Ville d’Orléans (Loiret).

Orléans est une commune française du centre-nord de la France, située à environ 120 kilomètres au sud de Paris. Siège du conseil de la métropole d’Orléans, la ville est également le chef-lieu du département du Loiret et de la région Centre-Val de Loire, ce qui en fait la métropole la plus proche de Paris.

Située sur les rives de la Loire, là où le fleuve se courbe vers l’ouest en direction de son estuaire, la ville est nichée au cœur du Val de Loire, classé au patrimoine mondial de l’humanité. Orléans se trouve aux portes de la région naturelle de la Sologne, des plaines de Beauce et de la forêt d’Orléans.

La figure de Jeanne d’Arc est indissociable de l’histoire de la ville, puisqu’elle joua un rôle décisif le 8 mai 1429 en libérant la ville des anglais durant la guerre de Cent Ans. Sa figure, omniprésente, se dresse fièrement sur la place du Martroi, dans la cathédrale Sainte-Croix ou encore devant l’ancien Hôtel de Ville. Chaque année, Orléans lui rend hommage lors des Fêtes Johanniques ; inscrites depuis 2018 à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France.

Continuer la lecture de « Ville d’Orléans (Loiret). »

Le secours populaire français.

Le Secours populaire français, est une association française à but non lucratif, qui intervient sur le plan matériel, médical, moral et juridique, auprès des personnes victimes de l’injustice sociale, des calamités naturelles, de la misère, de la faim, du sous-développement, des conflits armés.

En 2016, le Secours populaire français a aidé 3 310 370 personnes grâce aux 80 000 bénévoles et 1 103 451 donateurs ayant soutenu l’association à hauteur de 25,3 millions d’euros.

Avec un budget annuel de 314 millions d’euros, le SPF est en 2013 la troisième association française d’aide sociale en termes de budget, derrière la Croix-Rouge française et le Secours catholique (respectivement 1 4703 et 338 millions d’euros), mais le premier réseau de bénévoles.

Continuer la lecture de « Le secours populaire français. »

La tapisserie de Saumur (Maine-et-Loire).

Si l’occupation du site de Saumur est attestée sous l’Antiquité, c’est seule-ment en 968 que le lieu est mentionné pour la première fois sous le nom de “Salmurus”. Un monastère s’y était établi vers 950 mais ce n’est pas la présence de ces moines qui devait marquer l’histoire religieuse de la cité.

En effet, le calvinisme avait fait de nombreux adeptes parmi la population. Devenue place de sûreté en 1589, la citadelle de Saumur voit la création en 1593 d’une Académie protestante qui attirera de nombreux étudiants de toute l’Europe et qui exercera un rayonnement intellectuel considérable jusqu’à sa suppression en janvier 1685, dix mois avant la révocation de l’Édit de Nantes. L’implantation de l’École de Cavalerie à la fin du XVIIIe siècle jettera de nouvelles lumières sur la ville.

Continuer la lecture de « La tapisserie de Saumur (Maine-et-Loire). »