Le cyclamen.

Les Cyclamens (Cyclamen L.) sont un genre de plantes vivaces tubéreuses de la famille des Primulacées comportant plus d’une vingtaine d’espèces botaniques. Le nom vulgaire en usage pour désigner ces plantes reprend le terme scientifique. Dans de nombreux pays méditerranéens les cyclamens poussent en plein air, où ils croissent surtout dans les régions fraîches et montagneuses. La plus grande concentration d’espèces se trouve en Asie Mineure. Cyclamen purpurascens remonte jusqu’en Europe centrale. Cyclamen somalense pousse dans le nord-est de la Somalie. Quant à Cyclamen persicum, il est à l’origine des cultivars non rustiques au feuillage ou aux fleurs variés, vendus sous le terme générique de « cyclamen de fleuriste ».


Le nom Cyclamen est la transposition du mot grec κυκλάμινος, dérivé de κύκλος (cercle ou couronne). Les cyclamens sont des géophytes, à gros tubercule arrondi et aplati, en forme de petit pain. Dans certaines régions, la croyance populaire veut que les cochons les déterrent : d’où leur nom vernaculaire « pain-de-pourceau » (Sow bread en anglais, Pan porcino en italien, varkensbrood en néerlandais).

Cyclamen, entier postal, Turquie.

À la page 223 du tome XIV du Répertoire de pharmacie1 on peut ainsi lire : Son nom vulgaire de « Pain-de-pourceau » a été donné, dit-on, aux cyclamens, à cause de l’avidité avec laquelle les porcs recherchent leurs racines tuberculeuses., et à la page 225 de ce même répertoire : […] les porcs se nourrissent de ses tubercules, sans qu’il en résulte pour eux  d’inconvénient.

Les feuilles se développent en rosette basilaire de laquelle émergent les fleurs gracieuses portées par une tige mince. Leur face supérieure est souvent marbrée de blanc avec, dans sa partie centrale, un motif en « sapin de Noël ». La face inférieure des feuilles de plusieurs espèces est pourprée. On suppose que cette couleur, servant de calorifère, capte la lumière qui traverse la feuille et la transforme en chaleur. Les feuilles disparaissent en été, sauf chez Cyclamen purpurascens et Cyclamen colchicum.

Le genre Cyclamen est remarquable par le fait que pratiquement chaque mois de l’année, il y a des espèces en fleur.

Les fleurs sont rouges, roses, blanches ou panachées, et sont abondantes. Celles de certaines espèces, dont le cyclamen des Alpes, Cyclamen purpurascens, répandent un parfum agréable.

Après fécondation, le pédoncule floral se tord en tire-bouchon à partir de son sommet, sauf chez le cyclamen de Perse et celui de Somalie. Font exception Cyclamen graecum, qui le fait à partir du milieu du pédoncule, et Cyclamen rohlfsianum, qui le fait à partir de la base du pédoncule.

La capsule fructifère, qui mûrit sur le sol, libère de grosses graines recouvertes d’un mucilage sucré, qui sont dispersées par les fourmis.

Pendant l’Antiquité, le cyclamen était surtout connu en Occident pour ses vertus thérapeutiques : il contient un puissant toxique purgatif.

Les Romains appréciaient le cyclamen pour sa floraison, son parfum et sa discrétion. La présence du cyclamen de Perse sur les îles grecques de Rhodes, Karpathos et Crète, et dans le nord de l’Afrique, en Algérie et en Tunisie, semble être l’ouvrage de moines et membres d’autres ordres religieux : en effet, on le rencontre le plus souvent à proximité des monastères et des cimetières.

Le cyclamen fut introduit en Europe au XVIe siècle, et fut cultivé dans les jardins botaniques de la reine Élisabeth Ire d’Angleterre.

Délaissé au xviiie siècle, durant lequel il fut plutôt considéré comme une plante de collection, le cyclamen est revenu en vogue à partir du XIXe siècle, dans le cadre du courant romantique.

Le Cyclamen a par la suite connu une très grande vogue en Savoie à la fin du XIXe siècle.

Son succès a commencé dans le massif des Bauges par de petits bouquets que les plus démunis des Baujus vendaient aux touristes de passage.

Très vite, l’idée de ce petit bouquet qu’on ramène pour soi en souvenir d’une excursion à la grotte de Bange ou au col de Leschaux, tout en faisant œuvre de bienfaisance, fait son chemin. Un commerce s’organise non loin dans la ville d’Aix-les-Bains où des vendeuses s’installent sur le parvis de thermes, un panier à la main, pour vendre leurs petits bouquets aux curistes. Des kiosques leur succèdent puis les fleuristes se lancent également et finalement la fleur s’impose à tous les coins de rues.

Guido Gonin, résident aixois déjà connu pour ses gravures de mode, s’empare du dessin de la fleur pour enjoliver de nombreuses réalisations graphiques qu’il conçoit dans la ville (affiches, éventails, cartons d’invitation, cartes postales ou encore pages de couvertures de journaux et de revues).

En 1905, la reine Alexandra de Danemark, épouse d’Édouard VII, roi du Royaume-Uni, déclare la guerre aux chapeaux de plumes et particulièrement aux garnitures d’aigrettes et de paradis. La reine veut bien tolérer la plume d’autruche, qui s’obtient sans la mort de l’oiseau, mais trouve une mode cruelle qui ne peut se satisfaire que par le massacre d’innocents volatiles.

Tandis qu’à Paris les élégantes font de la résistance, dans les villes de loisir on fustige leurs chapeaux à plumes qui empêchent de bien voir les spectacles. Le consensus s’affirme à Aix-les-Bains où la plume est abandonnée, sauf celle d’autruche produite dans une ferme située Avenue du Lac, et se déploie l’élégance sur le thème du chapeau fleuri pour, en quelque sorte, honorer les nombreux Britanniques qui fréquentent la ville dans le sillage des trois séjours que la reine Victoria y a passés.

Le 30 août 1905, la mode du cyclamen est définitivement consacrée par une fête du cyclamen qu’organise le casino d’Aix-les-Bains. Ce jour là, chacun est tenu d’arborer des cyclamens, au corsage ces dames, à là boutonnière ces messieurs. Après un concours de cannes et d’ombrelles fleuries, Louis Dame fait jouer sa polka Cyclamen dans les jardins du casino, puis dans les salons, le corps de ballet aixois interprète la valse des cyclamens. Finalement la fête se termine par une pluie de cyclamens.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.