Le Mont Hua (Chine).

Le mont Hua ( chinois simplifié :华山; chinois traditionnel : 華 山; pinyin : Huà Shān) est une montagne située près de la ville de Huayin dans la province du Shaanxi, à environ 120 kilomètres (75 mi) à l’est de Xi’an . C’est la “montagne occidentale” des cinq grandes montagnes de Chine et a une longue histoire d’importance religieuse. Initialement classée comme ayant trois sommets, à l’époque moderne, la montagne est classée en cinq sommets principaux, dont le plus élevé est le pic sud à 2 154,9 mètres (7 070 pieds).


Le mont Hua est situé dans la ville de Huayin, à 120 kilomètres (environ 75 miles) de Xi’an. Il est situé près de l’angle sud-est de la section Ordos Loop du bassin du fleuve Jaune , au sud de la vallée de la rivière Wei, à l’extrémité orientale des monts Qin, dans la province méridionale du Shaanxi . Il fait partie des monts Qinling ou Qin, qui divisent non seulement le nord et le sud du Shaanxi, mais aussi la Chine.

Traditionnellement, seul le plateau géant avec ses sommets au sud du pic Wuyun Feng (五雲峰, Five Cloud Summit) était appelé Taihua Shan (太華山, Great Flower Mountain). On ne pouvait y accéder que par la crête connue sous le nom de Canglong Ling (蒼龍嶺, Dark Dragon Ridge) jusqu’à ce qu’un deuxième sentier soit construit dans les années 1980 pour faire le tour de Canglong Ling. Trois pics ont été identifiés avec des sommets respectifs : les pics Est, Sud et Ouest.

Continuer la lecture de « Le Mont Hua (Chine). »

Xu Xiake, écrivain, voyageur et géographe.

Xu Xiake ( chinois :徐霞客, 5 janvier 1587 – 8 mars 1641), né Xu Hongzu (徐弘祖), nom de courtoisie Zhenzhi (振之), était un écrivain voyageur et géographe chinois de la dynastie Ming (1368-1644), surtout connu pour son célèbre traité de géographie, et réputé pour sa bravoure et son humilité. Il a voyagé à travers la Chine pendant plus de 30 ans, documentant  abondamment ses voyages. Les récits de ses voyages ont été compilés à titre posthume enThe Travel Diaries Xu Xiake , et son œuvre traduite par Ding Wenjiang. L’écriture de Xu relève de l’ancienne catégorie littéraire chinoise de la «littérature de voyage» («youji wenxue» «遊記文學»), qui utilisait des styles d’écriture narratifs et en prose pour décrire ses expériences de voyage.

Le navire-caserne Xu Xiake de la marine de l’Armée populaire de  libération porte son nom.


Avec des ancêtres de la province du Jiangxi, Xu Xiake est né dans ce qui est aujourd’hui Jiangyin (dans la province du Jiangsu ) sous le nom de Xu Hongzu (宏祖), en tant que deuxième fils de Xu Yu’an (徐豫庵, 1545-1594) et Wang Ruren (王孺人, 1545-1625). On disait souvent que sa mère  l’encourageait à voyager et cela a façonné les prédilections de Xu. Son sobriquet est Zhenzhi (振之). Xiake était un sobriquet alternatif (別號) que lui avait donné son ami Chen Jiru (陳繼儒, 1558–1639) et cela signifie “celui qui est dans les nuages ​​du coucher du soleil”. Son autre ami, Huang Daozhou (黃道周, 1585-1646), a également donné à Xu un sobriquet alternatif : Xiayi (霞逸), signifiant “sans entraves dans les nuages ​​du coucher du soleil”.

Continuer la lecture de « Xu Xiake, écrivain, voyageur et géographe. »

Dong Biwu, homme d’état.

Dong Biwu (chinois classique : 董必武), né à Huanggang dans le Hubei le 5 mars 1886 et mort le 2 avril 1975 (à 89 ans), est un homme d’État communiste chinois, jouant un rôle important sous le régime de Mao Zedong.


Dong Biwu naît à Huanggong, dans le Hubei, au sein d’une famille de la haute bourgeoisie non propriétaire. Il reçoit une éducation classique et étudie de 1913 à 1918 au Japon après la révolution de 1911.

En tant que membre fondateur du PCC en 1921, il étudie à Moscou de 1927 à 1931, puis revint en Chine, pour travailler étroitement avec Mao Zedong.

Il joue un rôle important au sein de l’administration politique sous le régime communiste. Il est l’un des fondateurs du parti communiste chinois. Il est membre du 7e Politburo du PCC. En avril 1945 soit juste avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, Dong Biwu arrive à San Francisco, en tant que membre de la délégation chinoise qui participe au Congrès fondateur des Nations unies. Durant son voyage aux États-Unis il pointe les menaces de la guerre civile chinoise et en profite pour rencontrer des étudiants  communistes.

Continuer la lecture de « Dong Biwu, homme d’état. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page