Jeanne d’Arc, première héroïne française

En 1420, la France n’existe plus, le roi fou Charles VI et sa femme Isabeau de Bavière ont déshérité leur fils Charles au profit du roi d’Angleterre. Après l’assassinat de son père, Jean Sans Peur, le duc de Bourgogne Philippe III le Bon s’est allié à Henri V. En 1424, les Anglais envahirent le domaine de Charles et mirent le siège devant Orléans, ville-clef pour le passage de la Loire. Une fois la ville tombée, ils pouvaient facilement conquérir le reste du pays. Mais Orléans ne tomba pas, grâce à une paysanne ignorante de dix-huit ans : Jeanne d’Arc.


En 1422, le roi Charles VI meurt, c’est une chance que le redoutable Henri V soit mort quelques mois auparavant. Son fils Henri VI est trop jeune pour régner, mais il est l’héritier légitime du royaume, ses oncles assurent la régence. Le jeune roi est reconnu par l’Église, l’Université et le peuple de Paris. Les Anglais jouissent également d’une précieuse alliance avec le duc de Bourgogne, Philippe le Bon. En face, Charles VII règne sur le centre et au sud (pays d’oc). On le surnomme par dérision « le petit roi de Bourges ». Il n’a ni argent ni soutiens, si ce n’est celui de sa protectrice Yolande d’Aragon, des Armagnacs et de quelques mercenaires. Le roi est au bord du renoncement lorsqu’il rencontre Jeanne d’Arc.

Continuer la lecture de « Jeanne d’Arc, première héroïne française »

Philippe de Commynes, homme politique, chroniqueur et historien.

Trop longtemps, Philippe de Commynes a été cantonné dans une image réductrice : traître à Charles le Téméraire, il avait rejoint Louis XI, dont il était devenu un ministre éminent, ayant en soi le poids de ce « péché originel ». Le personnage est infiniment plus complexe. Ancré dans le Moyen Âge par son attachement à ses terres et à ses droits féodaux, il est plus encore tourné vers un monde nouveau où il tisse ses réseaux, de sa Flandre natale jusqu’au cœur de l’Italie.

Commynes est né vers 1445, vraisemblablement dans une famille d’origine yproise, les Le Clyte, dont l’anoblissement date de la fin du XIVe siècle. Durant les années passées dans l’intimité du duc de Bourgogne, il apprend à connaître et à supporter le tempérament violent de son maître.

 

 

Continuer la lecture de « Philippe de Commynes, homme politique, chroniqueur et historien. »

Jean Fouquet, peintre et miniaturiste

Jean Fouquet, né vers 1415, peut-être à Tours (France), et mort entre 1478 et 1481, probablement dans la même ville, est considéré comme l’un des plus grands peintres de la première Renaissance et le rénovateur de la peinture française du XVe siècle.

Formé dans la tradition française du gothique international, il développa un nouveau style en intégrant les fortes tonalités chromatiques du gothique avec la perspective et les volumes italiens du Quattrocento, ainsi que les innovations naturalistes des primitifs flamands. Ses chefs-d’œuvre sont le Diptyque de Melun et les miniatures des Heures d’Étienne Chevalier.

 

Continuer la lecture de « Jean Fouquet, peintre et miniaturiste »