étain existe aux états d’oxydation 0, +II et +IV. À température ambiante le corps simple étain est un solide métallique.

L’étain est connu dès l’Antiquité, où il servait à protéger la vaisselle de l’oxydation et pour préparer le bronze. Il est toujours utilisé pour cet usage, et pour le brasage. Cet élément est peu toxique. Rare à l’état natif, l’étain est essentiellement extrait d’un minéral appelé cassitérite où il se trouve sous forme d’oxyde SnO2.


C’est un métal gris-argent, malléable, moyennement ductile à température ambiante. Il est hautement cristallisé et la déformation d’une lame d’étain produit du bruit ; on dit que l’étain « crie » ou « pleure » (phénomène de maclage).

Continuer la lecture de « L’étain. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page