Henri Jean-Baptiste Grégoire, dit “Abbé Grégoire” prêtre révolutionnaire et homme politique.

Henri Jean-Baptiste Grégoire, également appelé l’abbé Grégoire, né le 4 décembre 1750 à Vého (Trois-Évêchés, aujourd’hui dans le département de Meurthe-et-Moselle) et mort le 28 mai 1831 à Paris, est un prêtre catholique, évêque constitutionnel et homme politique français, l’une des principales figures emblématiques de la Révolution française. L’abbé Grégoire se rallie au Tiers état et, à l’Assemblée Constituante, il réclame non seulement l’abolition totale des privilèges et de l’esclavage mais prône aussi le suffrage universel. Fondateur du Conservatoire national des arts et métiers et du Bureau des longitudes, il participe à la création de l’Institut de France dont il devient membre.

enri Grégoire est né le 4 décembre 1750 à Vého, près de Lunéville. Il naît français, puisque sa paroisse fait partie de la province des Trois-Évêchés, et non du duché de Lorraine.

Son père, Sébastien Grégoire, est un tailleur d’habits respecté, ayant eu un temps un office d’échevin, et sa mère Marguerite Thiébaut, est une femme unanimement décrite comme d’une grande piété et ayant un souci constant des choses de la religion en cette époque marquée par la ruralisation du bas clergé qui reste alors un moyen d’ascension sociale.

Continuer la lecture de « Henri Jean-Baptiste Grégoire, dit “Abbé Grégoire” prêtre révolutionnaire et homme politique. »

L’institut géographique national IGN.

1940 : création de l’Institut géographique national, en remplacement du Service géographique de l’armée, pour éviter qu’avions, cartes et matériel de levés ne tombent aux mains de l’ennemi.

1941 : création de l’École nationale des sciences géographiques (ENSG), destinée à former les futurs ingénieurs et techniciens de l’IGN.

1942 à 1944 : les activités de terrain de l’IGN se trouvent ralenties sous l’occupation mais continuent tout de même. Plusieurs fonctionnaires entrent dans la Résistance par le biais de réseaux de renseignements notamment. Des listes de coordonnées de réseaux géodésiques, des cartes et des informations militaires sont ainsi transmises clandestinement.

1945 : création du Service géographique militaire, qui assure la liaison avec les armées et les services géographiques alliés.

Gros effort de production : l’IGN imprime 3,3 millions de cartes.

Continuer la lecture de « L’institut géographique national IGN. »

Le Cap Canaille à Cassis (Bouches-du-Rhône).

En longeant les côtes par la mer, le contraste du Cap Canaille avec la blancheur du calcaire des calanques est saisissant, c’est au pied de celle-ci que la ville de Cassis est née.

Le Cap canaille est le plus gros, le plus beau et le plus accessible de tous les panoramas de la région, vous y trouverez une vue imprenable sur la côte des calanques et sur les villes de Cassis et de la Ciotat.

Continuer la lecture de « Le Cap Canaille à Cassis (Bouches-du-Rhône). »