L’étain.

L’étain est l’élément chimique de numéro atomique 50, de symbole Sn (du latin stannum). C’est un métal pauvre du groupe 14 du tableau périodique. Il existe dix isotopes stables de l’étain, principalement ceux de masses 120, 118 et 116.

L’étain existe aux états d’oxydation 0, +II et +IV. À température ambiante le corps simple étain est un solide métallique.

L’étain est connu dès l’Antiquité, où il servait à protéger la vaisselle de l’oxydation et pour préparer le bronze. Il est toujours utilisé pour cet usage, et pour le brasage. Cet élément est peu toxique. Rare à l’état natif, l’étain est essentiellement extrait d’un minéral appelé cassitérite où il se trouve sous forme d’oxyde SnO2.


C’est un métal gris-argent, malléable, moyennement ductile à température ambiante. Il est hautement cristallisé et la déformation d’une lame d’étain produit du bruit ; on dit que l’étain « crie » ou « pleure » (phénomène de maclage).

Il résiste à la corrosion par l’eau de mer et l’eau douce, mais peut être attaqué par les acides forts. Cette résistance est de nature cinétique puisque le potentiel normal du couple Sn2+Sn = -0,136 V. Il est donc thermodynamiquement attaqué par l’eau, et bien sûr par l’oxygène.

L’étain est connu dès la Préhistoire sur toute la planète. C’est un des composants de la métallurgie du bronze. Le nom d’origine latine stannum ou stagnum fut d’abord utilisé pour un mélange d’argent et de plomb. L’étain utilisé par les Grecs et les Mésopotamiens des débuts de l’âge du bronze était extrait principalement en Afghanistan. Les navires phéniciens franchirent les colonnes d’Hercule et allèrent jusqu’en Bretagne et en Cornouailles (les mythiques « îles Cassitérides ») à la recherche des mines d’étain (en grec ancien κασσίτερος). Plus tard, Jules César a signalé l’exploitation de minerais d’étain en Bretagne, qu’il situe à tort dans le centre du pays au lieu des Cornouailles.

La métallurgie de l’étain est une réduction de l’oxyde SnO2 par le carbone à haute température.

Il existe également un circuit de recyclage qui produit 30 % de l’étain. Ainsi, l’étain contenu dans un alliage appelé fer-blanc (acier recouvert de 0,3 % d’étain pour le protéger) est récupéré par traitement à la soude à 70 °C. L’acier reste à l’état métallique alors que l’étain est attaqué et produit des ions stannate SnO44-. Ceux-ci sont ensuite réduits en étain métallique par électrolyse.

La France ne possède plus de mine d’étain depuis 1975. Les dernières, en Bretagne (mine de Saint-Renan) en produisaient 500 t/an.

La Malaisie est le pays où se situent la plupart des réserves mondiales d’étain. La cassitérite y est notamment exploitée par dragage des fonds sous-marins, ce qui n’est pas sans poser de sérieux problèmes  environnementaux.

L’étain utilisé en décoration a un brillant assez faible par rapport à celui d’autres métaux, mais suffisant pour être difficile à répliquer, sauf avec des peintures métallisées. La surface de l’étain oxydée (patinée) est plus sombre et moins brillante que celle de l’étain neuf.

La couleur étain est un nom de couleur en usage dans la mode, pour désigner une nuance de gris, qui ne peut avoir l’apparence du métal. Dans la décoration et le bâtiment, il s’utilise pour des surfaces grises ayant un certain brillant.

Dans les répertoires commerciaux, on trouve en fil à broder 169 étain ; en matériaux de construction béton ciré étain.

L’étain est le composant principal d’un pigment jaune historique, l’or mussif, un bisulfure d’étain d’aspect doré, utilisé notamment dans l’art byzantin pour les icônes et les mosaïques. Il se compose de fines plaquettes donnant un éclat à la peinture. Il est référencé PY38 au Colour Index. C’est un produit vénéneux, abandonné aujourd’hui au profit de poudres de bronze.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.