George Anson, officier de marine et explorateur.

George Anson (1697-1762), 1er baron Anson, est un officier de marine, explorateur et aristocrate britannique des xviie et xviiie siècles. Son voyage autour du monde eut un très grand retentissement en Grande-Bretagne et le journal de bord de son Voyage autour du monde dans les années 1740, 41, 42, 43, et 44 a été publié à Londres en 1748 par le chapelain d’Anson, Richard Walter. Basé sur plusieurs journaux tenus par des officiers du Centurion, il a été traduit en français et en allemand l’année suivante et connut un grand succès, tant dans le milieu maritime que dans le milieu littéraire de l’époque.

Entré jeune dans la Royal Navy, Anson gravit les échelons de la hiérarchie. Promu au grade de vice admiral et anobli au début de la guerre de Succession d’Autriche, il est l’un des plus hauts gradés de la Navy au début de la guerre de Sept Ans et vice-amiral de Grande-Bretagne en 1755. First Sea Lord l’année suivante, il commande les flottes engagées contre la France. Il est plus tard surnommé comme étant le « Père de la marine » (« The Father of the Navy »).

Continuer la lecture de « George Anson, officier de marine et explorateur. »

Frederick Corbin Lukis, archéologue, naturaliste et antiquaire.

Frederick Corbin Lukis (24 février 1788 – 15 novembre 1871) était un archéologue , naturaliste , collectionneur et antiquaire britannique .

Lukis est né à La Grange, Saint Peter Port , Guernesey . Il était le plus jeune des quatre enfants de Sarah ( née Collings ; 1749-1816) et du capitaine John Lukis (1753-1832). Son père était un membre de la milice royale de Guernesey qui a fait fortune dans le « monde légèrement trouble » de la course et de l’importation de vin cher. Déjà dans sa jeunesse Lukis s’est intéressé à l’histoire naturelle, et a assisté probablement au Collège Elizabeth.

Il a été fortement influencé par son parent âgé, le botaniste Joshua Gosselin (1739-1813), qui l’a emmené à sa première fouille dans une caverne artificielle récemment découverte. L’expérience a déclenché une passion de longue date pour la protection du patrimoine de l’île. Il devint membre de la Society of Antiquaries of London le 28 avril 1853, mais ne publia jamais dans le journal de la Society, Archaeologia . Comme son père, il a servi dans la milice de l’île, devenant colonel et aide de camp du dernier gouverneur de l’île, William Keppel.

Continuer la lecture de « Frederick Corbin Lukis, archéologue, naturaliste et antiquaire. »

John Wesley, religieux, théologien et évangelisateur.

John Wesley ; (28 juin (a.s. 17 juin) 1703 – 2 mars 1791) est un religieux, théologien et évangélisateur anglais qui fut le déclencheur d’un mouvement de réveil au sein de l’Église d’Angleterre connu sous le nom de méthodisme.

À l’Université d’Oxford, Wesley présidait le « Holy Club », une société créée dans le but d’étudier et de poursuivre une vie chrétienne dévote qui avait été fondée par son frère Charles et comptait George Whitefield parmi ses membres. Ordonné prêtre anglican en 1728, il connaît d’abord un ministère infructueux de deux ans à Savannah en Géorgie, puis revient à Londres où il rejoint une société religieuse dirigée par des Frères moraves. Le 24 mai 1738, il connaît une expérience spirituelle au cours de laquelle il sent son cœur « étrangement réchauffé ». Il quitte ensuite les Moraves, commençant son propre ministère.

Comme pour George Whitefield, la prédication itinérante, parfois en plein air, a été l’une des clés du développement de son ministère. Sillonnant la Grande-Bretagne et l’Irlande, il forme de petits groupes de chrétiens engagés qui développent leur propre processus d’instruction et d’adhésion religieuse et il confie à des évangélistes laïcs itinérants le soin  d’accompagner ces groupes, cela sans rompre avec l’Église d’Angleterre et en insistant au contraire sur le fait que le mouvement méthodiste  s’inscrivait bien dans sa tradition. Sa prédication n’est cependant pas toujours bien reçue par les pasteurs anglicans et il lui sera interdit de prêcher dans de nombreuses églises paroissiales – ce qui l’incitera d’autant plus à prêcher en plein air, et les méthodistes furent parfois persécutés.

Continuer la lecture de « John Wesley, religieux, théologien et évangelisateur. »