Barbora Markéta Eliášová, voyageuse, écrivaine et enseignante.

Barbora Markéta Eliášová (2 novembre 1874 Jiříkovice [1] – 27 avril 1957 Prague) était une voyageuse, écrivaine et enseignante tchèque. En 1912-1929, elle effectue quatre voyages au Japon, ainsi qu’en Afrique du Sud, en Asie du Sud-Est et en Australie. La tchèque a été la première à faire le tour du monde.


Elle est née dans le village de Jiříkovice dans la maison n°26 en tant que fille illégitime d’Apolena Eliášová. Le père n’est pas inscrit au registre. La mère est décédée quand Barbora avait 4 ans. Elle a ensuite été élevée pour les dépenses municipales. L’enseignant local Jan Hudeček a remarqué son talent et l’a encouragée dans ses études. Sur la recommandation du professeur, elle est allée dans une famille sans enfant à Brno à l’âge de quatorze ans, où elle a travaillé dans une usine textile. Ici, elle a trié la laine selon la qualité et après le travail, elle a appris l’allemand. Ensuite, elle a obtenu un emploi de femme de chambre avec une actrice allemande et sa mère. Elle a eu accès à une vaste bibliothèque et a ensuite déménagé à Vienne avec l’actrice et sa mère, où elle a été autorisée à suivre des cours d’anglais, d’allemand et de base commerciale.

Elle est allée à Prague, où elle s’est occupée de la correspondance allemande et française à l’entreprise de parquet d’Otakar Skřivan. Elle a réussi  l’examen d’État en anglais, au cours duquel elle a rencontré le professeur d’université Václav Emanuel Mourek et sa femme anglaise. Le couple sans enfant l’a soutenue dans ses études et lui a prêté de l’argent pour un voyage en Angleterre, où elle a pu améliorer sa conversation en anglais. En chemin, elle et son amie ont également visité Paris et plusieurs villes allemandes et suisses. Après son retour en 1904, elle a commencé à enseigner l’anglais à Prague à l’ école supérieure de filles , à l’association de production féminine Eliška

Krásnohorská.et elle a aussi donné des cours particuliers. En 1911, son fiancé et le professeur Mourek moururent d’un empoisonnement du sang. Elle a décidé de prendre des vacances annuelles non payées pour se rendre au Japon. En juillet 1912, elle part d’abord pour Moscou puis pour le  Transsibérien jusqu’à Vladivostok . Pendant trois jours, elle a navigué sur le vapeur Simbirsk jusqu’à l’île japonaise de Honshu , où elle a voyagé en train jusqu’à la station de montagne de Karuizawa sous le volcan Asama près de Nagano . Ici, elle a travaillé comme éducatrice de deux filles du professeur d’anglais Lawrence de l’ Université de Tokyo , dont la famille s’est liée d’amitié avec Mme Mourková. Les filles de Tokyo ont fréquenté l’école du monastère du Sacré-Cœur, dont le bâtiment a été construit par l’ architecte tchèque Jan Letzel . Ensemble, ils ont fait des voyages dans des temples bouddhistes. Lorsque la famille est retournée à Tokyo à la fin de l’été, Barbora Eliášová est restée à l’hôtel familial Imaširokan à Tokyo après 14 jours et a commencé à enseigner l’anglais dans une école pour  fonctionnaires des postes. Des dames anglaises et américaines enseignaient à nouveau le français et l’allemand. Dans ses temps libres, elle s’intéressait à l’arrangement des fleurs, à la culture du bonsaï, à une cérémonie du thé ou à la technique traditionnelle de teinture des tissus. Elle a été la première européenne à suivre un cours d’ ikebana. Elle a appris le japonais, a commencé à porter un kimono, a mangé avec des baguettes et a largement adopté le mode de vie japonais. Elle est retournée en Europe par bateau Corée à travers les îles hawaïennes etSan Francisco . Ici, elle a été détenue pendant cinq jours pour suspicion d’espionnage pour le Japon. Puis elle a continué en train à travers Oakland , Chicago et Buffalo jusqu’à New York . De là, elle a traversé l’ Islande jusqu’à Cuxhaven, en Allemagne . En 1915, à ses frais, elle publie le livre A Year of Life Among the Japanese and Around the Globe.

En 1920, Elijah repartit pour le Japon par le canal de Suez , visitant l’ Inde , la péninsule malaise et la Chine. Au Japon, elle donne des conférences dans les écoles sur la nouvelle Tchécoslovaquie et écrit dans des magazines. En tant que stagiaire, elle a travaillé à la nouvelle ambassade tchécoslovaque à Tokyo, dirigée par le diplomate Karel Pergler . Pergler avait des relations conflictuelles avec le ministre des Affaires étrangères Edvard Beneš , à qui Eliášová a rendu compte du travail de l’ambassade. Il a finalement été rappelé et retiré prématurément en 1921. Elle est rentrée chez elle via Seattle et New York. Elle a reçu une lettre de remerciement du bureau du président TG Masaryk pour son travail. Elle a décrit son expérience et les coulisses de la diplomatie tchécoslovaque dans un livre Sous Karel Pergler : Une année de vie à l’ambassade tchécoslovaque au Japon.

En 1923, elle part pour le Japon pour la troisième fois. Elle a navigué sur le navire Trieste de Brindisi à Port-Saïd , a visité les pyramides égyptiennes de Gizeh et a continué à travers le canal de Suez via Aden, l’ océan Indien jusqu’à Colombo , Ceylan, puis via Singapour , Hong Kong et Shanghai . De là, le navire japonais Yamashito Maru a navigué vers Nagasaki et Yokohama.

Le 1er septembre 1923, il y a eu un grand tremblement de terre dans la région de Kanto , au cours duquel il a failli perdre la vie et tous ses biens. Plus de 100 000 personnes sont mortes dans la catastrophe. Elle a entrepris un voyage de trois jours de Yokohama au port de Kobe , entièrement dépendante de l’aide de la population locale. L’ambassade de Tchécoslovaquie lui a donné une robe et un passeport de rechange. Le 10 octobre 1923, elle a navigué sur le vapeur Empress of Russia jusqu’à Vancouver , puis en train à travers Chicago et New York, quand elle a survécu à une collision avec un train express. Elle est revenue en Europe par George Washington . Elle a décrit ce séjour au Japon dans le livre In Japan in Good and Evil. Elle a commencé à donner des conférences dans tout le pays et à la radio. A Roztoky près de Prague, elle a acheté la maison n° 213 dans la rue Jungmannova. Elle a ensuite fait planter du sakura rose sur la place Tyršov locale . (En 1924, le scientifique et voyageur japonais Joe Hloucha à Roztoky fit également adapter la villa Sakuru de style japonais pour ses collections.)

En août 1925, Eliášová se rend pour la quatrième fois en Asie grâce à une bourse du ministère de l’Éducation et de l’ Académie tchèque des sciences et des arts d’une valeur de 6 000 CZK. À l’origine, elle allait à nouveau au Japon, mais pendant le voyage, elle a décidé de visiter l’Australie. Il a navigué de Rotterdam par Patria via Marseille , Port-Saïd jusqu’à Singapour et Java , où il a passé trois mois. Ensuite, elle a visité Bali et a navigué de Surabaya sur le Moutoro jusqu’en Australie . De là, le Baradine est revenu via Cape Town et les îles Canariesretour en Europe. Elle a publié le livre Une année dans l’hémisphère sud sur ce voyage de treize mois.

En 1929, elle entreprend son dernier voyage au Japon, pour lequel elle reçoit 30 000 CZK d’Edvard Beneš. Au cours de son voyage de quatre mois, elle a également visité la Corée , la Mandchourie et l’ Union soviétique . Cependant, elle n’a écrit aucun récit de voyage à son sujet et son parcours est donc inconnu.

De 1929 à 1939, elle travaille au ministère des Affaires étrangères, où elle traduit des articles de la presse étrangère pour les fonctionnaires ministériels. Elle a commencé à écrire de la littérature pour les jeunes et a également publié des contes de fées japonais. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle rejoint la résistance , quand, par exemple, elle reproduit des tracts illégaux. Au cours des dernières années de sa vie, elle a souffert de rhumatismes articulaires et a été confinée dans un fauteuil roulant. Elle a été prise en charge par son élève Eugénie Plíhalová , qui a également organisé une partie de ses archives et a été l’exécuteur testamentaire de ses dernières volontés. Son héritage écrit a été légué au Thimble Museum . Elle est décédée dans son appartement de la maison du professeur à Pankrác . Elle est enterrée dans les cimetières d’Olšany.

En 2003, une plaque commémorative a été dévoilée dans sa ville natale de Jiříkovice dans la salle de réunion du bureau municipal. Le 14 octobre 2009, un timbre-poste tchèque mesurant 40 × 23 mm d’une valeur de 18 CZK a été émis, sur lequel Barbora Markéta Eliášová était représentée dans un kimono et en arrière-plan avec la montagne japonaise Fuji. En 2019, un représentant de l’ambassade du Japon, ​​M. Kei Onishi, a dévoilé une plaque commémorative à la Villa Aoyama, où BM Eliáš a vécu de 1921 à 1935.

Source : Wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, la copie des images et des textes n'est pas autorisée !