Ville de Sablé-sur-Sarthe (Sarthe).

Sablé-sur-Sarthe est une commune française située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 12 220 habitants.

Au cours de l’antiquité, une marbrière est attestée sur les terres de Sablé-sur-Sarthe. Cette carrière, dont l’ouverture remonte au début de l’époque gallo-romaine, fournit l’ensemble de la région cénomane (civitates des Aulerci Cenomani) en blocs de pierre de nature calcaire, un marbre de couleur grise veinée de rose et de rouge. Ce type de matériau est essentiellement utilisé pour l’élévation des édifices publics sarthois.

Continuer la lecture de « Ville de Sablé-sur-Sarthe (Sarthe). »

Ville de Saint-Laurent du Maroni (Guyane).

Saint-Laurent-du-Maroni, appelé simplement Saint-Laurent, est une commune française située dans le département de la Guyane. En 2010, elle est la deuxième commune la plus peuplée de Guyane après Cayenne.

Ses habitants sont appelés les Saint-Laurentais et Saint-Laurentaises.

Des travaux de fouilles ont permis de découvrir, en 2005, que le site était occupé avant 7200 avant notre ère durant le Néolithique précéramique. Par la suite, le site reste occupé avant l’époque précolombienne par les populations amérindiennes. Avant la fondation de l’agglomération coloniale, il porte le nom de son chef Kamalaguli. De l’ensemble des populations amérindiennes initialement installées à ces époques ne restent aujourd’hui que les ethnies Arawak et Kali’na.

Continuer la lecture de « Ville de Saint-Laurent du Maroni (Guyane). »

Les corsaires basques.

« Nid de vipères » : c’est ainsi que les Anglais qualifiaient le Golfe de Gascogne et notamment les ports de Bayonne et de Saint-Jean-de-Luz d’où partaient les expéditions corsaires basques. Ce surnom valait bien les « nids de frelons » de Dieppe, de Dunkerque, ou de Saint-Malo qui ont forgé le mythe du corsaire.

À l’origine, le mot « corsaire » désigne le navire armé pour la guerre de Course. Activité « légale », la « course » est à distinguer de la piraterie, basse œuvre d’individus se procurant du butin par le pillage et agissant pour leur propre compte. Le corsaire, lui, combat pour son roi ! En cela la course supplée à la Royale, marine de haut bord, devenue inexistante à la suite de défaites.

Continuer la lecture de « Les corsaires basques. »