Ville d’Opole (Pologne).

Opole ; en silésien : Uopole ; en allemand : Oppeln, est une ville du sud de la Pologne, chef-lieu de la voïvodie du même nom. Opole est une ville-powiat et est le chef-lieu du powiat d’Opole sans se trouver sur son territoire. Avec 128 140 habitants en 2017, il s’agissait de la vingtième plus grande ville polonaise.

Fondée au Xe siècle, la ville est pourvue des libertés et privilèges relatifs au droit de Magdebourg en 1217, sous le règne de Casimir Ier d’Opole, seigneur de la dynastie des Piasts, dont Opole est une place forte. A l’époque de la Renaissance, la ville profite de sa position avantageuse, à la croisée de plusieurs routes commerciales, et devient un centre économique régional majeur, à la frontière entre sphères germaniques et polonaises. En 1655, l’invasion suédoise de la Pologne pousse le roi Jean II Casimir Vasa et sa cour à se retirer à Opole, d’où le souverain publie un manifeste appelant  tous les Polonais à la guerre contre l’envahisseur. En 1668, Opole passe aux mains des Habsbourg avant d’être rattachée à la Prusse par le traité de Breslau (1742). Rebaptisée Oppeln, elle est intégrée à l’Empire allemand en 1871. La ville ne redeviendra polonaise qu’en 1945 à la suite de la conférence de Potsdam et retrouvera son nom polonais d’origine.

Son histoire mouvementée a façonné l’architecture de la ville et ses  nombreux monuments, à la fois d’inspiration polonaise et allemande. La population d’Opole fut toujours un mélange de polonais et d’allemands, ce qui demeure encore aujourd’hui, la voïvodie d’Opole comptant encore une importante minorité allemande et plus de 100 000 germanophones.


La région d’Opole fut le berceau de la tribu des Opolans qui a intégré l’État polonais nouvellement créé en 966, et Opole fut un des centres les plus importants de la Silésie polonaise avec Legnica et Brzeg jusqu’en 1532 quand la Pologne perdit la ville avec l’extinction de la dynastie Piast. Entre 1532 et 1945 la ville a appartenu à plusieurs États de langue allemande : le Brandebourg, l’Autriche, la Prusse et l’Allemagne unie, à l’exception de la période entre 1597 et 1625 pendant laquelle la ville est revenue à la Pologne. En 1945, la ville a une fois de plus réintégré la Pologne mais conserve une minorité de population de langue allemande.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.