Kristjan Palusalu, lutteur.

Kristjan Palusalu (jusqu’en 1935 Kristjan Trossmann, 10 mars [ OS 26 février] 1908 – 17 juillet 1987) était un lutteur poids lourd estonien et vainqueur olympique. Palusalu est devenu le premier et le seul lutteur de l’histoire olympique à remporter à la fois les épreuves gréco-romaines et poids lourds de style libre.


Palusalu est né dans le village de Varemurru, paroisse de Saulepi, comté de Lääne (aujourd’hui village de Matsi, paroisse de Lääneranna, comté de Pärnu ) comme l’un des huit enfants de Jüri et Liisu Trossmann. Il est surtout connu pour avoir remporté deux médailles d’or aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin. Il a eu l’honneur de porter le drapeau estonien à l’Olympiastadion. Le triomphe a été célébré dans toute l’Estonie avec Palusalu et d’autres athlètes estoniens parcourant le pays en train pour prononcer des discours. Un tiers des habitants de Tallinn viennent le saluer et le gouvernement estonien lui accorde une ferme.

Après que l’ Union soviétique a occupé l’Estonie en 1940, Palusalu a été envoyé aux travaux forcés à Kotlas, en Russie en 1941. Il a tenté de s’échapper avec d’autres prisonniers mais a été capturé après quelques jours. Il a ensuite été condamné à mort avec ses camarades fugitifs mais a eu la chance d’aller en première ligne pour combattre la Finlande dans la guerre de continuation. Il a déserté du côté finlandais en Carélie du Nord, au nord-ouest du lac Onega. Selon un soldat finlandais, M. Suuperko, Palusalu et ses amis ont crié “Les garçons finlandais ne tirent pas sur les Estoniens”, lorsqu’ils ont franchi les lignes. Palusalu a rapidement été reconnu par une personne de l’armée finlandaise, qui avait une formation sportive (Heikki Savolainen).

Continuer la lecture de « Kristjan Palusalu, lutteur. »

Gustav Ernesaks, compositeur.

Gustav Ernesaks, né le 12 décembre 1908 à Perila, dans le comté de Harju, et mort le 24 janvier 1993 à Tallinn en Estonie, est un compositeur et chef de chœur estonien.


Sa popularité commence lors de la période pré-soviétique, dans l’Estonie indépendante, avec uns chanson humoristique, parlant d’un homme qui rentre chez lui fumant une pipe Let’s Go Home, Men !, popularisée par les

chœurs nationaux. Durant l’occupation de l’Estonie, pendant la Seconde Guerre mondiale, Ernesaks reste en Union soviétique, travaillant comme chef d’orchestre. Il est l’une des grandes figures du Festival estonien de la Chanson. Après la guerre, il rentre en Estonie et, il s’illustre comme chef d’orchestre du festival national de la Chanson de 1947. Il écrit le hymne de l’Estonie soviétique et de nombreuses chansons en honneur du régime stalinien.

En 1949, trois des quatre chefs d’orchestre du festival de la musique de 1947 seront arrêtés et déportés. Le seul survivant, Gustav Ernesaks sera nommé le chef d’orchestre principal du festival national de la musique de 1950. Il a prend à ce moment l’initiative d’inclure au programme du festival quelques chansons des compositeurs non soviétiques, notamment Most Beautiful Songs de Friedrich Saehelmann et de Miina Härma I Dedicate It All to My Beloved.

Il a joué un rôle majeur dans la Révolution chantante, qui a mené à l’indépendance de l’Estonie à la fin des années 1980.

Continuer la lecture de « Gustav Ernesaks, compositeur. »

Ragnar Nurkse, économiste.

Ragnar Nurkse (Käru, 5 octobre 1907 – 6 mai 1959) est un économiste américain d’origine estonienne et considéré comme l’un des pionniers de l’économie du développement. Il fut économiste au sein de la Société des Nations de 1934 à 1945.


Il est le promoteur de l’analyse en termes de cercles vicieux de la pauvreté (Ragnar 1953). La pauvreté se traduit par un faible revenu, ce qui ne permet pas d’épargner ou d’épargner peu. L’accumulation du capital qui en résulte est donc faible, ce qui ne permet pas d’accroître la productivité et donc les revenus. Nurkse préconise pour rompre le cercle vicieux un apport de capitaux étrangers. Le caractère tautologique de la théorie des cercles vicieux va être critiqué. En effet, cette théorie revient à affirmer que les pays sont pauvres parce qu’ils sont pauvres. De plus, la faible épargne dans les pays pauvres n’est pas observée dans la réalité. Enfin, cette théorie ne permet pas d’expliquer pourquoi les pays industrialisés ont pu rompre le cercle du sous-développement.

Il est aussi l’un des partisans avec Rosenstein-Rodan de la Théorie de la croissance équilibrée comme politique de développement pour sortir les pays en développement du sous-développement. Pour eux, l’existence d’interdépendances entre secteurs et entre l’offre et la demande nécessite un développement homogène de chaque secteur. Il s’oppose sur ce thème à Albert O. Hirschman qui est partisan d’une croissance déséquilibrée.

Source : Wikipédia.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.