Pierre Mauroy, homme d’état.

Pierre Mauroy, né le 5 juillet 1928 à Cartignies (Nord) et mort le 7 juin 2013 à Clamart (Hauts-de-Seine), est un homme d’État français. Il est député du Nord entre 1973 et 1992, maire de Lille de 1973 à 2001, Premier ministre de 1981 à 1984 et sénateur de 1992 à 2011.


Né en 1928 d’un père instituteur et d’une mère catholique pratiquante, Pierre Mauroy est l’ainé d’une famille de sept enfants. Son père installé à Haussy, il devient élève des lycées de Cambrai et du Cateau-Cambrésis, puis élève-professeur-stagiaire de l’École normale nationale d’apprentissage (ENNA) de Cachan. Il s’engage dès l’âge de dix-huit ans à la SFIO dans les Jeunesses socialistes et en devient, en 1950, le secrétaire national. En 1951, il fonde la fédération nationale Léo-Lagrange, l’un des plus importants mouvements français d’éducation populaire.

Continuer la lecture de « Pierre Mauroy, homme d’état. »

La ligue de l’enseignement.

La Ligue de l’enseignement est une confédération d’associations françaises qui revendique 25 000 associations locales. Son organisation s’appuie sur 103 fédérations départementales, elles-mêmes regroupées au sein d’unions régionales. Les associations locales, les fédérations départementales et le centre confédéral comptent plusieurs milliers de salariés et des centaines de milliers de bénévoles, et œuvrent dans les domaines de l’éducation populaire ou de l’enseignement, des pratiques artistiques et culturelles, des activités sportives, des vacances et des loisirs, de la formation professionnelle ou de l’action sociale.

Elle est l’organisation associative qui perçoit la plus importante subvention annuelle du ministère de l’Éducation nationale : en 2013, elle a reçu 23 millions d’euros2, devant l’Union nationale du sport scolaire (UNSS – 17 millions) qui fédère les associations scolaires en collèges et lycées ou les Pupilles de l’enseignement public (PEP – 6 millions).


Le mouvement d’éducation populaire est créé en 1866 par Jean Macé qui s’inspire de l’exemple de la Belgique où avait été fondée, en 1864, une ligue destinée à défendre la laïcité. La fondation de la ligue française de l’enseignement a inspiré les lois sur l’école « gratuite, obligatoire et laïque » à la fin du XIXe siècle.

Continuer la lecture de « La ligue de l’enseignement. »

Ville de Quimperlé (Finistère).

Quimperlé est une commune française, située dans le département du Finistère en région Bretagne.

Au Paléolithique, l’homme de Néandertal a selon toute vraisemblance fréquenté les abords de Quimperlé comme en atteste un lieu de taille de l’époque moustérienne situé à la limite même de la commune de Clohars-Carnoët, dans la forêt, avec une très belle roche locale, entre calcédoine et jaspe . En des temps plus proches de nous, correspondant à la période allant du Néolithique à l’époque gallo-romaine, des traces d’un habitat épars existent dans la région mais aucune trace d’une quelconque agglomération n’a été trouvée sur le site actuel de Quimperlé. À Quimperlé même se trouvent le dolmen (un dolmen, non-quimperlois, déplacé par La Villemarqué) de Keransquer, rue de Lorient et dans le voisinage des menhirs et des allées couvertes. En forêt de Lothéa, on peut voir un dolmen et plusieurs tumulus dont l’un livra, en 1843, des pointes en silex, des armes en bronze et trois chaînes de cou, l’une en bronze, l’autre en argent et la troisième en or. Des tuiles trouvées près du cimetière de la chapelle Saint-David attestent d’une présence gallo-romaine, avérée aussi en forêt de Carnoët.

Continuer la lecture de « Ville de Quimperlé (Finistère). »