Le fête de la musique.

La Fête de la musique a lieu à travers le monde le 21 juin (date qui coïncide le plus souvent avec le premier jour de l’été dans l’hémisphère nord), principalement le soir et la nuit jusqu’au lendemain matin. Elle est actuellement célébrée dans une centaine de pays. Divers festivals de musique locaux qui se déroulaient ce jour de solstice participent aujourd’hui à cette fête populaire.

Elle est parfois connue aussi sous le nom World Music Day (Journée mondiale de la Musique) bien que le nom français soit aussi souvent utilisé dans certains pays anglophones (en même temps que Make Music!, traduction littérale de « Faites de la musique ! ») ou germanophones, ou bien sous des noms traduits littéralement comme Fiesta de la música (espagnol), Festa della Musica (italien), Święto Muzyki (polonais), Praznik Muzike (bosnien) ou encore Dünya Müzik Günü (turc), avec des logos similaires graphiquement à ceux utilisés en France pour les festivités affiliées au programme français.

Continuer la lecture de « Le fête de la musique. »

Henri Collet, compositeur et critique musical.

Au mélomane averti, le nom d’Henri Collet n’est pas inconnu. Deux activités professionnelles lui sont associées : chroniqueur musical (comment oublier qu’il fut l’ “inventeur” du Groupe des Six, en janvier 1920) et musicologue (de nos jours, font encore autorité ses nombreuses publications sur la musique espagnole au Moyen-Age, à la Renaissance et au XXe siècle). Mais ces deux activités masquent l’essentiel : il fut, d’abord, compositeur.

Né en 1885 à Paris, Henri Collet passa sa jeunesse à Bordeaux. Musicien très précoce, il se passionna tôt pour la culture hispanique, et c’est en Espagne qu’il accomplit l’essentiel de ses études musicales, tout d’abord avec Federico Olmeda, puis et surtout, avec Felipe Pedrell, l’ “éveilleur” de toute la jeune génération de la musique espagnole au début du XXe siècle : Albéniz, Granados, Turina, Mompou, Rodrigo et surtout de Falla qui lui enseigna l’orchestration. De retour en France, il reçut les conseils de Déodat de Séverac et termina ses études auprès de Gabriel Fauré.

Continuer la lecture de « Henri Collet, compositeur et critique musical. »

Le décret de l’abolition de l’esclavage (1848).

Le deuxième décret de l’abolition de l’esclavage en France a été signé le 27 avril 1848 par le Gouvernement provisoire de la Deuxième République. Il a été adopté sous l’impulsion de Victor Schœlcher. L’acte français d’abolition de l’esclavage est le résultat d’un long combat commencé avec la controverse de Valladolid en 1550, poursuivi dans les colonies et en Europe, avec les Sociétés des amis des Noirs particulièrement.

En France, sur le royaume de France continental, l’esclavage est aboli par Louis X en 1315 via l’édit du 3 juillet 1315, qui affirme que « selon le droit de nature, chacun doit naître franc » et que « par tout notre royaume les serviteurs seront amenés à franchise ». À la suite de cet édit, tout esclave qui pose le pied dans le Royaume est automatiquement affranchi. Malgré cet édit, Louis XIV autorise en 1671 le commerce triangulaire, permettant aux ports de Bordeaux, Nantes et La Rochelle de pratiquer le commerce d’esclave à destination des colonies. Cette traite d’esclave ne remettait pas en cause le traité sur l’esclavage en métropole.

Continuer la lecture de « Le décret de l’abolition de l’esclavage (1848). »