Les pagodes.

Le mot pagode désigne un lieu où se trouve une relique et un lieu de culte pour les adeptes du bouddhisme, prenant l’aspect d’une tour de plusieurs étages, circulaire, octogonale ou carrée, caractérisée par un toit évasé ou en épi. C’est la forme qu’a prise le stûpa d’Inde, ou zedi, dans le monde chinois, en Asie de l’Est.

C’est, selon certains dictionnaires, un terme issu du portugais pagoda, lui-même issu du dravidien pagôdi ou pagavadi (nom de Kali, épouse de Shiva), provenant du sanskrit bhagavati, signifiant « déesse », féminin de bhagavan, « saint, divin ».


Venue d’Inde, la pagode s’est propagée avec le bouddhisme à partir du IIe siècle en Chine, puis en Corée ainsi qu’au Japon. La pagode moderne est une évolution du stûpa indien, c’est-à-dire une sorte de sépulture où les reliques sacrées pouvaient être protégées et vénérées.

La forme du stûpa indien — bol à aumône retourné, qui évolue plus tard en demi-sphère — s’est énormément diversifiée lors de sa propagation en Asie, jusqu’à présenter, comme c’est le cas de la pagode, une architecture qui ne possède plus du tout les caractéristiques des stûpa d’origine.

Continuer la lecture de « Les pagodes. »

Ville de Pékin (Beijing), Chine.

Pékin (chinois : 北京 ; litt. « capitale du nord »), ou Beijing, est la capitale de la République populaire de Chine. Située dans le Nord-Est du pays, la municipalité de Pékin, d’une superficie de 16 800 km2, est entourée par la province du Hebei ainsi que la municipalité de Tianjin. Pékin est considérée comme le centre politique et culturel de la Chine, tandis que Hong Kong et Shanghai dominent sur le plan économique.

D’abord ville périphérique de l’empire chinois sous les Han et les Tang, elle prend de l’importance lorsque les Jurchen, qui fondent la dynastie Jin, la choisissent comme leur capitale principale en 1153. Le prince mongol Kubilai Khan en fait de même sous le nom de Dadu (« grande métropole »), enfin les Ming y transfèrent leur administration en 1421, parachevant le choix de Pékin comme capitale de la Chine. Située à proximité de la Grande Muraille, Pékin abrite des monuments célèbres comme la Cité interdite et le Temple du ciel, qui sont inscrits au patrimoine mondial. De nombreuses réalisations architecturales et structurelles ont modifié la ville à l’occasion des Jeux olympiques d’été dont elle a été l’hôte en 2008. Pékin a été choisie par le CIO pour organiser les Jeux olympiques d’hiver de 2022 et sera la première ville à avoir accueilli les deux éditions de l’évènement sportif international.

Continuer la lecture de « Ville de Pékin (Beijing), Chine. »

Zhang Heng, astronome, mathématicien et inventeur.

Zhang Heng (chinois simplifié : 张衡 ; chinois traditionnel : 張衡 ; , né en 78 et décédé en 139, était un astronome, mathématicien, inventeur, géographe, cartographe, artiste, poète, homme d’État, et érudit de littérature chinoise de Nanyang, Henan, en Chine. Il vécut pendant la dynastie Han orientaux (25-220).

Il a été éduqué dans les capitales de Luoyang et de Chang’an, et il commença sa carrière comme un servant civil mineur à Nanyang. Par la suite, il devint chef astronome, préfet des Majors pour les Carrosses Officiels, et ensuite Préposé au Palais à la cour impériale. Ses positions intransigeantes sur certains problèmes de calendrier et d’histoire firent de Zhang une figure controversée, ce qui l’empêcha de devenir l’historien officiel de la cour.

Ses rivalités politiques avec les eunuques du palais sous le règne de l’empereur Han Shundi furent à l’origine de sa décision de se retirer de la cour centrale pour servir comme administrateur de Hejian dans la région de Hebei. Il retourne à Nanyang pour un court laps de temps, avant d’être rappelé pour servir dans la capitale une fois de plus en 138. Il meurt une année plus tard, en 139.

Continuer la lecture de « Zhang Heng, astronome, mathématicien et inventeur. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page