James Clark Ross, explorateur et naturaliste.

Sir James Clark Ross, né le 15 avril 1800 à Londres et mort  le 3 avril 1862 à Aylesbury, est un officier de la Royal Navy, un explorateur polaire et un naturaliste britannique. Il a exploré l’Arctique avec son oncle Sir John Ross et avec Sir William Edward Parry avant de conduire sa propre expédition en Antarctique.


James Clark Ross est né à Londres. Il est le troisième enfant de l’homme d’affaires George Ross, et de sa femme Christian Clark. Son père vient d’une éminente famille du Wigtownshire en Écosse et est le frère aîné de l’explorateur de la Royal Navy John Ross.

Très influencé par son oncle John Ross, Ross entre dans la marine peu avant ses douze ans. Il est alors engagé comme « volontaire de première classe » sur le HMS Briseis mais sous l’impulsion de son oncle, il est promu rapidement comme « midshipman » sous son propre commandement. Après six années, ils partent tous les deux sur le HMS Actaeon, naviguant notamment en mer Baltique, en mer Blanche et dans la Manche. Ils sont ensuite affectés au HMS Driver basé sur la côte ouest de l’Écosse.

Continuer la lecture de « James Clark Ross, explorateur et naturaliste. »

John Keats, poète.

John Keats, né le 31 octobre 1795 à Londres et mort le 23 février 1821 à Rome, est un poète britannique considéré comme un romantique de la deuxième génération, celle de Lord Byron et de Percy Bysshe Shelley. Il commence à être publié en 1817, soit quatre années avant sa mort de la phtisie, à vingt-cinq ans.

La poésie de John Keats se réclame de nombreux genres, du sonnet et de la romance spensérienne jusqu’à l’épopée inspirée par John Milton et qu’il remodèle selon ses exigences. Ses œuvres les plus admirées sont les six odes datées de 1819, l’Ode sur l’indolence, l’Ode sur la mélancolie, l’Ode à Psyché, l’Ode sur une urne grecque, l’Ode à un rossignol et l’Ode à l’automne, souvent considérée comme le poème le plus abouti jamais écrit en anglais.

De son vivant, Keats n’est point associé aux principaux poètes de la mouvance romantique, et lui-même se sent mal à l’aise en leur compagnie. En dehors du cercle d’intellectuels libéraux gravitant autour de son ami, l’écrivain Leigh Hunt, son œuvre se voit critiquée par les commentateurs conservateurs comme étant mièvre et de mauvais goût, de la « poésie de parvenu » selon John Gibson Lockhart, et d’après John Wilson Croker « mal écrite et vulgaire ».

Continuer la lecture de « John Keats, poète. »