Ville de Brno (Tchéquie).

Brno, en allemand : Brünn, autrefois en français : Brin) est une ville de Tchéquie et la capitale de la région de Moravie-du-Sud. Brno est la deuxième plus grande ville du pays avec une population de 382 405 habitants en 2021.

Brno est la capitale de la région historique de Moravie et actuellement de la Moravie du Sud.


L’étymologie du nom Brno fait l’objet de controverses. L’hypothèse la plus vraisemblable est que le mot vient du vieux tchèque brnen, brno qui signifie marécageux. Des hypothèses concurrentes font dériver le mot Brno du verbe slave brniti qui signifie armer ou fortifier ou du mot celte (langue parlée dans la région avant l’arrivée des peuples slaves et germaniques) pour désigner une colline (en gallois par exemple, colline se dit bryn, ou encore en breton la racine bre- signifie mont ou colline). Brno est également appelée Bruna en latin, Brin en français, Brünn en allemand et ברין en yiddish.

Brno, carte maximum, Tchécoslovaquie.

Brno est située au confluent des rivières Svitava et Svratka, à 112 km au nord de Vienne, à 123 km au nord-nord-ouest de Bratislava, à 139 km au sud-ouest d’Ostrava et à 185 km au sud-est de Prague.

Brno est fondée en 1243 et reste une ville fortifiée jusqu’au XIXe siècle. Elle devient la capitale du margraviat de Moravie à partir de 1641. Elle est le centre politique et culturel de la région de la Moravie méridionale.

Le circuit Masaryk est situé au nord-ouest de la ville. Le Grand Prix moto de Tchéquie s’y déroule chaque année.

Le dialecte qui y est parlé est appelé hantec.

L’usine de fabrication de tracteur Zetor est située à Brno. L’usine de fabrication de ballons à air chaud et de dirigeables Ballons Kubicek est située à Brno, tout comme l’usine Explosia a.s, qui fabrique l’explosif semtex.

Un tiers de la production mondiale de microscopes électroniques à balayage est produite à Brno. Les entreprises Tescan et Delong Instruments ont leur siège dans cette ville.

L’ancien hôtel de ville (Stará radnice), construit au XIIIe siècle, est le bâtiment civil le plus ancien de la ville. Il détient notamment une haute tour, surmontée d’un toit renaissance. La première mention écrite situant le siège de l’administration de la ville en ces lieux remonte à 1343. Il y demeure jusqu’en 1935, année durant laquelle il est transféré à l’ancien couvent dominicain.

En 1510 un accès à la cour intérieure est aménagé sous la tour. L’entrée est munie l’année suivante d’un portail gothique, dû à Anton Pilgram, dont on note l’inclinaison — délibérée — du pinacle central. La statue représentant la justice et l’emblème datent de l’année 1660 et les consoles de la partie figurative de 1873. Le portail a subi deux restaurations importantes : une première en 1884 par le sculpteur F. Dressler qui remplace les trois consoles centrales, puis une seconde en 1900 où les deux consoles extérieures sont remplacées par des consoles gothiques.

Brno, entier postal, Tchécoslovaquie.

Au XIXe siècle l’hôtel de ville abrite une prison. La ville gagnant en importance, la municipalité engage de nombreuses reconstructions dont la plus importante est le réhaussement de la tour en 1905, sur un projet de P. Meumann. La maçonnerie est rehaussée et le toit est remplacé par une copie de l’ancien.

Certaines parties labyrinthiques sont accessibles en visite guidée : cave du maître monnayeur, ossuaire sous l’église Saint-Jacques (deuxième plus grand d’Europe), égouts modernes, tunnels…

La cathédrale, construite à l’emplacement d’un ancien château fort, domine la colline de Petrov. Il s’agit d’un édifice de style gothique tardif du XIIIe siècle, construit sur une crypte plus ancienne, et remanié dans le style baroque en 1743-1746 après que les Suédois l’eurent incendié lors du siège de 1645. La façade et les tours ont été terminées au début du XXe siècle.

Pendant de Petrov, la forteresse du Spielberg (en tchèque : Špilberk) domine la ville. C’est une prison d’État célèbre pour ses cachots ayant enfermé des protagonistes du Risorgimento italien. On la surnommait d’ailleurs « la prison des nations ». Piero Maroncelli, Federico Confalonieri, Silvio Pellico l’ont ainsi fréquenté. Ce dernier, après sa libération, raconte sa captivité dans un livre, Le Mie Prigioni (Mes Prisons, 1832). Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Gestapo investit la forteresse qui devint un centre de torture. Ce lieu de sinistre mémoire abrite aujourd’hui une exposition sur l’histoire de la ville et le musée municipal.

Dans la Chartreuse de Parme de Stendhal, le jeune Fabrice exprime par deux fois sa crainte d’y être envoyé.

Comme de très nombreuses croix et colonnes de peste, c’est une colonne commémorative, élevée après une épidémie de peste, de l’époque baroque.

En 2006-2010, a été installée sur la grande Place de la Liberté, en souvenir de la fontaine installée en 1645 à l’époque suédoise, un objet étrange, entre projectile, fusée et phallus. Cet ouvrage, dû à Oldrich Rujbr et Petr Kamenick, est en fait une horloge, connectée à l’horloge de Francfort, pas du tout astronomique. Chaque minute fait se dresser une pointe au sommet de la construction. De même pour chaque heure et chaque demi-journée.

Le manuel de l’architecture de Brno (www.bam.brno.cz) propose 14 circuits architecturaux (1918-1945), concernant 98 architectes et 400 bâtiments.

Une exposition Brno / Bauhaus 1918-1938, visible à l’aéroport de Brno durant l’hiver 2017-2018, liste et documente des architectes et des réalisations de l’époque : Mies van der Rohe, Ernst Wiesner (1890-1971), Heinrich Blum (1894-1942), Endré Steiner (en) (1908-2008), Otto Esler (1893-1968), Norbert Troller (1896-1964), Jan Visek (1890-1966), Albert Esch (1893-1956), Marketa Roderova-Müllerova (1898-1981).

La Villa Tugendhat, construite entre 1929 et 1930 par l’architecte allemand Ludwig Mies van der Rohe, est classée au titre de monument de  l’architecture moderne du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis décembre 2001. Il s’agit d’un manifeste de l’architecture fonctionnaliste. Elle était commandée par les époux Fritz Tugendhat et Greta (Löw-Beer), tous les deux issus des familles d’industriels de Brno. D’origine juive, la famille s’était réfugiée en Suisse avant l’occupation du pays.

La ville est desservie par un réseau d’autobus ainsi que 13 lignes de tramway de plus de 70 kilomètres de long et 13 lignes de trolleybus de 107 kilomètres. La ville est reliée par des trains directs vers l’Autriche, la Pologne, la Slovaquie, l’Allemagne et le reste de la Tchéquie. La plus importante gare ferroviaire est la gare centrale de Brno. La ville possède un aéroport international situé à Brno-Tuřany.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.