L’Opération Cobra (1944).

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Histoire
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :15 mai 2024
  • Temps de lecture :8 min de lecture

L’opération Cobra est le nom de code de l'offensive américaine menée fin juillet 1944 dans le Cotentin pendant la bataille de Normandie afin de s'ouvrir la route de la Bretagne, et d'enfoncer les lignes de défense allemandes. La réussite de cette opération, suivie de la percée d'Avranches, puis le contournement des lignes allemandes, en fait le tournant majeur de l'offensive alliée en Normandie. Les allemands sont des unités usées par des semaines de combat. Les renforts arrivent au compte-goutte. Un total de 8 000 hommes et d'une cinquantaine de chars devront s'opposer à la percée américaine. La Panzer Lehr, présente sur le front, a beaucoup souffert des derniers combats. La 2e Panzerdivision SS (Das Reich), la 17e Panzergrenadier SS, la 5e Fallschirmjäger-Division, bien qu'amoindries, constituent encore une menace sérieuse. C'est au VIIe corps, commandé par le général Lawton Collins, qu'est dévolue la mission de percer le front allemand. Six divisions dont deux blindées sont massées sur un front de huit kilomètres. La 9e division d'infanterie et la 30e division d'infanterie doivent s'engager dans la brèche créée par un bombardement intense, suivies par la 1re division d'infanterie. Les deux divisions blindées doivent s'y engouffrer pour se ruer sur les arrières des Allemands. George Patton est arrivé avec la IIIe armée américaine dans le Cotentin (pour l'anecdote,…

Continuer la lectureL’Opération Cobra (1944).

Pegasus Bridge.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:HistoireSites et Monuments
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :15 mai 2024
  • Temps de lecture :6 min de lecture

Pegasus Bridge (pont Pégasus) est le nom qu'a reçu, après les opérations du 6 juin 1944 pendant la Seconde Guerre mondiale, le pont de Bénouville en l'honneur des parachutistes britanniques dont le cheval ailé Pégase était l'emblème. Le pont est inauguré, avec son nom de guerre, le 11 mars 1945. Il était situé sur le canal de Caen à la mer, en Normandie. Lors de l'opération Deadstick, élément de l'opération Tonga, le nom de code de la prise du pont était Euston. Sa prise de contrôle par un coup de main des commandos britanniques, arrivés de nuit par planeurs, est un des hauts-faits du débarquement de Normandie le Jour J. L'original a été remplacé par un nouveau pont similaire mais plus long en 1994. En 1857, le canal de Caen à la mer est ouvert à la navigation et un premier pont tournant est alors mis en service. Ce pont, qui porte alors la route nationale 814 (actuelle route départementale 514), remplace un ancien bac sur l'Orne (l'ancien lit de l'Orne ayant été réutilisé entre Bénouville et le déversoir du Maresquier). À partir de 1892, il est parcouru par les tramways des Chemins de fer du Calvados. Sur la rive gauche du canal, se trouve la bifurcation entre…

Continuer la lecturePegasus Bridge.

André Kolingba, militaire et homme d’état.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Nos personnages célèbres
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :15 mai 2024
  • Temps de lecture :4 min de lecture

André Kolingba, né le 12 août 1936 à Bangui et mort le 7 février 2010 à l'hôpital Val de Grace à Paris 5e, est un général et homme politique centrafricain qui dirigea la République centrafricaine d'une main de fer de 1981 à 1993. Autoritaire, il quitte le pouvoir en 1993 après un échec électoral et un nouveau coup d'État raté. Après plusieurs tentatives il ne parvient pas à retourner au pouvoir. Né en 1936 à Bangui, dans l'ancienne colonie française d'Oubangui-Chari, il intègre l'armée française en 1954. Il est formé à l’École militaire préparatoire Général-Leclerc de Brazzaville (Congo), puis en France, à l'École des officiers d'active de Fréjus et à l'École des transmissions de Montargis. Il est nommé ambassadeur au Canada, puis en Allemagne de l'Ouest par Bokassa Ier. À la chute de celui-ci en 1979, le président David Dacko le nomme chef d'état-major des armées. Alors général, Kolingba démet le président Dacko de ses fonctions le 1er septembre 1981 et suspend la Constitution. Ce putsch a parfois été présenté, notamment dans la presse occidentale, comme un « pseudo coup d'État ». Dacko, en difficultés et malade, aurait en réalité accepté un « arrangement ». Cette version des faits ne…

Continuer la lectureAndré Kolingba, militaire et homme d’état.