Le tracteur agricole.

Un tracteur agricole (du latin trahere) est un véhicule automoteur, équipé de roues ou de chenilles, et qui remplit trois fonctions dans les travaux agricoles, ruraux ou forestiers :

  • la traction de remorques ou de “Machines ou Instruments Agricoles Remorqués” destinés au transport ou à la mise en valeur de l’exploitation, tels que les épandeurs à fumier, les pulvérisateurs traînés, les matériels de récolte, et labourer les terres pour les semis et récoltes … ;
  • le support d’outils ou de matériels agricoles installés, soit à l’avant (fourches/pelles sur chargeur frontal, rouleaux émotteurs, etc.), soit, le plus souvent, à l’arrière tels que charrues, déchaumeurs, faneuses, herses rotatives, broyeurs, souffleuses, etc. grâce à un système d’attelage qui est le plus souvent de type attelage trois-points pour les matériels portés ;
  • l’animation des pièces rotatives et des vérins de ces matériels agricoles est réalisée grâce à la prise de force généralement située à l’arrière, ou au système hydraulique (ou pneumatique).


Le tout premier tracteur à vapeur et à chenille a été inventé par le Russe Fiodor Blinov en 1881.

Tracteur agricole, carte maximum, Vaduz, 20/09/1982.

Le tracteur Froelich, conçu par John Froelich en 1892 dans l’Iowa aux États-Unis, est le tout premier tracteur équipé d’un moteur à explosion fabriqué de manière industrielle.

En 1907, Henry Bauchet alors constructeur automobile ardennais à la suite du départ de son associé Charles Schmidt chez Packard (où il allait créer la première Packard modèle G4) et son litige avec Renault sur la priorité de la prise directe, cessa de construire des automobiles. La mode était alors aux voitures à chaînes et, ne pouvant se plier à une technique qui ne répondait pas à ses conceptions, l’ingénieur ardennais préféra s’attaquer à la fabrication de moteurs fixes. Cette production trouvant des applications surtout dans le domaine de l’agriculture, il construisit, deux ans plus tard, en 1909, le premier tracteur à roues. À la déclaration de guerre, en 1914, il achevait le premier tracteur à chenilles.

Bauchet, leur permettant une importante souplesse car un équilibre automatique et une taille étroite permettant de passer dans les vignes, modèle commercialisé sous le nom de « vitichenille ». Comme il le disait lui-même, « la conduite en était si facile qu’un enfant pouvait le faire ! », arguments repris lors de la photo réalisée pour une publicité ou publication de ses tracteurs agricoles.

Le tracteur s’est développé en France avec la motorisation de l’agriculture après la Première Guerre mondiale, Peugeot, Renault et Citroën y voyant un débouché pour maintenir l’activité de leurs usines d’armement et éviter le chômage. Il prend son essor dans les années 1950. Les fermiers ayant vu leurs animaux de trait réquisitionnés par l’armée pendant la Seconde Guerre mondiale, ils n’avaient plus de chevaux ou de bœufs pour tracter leurs charrettes, si bien que les grandes exploitations agricoles du Bassin parisien se sont tournées vers le tracteur qu’on leur proposait grâce au développement de prêts sous forme de crédit. La loi du remembrement de 1941 (sous le régime de Vichy) visant à agrandir les surfaces cultivées ne commença à voir ses effets que dans les années 1960, en 1946, il y avait 145 millions de parcelle en France, avec une taille moyenne de 0,33 hectares, la taille de ces exploitations rendait l’utilisation des tracteurs difficiles et peu rentables. la somme allouée au remembrement par le ministère de l’agriculture passe de 62,9 millions de nouveaux francs en 1959 à 111,283 en 1960, soit environ le double. L’utilisation de machines. Le tracteur ne s’est véritablement imposé dans toutes les exploitations qu’à partir des années 1960.

Tracteur agricole, entier postal, Tchécoslovaquie, 1950.

Le tracteur agricole dans sa forme la plus classique possède quatre roues, les roues arrière sont motrices et de plus grand diamètre que les roues avant directrices. Les tracteurs à deux roues motrices sont de plus en plus rares. En effet, les agriculteurs utilisent des tracteurs de plus en plus puissants, demandant plus d’adhérence8. Le poste de conduite du tracteur peut être ouvert ou constitué d’une cabine dans laquelle le conducteur prend place sur un siège unique situé au centre. Les tracteurs modernes sont plus confortables (cabine suspendue, climatisée, siège pneumatique).

Depuis la fin des années 1980, l’apparition de l’électronique embarquée a permis de développer des « aides à la conduite ». Ainsi, un certain nombre d’opérations récurrentes se déclenchant lors des demi-tours au bout des champs par exemple peuvent être programmées par l’utilisateur. La plupart des tracteurs neufs sont vendus avec un ordinateur de bord permettant de surveiller tous les paramètres du tracteur et détecter un éventuel problème.

Il compte en général quatre pédales : à gauche, l’embrayage et à droite du poste de conduite les freins droit et gauche ainsi que l’accélérateur. La pédale d’accélérateur est très souvent reliée à un levier actionné manuellement par le conducteur permettant de stabiliser le régime moteur, utile lors de la réalisation de certains travaux des champs (nécessitant l’utilisation de la prise de force du tracteur), on parle alors d’accélérateur à main.

Certains modèles sont spécialisés (ex. : tracteurs étroits (vergers, orangeraies), tracteurs enjambeurs pour la viticulture).

Matériel agricole, entier postal, Belgique.

Autrefois, la plupart des tracteurs recouraient à une transmission mécanique. Depuis les années 1980, les transmissions semi-powershift et powershift (passage des vitesses sous charge) ont été majoritairement adoptées par les agriculteurs. On note depuis les années 2000 la percée des transmissions à variation continue (Fendt en est le précurseur avec sa fameuse « boîte Vario »). Tous les constructeurs proposent désormais cette technologie (John Deere, New Holland, Case IH, Massey Ferguson, etc.).

Engin polyvalent, le tracteur est parfois concurrencé par le développement de machines automotrices conçues pour réaliser un travail spécifique (moissonneuses batteuses, automoteurs de traitements, etc.).

Voir aussi cette vidéo :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.