Gerd Kanter, athlète.

Gerd Kanter, né le 6 mai 1979 à Tallinn, alors en URSS, est un athlète estonien, spécialiste du lancer du disque.


Gerd Kanter se révèle durant la saison 2005 en remportant la finale de la Coupe d’Europe hivernale des lancers de Mersin avec la performance de 66,05 m. Vainqueur cette même année des Universiades d’İzmir, il franchit par ailleurs pour la première fois la limite des 70 mètres (70,10 m à Chula Vista). Participant à ses deuxièmes Championnats du monde, il parvient à monter sur la deuxième marche du podium grâce à un lancer à 68,57 m, se classant derrière le Lituanien Virgilijus Alekna. Il conclut l’année 2005 en se classant deuxième des finales mondiales de l’IAAF. L’année suivante,  l’Estonien décroche la médaille d’argent des Championnats d’Europe à Göteborg avec 68,03 m, devancé une nouvelle fois par Alekna. Quelques jours après la compétition, il établit la meilleure performance de sa carrière, la troisième de tous les temps, en lançant son disque à 73,38 m à l’occasion du meeting d’Helsingborg.

Le 28 août 2007, Gerd Kanter remporte les Championnats du monde à Osaka en 68,94 m, devançant de plus de trois mètres les meilleures marques de l’Allemand Robert Harting et du Néerlandais Rutger Smith. Auteur d’un nouveau succès lors de la Coupe d’Europe hivernale des lancers, en début de saison, il conclut l’année en remportant la Finale mondiale de l’athlétisme de Stuttgart. Il est, pour la seconde année consécutive, désigné meilleur performeur mondial (72,02 m à Salinas). Il confirme son rang dès l’année suivante en enlevant son premier titre olympique lors des Jeux de Pékin, devançant notamment le Polonais Piotr Małachowski, avec un lancer à 68,82 m.

Continuer la lecture de « Gerd Kanter, athlète. »

Otto Strandman, diplomate et homme d’état.

Otto August Strandman, est un diplomate et homme d’État estonien, né le 30 novembre 1875 à Vandu et mort le 5 février 1941 à Kadrina.


Otto Strandman est le fils de Hans Strandman, enseignant. Il a fait des études de droit et a été diplômé en 1903. Il a alors commencé une carrière d’avocat à Tallinn. Il a été élu au conseil municipal de Tallinn de 1904 à 1905. Il a protesté contre les abus des propriétaires terriens allemands et le régime militaire russe. Connu pour ses positions favorables à l’indépendance estonienne, il a été contraint à l’exil au moment de la révolution russe de 1905. Il a pu revenir en Russie en 1906 mais avec interdiction de revenir en Estonie pendant trois ans. Il est ainsi retourné en Estonie en 1909 où il a exercé son métier d’avocat en défendant les participants estoniens à la révolution de 1905. Il a défendu le droit à une presse libre et à la liberté d’expression. Il a été nommé procureur au tribunal de Tallinn en 1917. En mars 1917, il a soutenu avec d’autres

hommes politiques l’autonomie de l’Estonie. Une assemblée provinciale estonienne (Maapäev) du gouvernorat autonome d’Estonie est mise en place à l’été 1917. Il y est élu sur la liste du parti social radical de Jüri Wilms. Il est président de cette assemblée entre le 25 octobre 1917 et le 27 novembre 1918, avec des interruptions dues à la révolution de 1917 et une brève occupation allemande à partir d’octobre 1917 à la suite d’une clause additionnelle du traité de Brest-Litovsk et la création par les Germano-Baltes d’un Duché balte uni inféodé à l’Empire allemand. Il est président du Maapäev quand cette assemblée proclame, le 28 novembre 1917, qu’elle détient le pouvoir suprême en Estonie. Elle proclame ainsi l’indépendance de l’Estonie le 24 février 1918. Il a été ensuite arrêté par les Allemands au cours de l’été 1918. Après le 11 novembre 1918, les Soviétiques entreprennent alors de reprendre le contrôle de l’Estonie entraînant la guerre  d’indépendance de l’Estonie. O. Strandman commence alors une carrière diplomatique en Suède pour obtenir l’appui des Suédois. L’indépendance de l’Estonie est reconnue par la République socialiste fédérative soviétique de Russie à la signature du traité de Tartu.

Continuer la lecture de « Otto Strandman, diplomate et homme d’état. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page