La Chapelle Sixtine.

La chapelle Sixtine (en italien, Cappella Sistina), appelée originellement chapelle de Sixte, est une des salles des palais pontificaux du Vatican et fait partie des Musées du Vatican. Remplaçant la chapelle Pauline, puis le palais du Quirinal, la chapelle Sixtine est le lieu où, traditionnellement depuis le XVe siècle, les cardinaux réunis en conclave élisent le nouveau pape, et obligatoirement depuis la constitution apostolique édictée par Jean-Paul II en 1996, intitulée Universi Dominici gregis.

Dédiée à l’Assomption de Marie, elle est la chapelle principale du palais apostolique, ainsi que l’un des trésors culturels et artistiques les plus célèbres de la Cité du Vatican. Elle a été construite entre 1475 et 1481 environ, à l’époque du pape Sixte IV della Rovere, dont elle tire son nom.

Continuer la lecture de « La Chapelle Sixtine. »

Thomas More, juriste, historien, philosophe et humaniste.

Thomas More, latinisé en Thomas Morus (7 février 1478, Londres – 6 juillet 1535, Londres), est un juriste, historien, philosophe, humaniste, théologien et homme politique anglais. Grand ami d’Érasme, érudit, philanthrope, il participe pleinement au renouveau de la pensée qui caractérise cette époque, ainsi qu’à l’humanisme, dont il est l’un des représentants anglais.

Nommé « ambassadeur extraordinaire », puis « chancelier du roi » par Henri VIII, il désavoue le divorce du roi et refuse de cautionner le schisme avec Rome : il démissionne de sa charge en 1532. Devant la persistance de son attitude, il est emprisonné, puis décapité comme « traître ».

Béatifié le 29 décembre 1886 par Léon XIII, Thomas More est canonisé — saint Thomas More — le 19 mai 1935 par le pape Pie XI.

Continuer la lecture de « Thomas More, juriste, historien, philosophe et humaniste. »

Gian Lorenzo Bernini, sculpteur et architecte.

Gian Lorenzo (ou Gianlorenzo ) Bernini  ; 7 décembre 1598 – 28 novembre 1680) était un sculpteur et architecte italien. Bien qu’il soit une figure majeure du monde de l’architecture, il était surtout le principal sculpteur de son époque, crédité de la création du style baroque de la sculpture.. Comme l’a commenté un érudit, “Ce que Shakespeare est au drame, le Bernin est peut-être à la sculpture : le premier sculpteur paneuropéen dont le nom est instantanément identifiable à une manière et à une vision particulières, et dont l’influence était démesurément puissante…” De plus, il était peintre (principalement de petites toiles à l’huile) et homme de théâtre : il écrivait, mettait en scène et jouait des pièces de théâtre (principalement des satires de carnaval), pour lesquelles il dessinait des décors et des machines théâtrales. Il a également produit des dessins pour une grande variété d’objets d’art décoratif, notamment des lampes, des tables, des miroirs et même des entraîneurs.

En tant qu’architecte et urbaniste, il conçoit des édifices profanes, des églises, des chapelles et des places publiques, ainsi que des ouvrages massifs mêlant à la fois architecture et sculpture, notamment des fontaines publiques élaborées et des monuments funéraires et toute une série d’ouvrages temporaires (en stuc et en bois ) pour les funérailles et les fêtes. Sa grande polyvalence technique, son inventivité de composition illimitée et son habileté à manipuler le marbre lui ont permis d’être considéré comme un digne successeur de Michel-Ange., surpassant de loin les autres sculpteurs de sa génération. Son talent s’est étendu au-delà des confins de la sculpture à une considération de l’arrangement dans lequel il serait situé ; sa capacité à synthétiser la sculpture, la peinture et  l’architecture en un ensemble conceptuel et visuel cohérent a été qualifiée par le regretté historien de l’art Irving Lavin d ‘ «unité des arts visuels».

Continuer la lecture de « Gian Lorenzo Bernini, sculpteur et architecte. »