Mátyás Rákosi, homme d’état.

Mátyás Rákosi, né Mátyás Rosenfeld, le 9 mars 1892 à Ada et mort le 5 février 1971 à Gorki, est un homme d’État hongrois. Secrétaire général du Parti communiste hongrois, puis du Parti des travailleurs hongrois, il est Premier ministre en 1952-1953. Il s’exile en Union soviétique lors de la révolution hongroise d’octobre 1956.


Mátyás Rosenfeld naît à Ada, un village du comté de Bács, dans l’Empire austro-hongrois (aujourd’hui en Serbie), dans une famille juive, quatrième fils d’un épicier ; sa mère devait donner naissance à sept autres enfants, mais par la suite, il rejettera complètement le judaïsme, et même toute religion, conformément à l’athéisme de la doctrine communiste.

Pendant la Première Guerre mondiale, il sert dans l’armée austro-hongroise sur le front de l’Est où il est capturé. Les événements révolutionnaires en Russie font de lui un marxiste convaincu et, après son retour en Hongrie, il participe à la République des conseils de Hongrie de Béla Kun en qualité de commissaire au commerce ; après la chute du régime, il s’enfuit en Union soviétique. À son retour en Hongrie en 1924, il est emprisonné par le régime de l’amiral Horthy. Après seize ans  d’emprisonnement, il est renvoyé en Union soviétique en 1940, en échange des drapeaux révolutionnaires hongrois capturés par les troupes russes à Világos en 1849. En Union soviétique, il devient un des chefs du Komintern. Il revient à Debrecen, en Hongrie, le 30 janvier 1945, chargé par les autorités soviétiques d’organiser le Parti communiste.

Continuer la lecture de « Mátyás Rákosi, homme d’état. »

Józef Bem, général et pacha de l’empire ottoman.

Józef Zachariasz Bem (en hongrois Bem József), né le 14 mars 1794 à Tarnów et mort le 10 décembre 1850 à Alep (Syrie), est un général polonais, un pacha de l’Empire ottoman, un héros national polonais et hongrois et une figure européenne du patriotisme. Formé aux idéaux de la Révolution française, il a joué un rôle essentiel dans les mouvements nationaux d’Europe centrale et balkanique.


Józef est le fils de Andrzej Bem, avocat au Tribunal de la Noblesse de Tarnów et professeur de mathématiques, et de Agnieszka née Gołuchowska.

Józef Bem, formé à l’université Jagellonne, puis à l’académie militaire et à l’école d’artillerie de Varsovie, s’engage dans l’artillerie montée du duché de Varsovie et prend part, au sein de la Grande Armée, à la campagne de Russie de 1812. Il reçoit la Légion d’honneur pour son courage lors du siège de Gdansk (1813).

Continuer la lecture de « Józef Bem, général et pacha de l’empire ottoman. »

György Dózsa, chef sicule.

György Dózsa de Makfalva (en hongrois : Makfalvi Dózsa  György ; roumain : Gheorghe Doja din Ghindari ; allemand : Georg Dózsa von Makfalva ; latin : Georgius Dosa Siculus de Makfalva), né vers 1470 à Dálnok/Dalnic et exécuté en juillet 1514 à Temesvár/Timișoara, est le chef sicule d’une grande jacquerie paysanne en 1514, en Transylvanie.


Dózsa György / Gheorghe Doja, est un sicule de Transylvanie. Il avait combattu comme mercenaire contre l’Empire ottoman : il fut distingué et anobli. Lors du prêche d’une « nouvelle croisade » contre les Turcs, on promit la liberté aux serfs et aux corvéables qui acceptent de s’y engager, mais les magnats hongrois refusent cette mesure qui menace leurs propriétés, et poursuivent les bandes de paysans qui se rassemblent, jusqu’à ce que l’archevêque d’Esztergom interdise le recrutement de croisés le 15 mai 1514.

Continuer la lecture de « György Dózsa, chef sicule. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.