Araniko, architecte.

Araniko (népalais : अरनिको), Aniko ou encore Anige chinois : 阿尼哥 ; pinyin : ānígē), né en 1245 dans la vallée de Katmandou et décédé en 1306 à Khanbalik (ou Cambaluc, actuelle Pékin), est une importante figure des arts népalais au Népal, au Tibet, dans le Chine de la Dynastie Yuan et dans l’Empire mongol. C’est un Newar, une population du Népal présente depuis au moins le XIIe siècle dans la vallée de Katmandou.

Il est notamment l’architecte de la stupa blanche du Temple Miaoying, également appelé temple de la stupa blanche.


Né dans la vallée de Katmandou sous le règne d’Abhaya Malla de la Dynastie Malla, il est envoyé sous le règne de Jaya Bhim Dev Malla, sur un projet de construction de stupa d’or au Tibet, où il est initié à la vie monastique. Du Tibet, il part ensuite plus au nord de la Chine pour travailler à la cour de l’empereur mongol Kubilai Khan, fondateur de la dynastie Yuan (1279 – 1368) et régnant à Khanbalik ou Dadu (aujourd’hui Pékin). Araniko y apporte la tradition artistique trans-himalayenne afin d’influencer l’art chinois. Des années plus tard, sous la Chine dirigée par les Mongols, il  retourne au laïcat et épouse une fille mongole. Il se marie également avec sept autres femmes avec, lesquelles il a en tout six garçons et huit filles.

Continuer la lecture de « Araniko, architecte. »

L’Himalaya.

L’Himalaya (sanskrit : हिमालय de hima (neige) et ālaya (demeure), littéralement « demeure des neiges », népalais : हिमालय, hindi : हिमालय, ourdou : ہمالیہ), ou chaîne de l’Himalaya, est un ensemble de chaînes de montagnes s’étirant sur plus de 2 400 km de long et large de 250 à 400 km, qui sépare le sous-continent indien du plateau tibétain dans le Sud de l’Asie. Au sens strict, il débute à l’ouest au Nanga Parbat au Pakistan et se termine à l’est au Namche Barwa au Tibet. Cet ensemble montagneux, délimité à l’ouest par la vallée du fleuve Indus et à l’est par la vallée du fleuve Brahmapoutre, couvre une aire d’environ 600 000 km2.

Ainsi, l’Himalaya abrite dix des 14 sommets qui culminent à plus de 8 000 mètres d’altitude, dont le mont Everest, le plus haut de tous ; les quatre autres se situent dans le Karakoram. Ces hauts sommets ont donné lieu à de nombreuses expéditions d’alpinistes renommés et ont tous été conquis.

La limite supérieure des forêts se situe à 3 900 m et la limite inférieure des neiges éternelles vers 5 000 m2.

Continuer la lecture de « L’Himalaya. »

Mahendra Bir Bikram Shah, roi du Népal.

Mahendra Bir Bikram Shah Dev (en népalais : भहनद वीर विफम शोहदव), né le 11 juin 1920 à Katmandou et mort le 31 janvier 1972 à Bhâratpur, est roi du Népal de 1955 à 1972.

En 1955, il succède à son père, Tribhuvan Shah, qui avait mis fin à l’hégémonie que la famille Rânâ avait sur le pouvoir depuis 150 ans. À la différence de son père, Mahendra n’est pas un ardent défenseur de la démocratie parlementaire et il interdit tout parti d’opposition dans les années 1960. À sa mort en 1972, son fils aîné Birendra lui succède.

Son autre fils, Gyanendra, est roi pendant quelques mois pendant son enfance, de 1950 à 1951, quand Tribhuvan, Mahendra et Birendra fuient le pays pour échapper à la famille Rânâ. Cinquante ans plus tard, Gyanendra redevient roi, lorsque son frère Birendra est assassiné en 2001.

Source : Wikipédia.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page