Ville de Konya (Turquie).

Konya est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom.

Elle est traditionnellement connue pour ses tapis à motifs de maisons (en frise) et ses etliekmek, un plat proche de la pizza.

Elle abrite dans la mosquée d’`Ala’ ad-Dîn le mausolée dynastique où sont enterrés huit sultans du sultanat d’Iconium, ainsi que le mausolée de Djalâl ad-Dîn Rûmî, appelé couramment Mevlana (« notre maître »), un mystique persan soufi, fondateur de l’ordre des derviches tourneurs.


Konya est l’ancienne Ikuna, puis Iconium, de l’Antiquité, capitale de la Lycaonie. Remontant à un site de l’âge du cuivre daté d’environ – 3 000, elle est dominée successivement par les Hattis, les peuples de la mer, les Phrygiens, les Galates, les Cimmériens, les Perses, le royaume de Pergame. Elle est évangélisée par l’apôtre Paul entre 45 et 49, et c’est là qu’est née une des premières disciples, sainte Thècle d’Iconium.

À la suite de la bataille de Manzikert, la ville devient, de 1074 à 1294, la capitale du sultanat seldjoukide d’Iconium, et demeure, après le démembrement du sultanat, celle de l’émirat karamanide.

Continuer la lecture de « Ville de Konya (Turquie). »

Ahmad Yasawi, poète.

Ahmad Yasawi ( Kazakh : яожа Ахмет ясауи , Romanized :  Qoja Ahmet Yasawï , قوجا احمەت ياساۋيٴ; Persan : خواجه احمد می , Romanized :  Khwāje Ahmad-e Yasavī ; 1093-1166) était un poète turc et sufi, un mystique précoce qui a exercé une puissante influence sur le développement des ordres soufis dans tout le monde turcophone. Yasawi est le premier poète turc connu qui a composé de la poésie en moyen turc. Il fut un pionnier du mysticisme populaire, fonda le premier ordre soufi turc, le Yasawiyya ou Yeseviye, qui se répandit très rapidement dans les zones turcophones. Il était un érudit hanafite comme son murshid (guide spirituel), Yusuf Hamadani.


Ahmad Yasawi est né d’Ibrahim à Sayram à la fin du XIe siècle. Il a perdu son père à l’âge de sept ans et a ensuite été élevé par Arslan Baba. À ce moment-là, Yasawi avait déjà avancé à travers une série d’étapes spirituelles élevées et, sous la direction d’Arslan Baba, le jeune Ahmad a atteint un haut niveau de maturité et a lentement commencé à se faire connaître de tous les côtés. Son père Ibrahim était déjà réputé dans cette région pour avoir accompli d’innombrables exploits et de nombreuses légendes ont été racontées à son sujet. Par conséquent, il a été reconnu que, par rapport à sa lignée également, ce jeune garçon calme et modeste, qui était toujours à l’écoute de sa sœur aînée, occupait une position spirituellement importante.

Continuer la lecture de « Ahmad Yasawi, poète. »

Aziz Sancar, biochimiste.

Abdelaziz Sancar dit Aziz Sancar, né le 8 septembre 1946 à Savur, est un biochimiste turc spécialiste de la réparation de l’ADN. Il reçoit le prix Nobel de chimie en 2015, conjointement avec le chimiste suédois Tomas Lindahl et le chimiste américain Paul L. Modrich pour ses études mécanistiques de la réparation de l’ADN. Il devient ainsi le second Turc à obtenir un prix Nobel après l’écrivain Orhan Pamuk.


Abdelaziz”Aziz”Sancar est né en 1946 à Savur dans la province de Mardin en Turquie. Il est le septième d’une famille arabophone de huit enfants. Il est issu d’un milieu modeste. Ses parents sont tous les deux illettrés mais accordaient malgré tout une importance capitale à l’éducation de leurs enfants. Sancar s’investissait pleinement à l’école mais aussi sur le terrain sportif puisqu’il avait une affection particulière pour le football. Lors de sa dernière année de lycée, il a même été invité par l’équipe de Turquie de football des moins de dix-huit ans en tant que gardien de but. Finalement, il abandonna son projet de devenir footballeur professionnel puisqu’il ne se considérait pas assez grand de taille, et consacra toute son énergie à ses études.

Continuer la lecture de « Aziz Sancar, biochimiste. »