Katip Çelebi, érudit.

Katip Çelebi (aussi ortographié Kâtib-Tchélébi) de son nom complet Mustafa bin Abdallah, dit aussi Kâtib-Tchélébi ou Hajji Khalifa, (février 1609, Constantinople – 6 octobre 1657, Constantinople), est un érudit musulman (alem) d’origine turque qui vécut au XVIIe siècle sous l’Empire ottoman.

Il était un véritable polymathe puisqu’il fut à la fois historien, géographe, cartographe, médecin, économiste, juriste (faqîh), théologien rationaliste (moutakallim), philosophe et exégète (moufassir).


Enfant, Çelebi a étudié le Coran, la grammaire arabe et la calligraphie. Fils de soldat, il entre à un très jeune âge dans l’administration de la cavalerie, où il s’initie à la comptabilité et au travail dans les archives. Il semble avoir eu peu d’intérêt pour ce travail, et guère plus pour les diverses campagnes militaires auxquelles il participa, que ce soit le matage de la révolte de Abaza ou le siège infructueux de Bagdad, tombée aux mains des Séfévides. Durant l’hiver 1629-1630, il est stationné à Alep, et il met à profit cette pause pour se rendre au pèlerinage à la Mecque. En 1635, il participe à la conquête d’Erevan par le sultan Murad IV. Ces opérations seront pour lui l’occasion de rassembler du matériel qui lui servira dans ses travaux historiques ultérieurs.

Continuer la lecture de « Katip Çelebi, érudit. »

Mohammad Zaher Shah, dernier roi d’Afghanistan.

Mohammad Zaher Shah (en pachto et en dari : محمد ظاهر شاه ; né le 15 octobre 1914 à Kaboul et mort le 23 juillet 2007 à Kaboul) est le dernier roi d’Afghanistan de 1933 à 1973. Pachtoune sunnite, il appartenait à la dynastie Mohammadzaï (du clan des Barakzaï lui-même issu de la tribu des Durrani).


Mohammad Zaher Shah est né à Kaboul le 15 octobre 1914, second fils de Mohammad Nadir Shah, futur roi d’Afghanistan, et de son épouse Mah Parwar Begum.

Il fait ses premières classes au lycée français Esteqlal puis au collège Habiba de Kaboul, poursuit ses études en France, où son père est ministre plénipotentiaire, à Paris au lycée Janson-de-Sailly puis au lycée Michelet et enfin à Montpellier. Il intègre l’École des officiers d’infanterie à Kaboul en 1930.

Il est ministre de la Guerre en 1932-1933 et de l’Éducation en 1933.

Continuer la lecture de « Mohammad Zaher Shah, dernier roi d’Afghanistan. »

Mehmet Akif Ersoy, poète.

Mehmet Âkif Ersoy (1873-1936) est un poète turc. Il est le père de l’hymne national turc, İstiklâl Marşı.


Un Poète turc d’origine albanaise, il a écrit l’hymne national de son pays, l’İstiklâl Marşı ou « marche de l’indépendance ». Il est à l’origine de poèmes populaires en réalisant la fusion de la langue quotidienne avec le genre poétique. Il est né à Istanbul, et est mort dans la même ville le 27 décembre 1936. Sa dépouille est enterrée à Burdur. Son père, qui était enseignant dans une medrese (école coranique), l’a nommé « Rağıyf », notant la date de sa naissance d’après le code d’ebced : (la disposition des lettres de l’alphabet arabe sous une forme ancienne où chaque lettre représentait un chiffre) ; toutefois, puisque ce mot inventé artificiellement n’a été compris par personne, on le nomma « Akif ». Son père vient du village de Şuşişe (Albanie), et sa mère est originaire de Boukhara.

Mehmet Âkif a commencé sa formation scolaire dans le quartier de Fatih, à l’école du quartier d’Emir Buharî. Il a achevé sa formation élémentaire à l’école du ministère de la Culture et a rejoint par la suite l’école secondaire centrale de Fatih. En outre, il a été formé par son père dans les domaines de la langue arabe et des sciences religieuses. À l’école secondaire, il s’est inspiré des enseignants libéraux. Il a suivi les cours de Esad Dede qui enseignait les œuvres classiques de la littérature persane à la mosquée de Fatih. Il a attiré l’attention par sa connaissance des langues turque, arabe, persane et française. Pendant qu’il suit ses études secondaires à l’école administrative, il s’intéresse aussi à la poésie. Hersekli Arif Hikmet Bey, poète, a loué ses poèmes sous forme de « Mesnevi » (poème composé de distiques qui riment entre eux) qu’il a écrits sur les traces de son professeur de littérature, İsmail Safa. Quand son père est mort et que leur logement a brûlé, il a dû choisir l’établissement d’enseignement supérieur dont les diplômés devenaient fonctionnaires. Il a étudié ainsi les sciences  vétérinaires à l’établissement d’enseignement supérieur d’administration. Il a commencé ses études en 1889 et les a terminées étant reçu premier en 1893.

Continuer la lecture de « Mehmet Akif Ersoy, poète. »

Désolé, la copie des images et des textes n'est pas autorisée !