Les chenilles.

La chenille est la larve des lépidoptères, c’est-à-dire des insectes dont l’imago est appelé papillon. Les larves de certains hyménoptères qui ressemblent beaucoup à celles des lépidoptères sont appelées fausses-chenilles.

Parmi les quatre stades de développements successifs du lépidoptère (œuf, chenille, chrysalide, papillon), la chenille est l’un des deux stades mobiles et celui qui assure l’essentiel de la croissance de l’animal, la fonction reproductive étant réservée au papillon. Le développement de la chenille nécessite plusieurs mues dont la dernière, appelée nymphose, marque le passage au stade de nymphe, appelée chrysalide chez les lépidoptères.

Les chenilles de certaines espèces tissent autour d’elles une structure de soie appelée cocon afin de s’y mettre à l’abri en vue de leur nymphose (le cas le plus célèbre est la chenille de Bombyx mori, appelée ver à soie, fondement de la sériciculture). D’autres chenilles (notamment celles des rhopalocères) se contentent de se fixer à un support par une ceinture de soie qui maintiendra la chrysalide. D’autres encore s’enterrent dans l’humus à faible profondeur, dans une loge plus ou moins soyeuse : c’est le cas de la plupart des sphinx.


Les chenilles de lépidoptère possèdent un corps métamérisé avec une tête ayant des pièces buccales broyeuses. Les yeux sont réduits à 5 ocelles en arc autour d’une ocelle centrale.

Après la tête, on trouve 13 segments. Les 3 premiers correspondent au thorax. Les 10 suivants constituent l’abdomen.

Les trois segments thoraciques portent chacun une paire de vraies pattes tandis que certains segments abdominaux présentent des fausses pattes munies de crochets, ou de ventouses.

L’appareil respiratoire s’ouvre par une rangée de stigmates sur les flancs des segments.

L’appareil digestif est formé de la bouche, d’un œsophage, d’un jabot, du mésentéron volumineux et d’un intestin postérieur terminé par une ampoule rectale.

L’appareil excrétoire est constitué de tubes de Malpighi (deux groupes de trois se déversant dans un tronc commun). Le système nerveux est formé d’un cerveau et d’une chaîne ganglionnaire ventrale comprenant un ganglion sous-œsophagien, trois ganglions thoraciques et sept abdominaux.

Les chenilles possèdent en outre deux glandes séricigènes (produisant de la soie) tubulaires qui débouchent par un canal unique près des pièces buccales. Deux glandes mandibulaires également tubulaires ont un rôle encore mal connu.

Au cours de sa croissance, qui peut varier de deux semaines à plusieurs mois selon qu’elle hiberne ou non, la larve connaîtra quatre ou cinq mues et pourra également changer de couleur.

Depuis des millénaires en Afrique du Sud, les peuples de la brousse consomment ces larves de papillons de nuit. Dans les villages de l’ethnie tswana, on les prépare bouillies ou grillées. Pour les conserver, il suffit de les faire sécher au soleil dans des corbeilles. Avec l’urbanisation, toute une industrie s’est attelée à la mise en conserve pour une clientèle nouvelle: les paysans déracinés qui s’entassent dans les faubourgs. À l’échelle du Tiers-Monde, certains rêvent d’une nouvelle source de protéines… Dans les faubourgs de Johannesburg, les amateurs de chenilles sont pour la plupart des habitants d’origine rurale. Dans leur enfance, ils en ont consommé ainsi que bien d’autres insectes. Aujourd’hui citadins, ils n’ont plus les moyens de s’acheter de la viande depuis que les prix ont flambé. Les industriels ont eu l’idée de leur vendre, séchées ou mijotées, les petites bêtes qui leur rappellent le village natal. En effet, les chenilles séchées coûtent moins cher que le bœuf et sont deux fois plus nourrissantes.

Voir aussi cette vidéo : (Bon appétit !)

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.