Juliette Nadia Boulanger, pianiste, organiste, chef d’orchestre et compositrice.

Juliette Nadia Boulanger, née le 16 septembre 1887 à Paris et morte le 22 octobre 1979 dans la même ville, est une pédagogue, pianiste, organiste, chef de chœur, chef d’orchestre et compositrice française. Elle est la sœur aînée de la compositrice Lili Boulanger.

Ayant su user de méthodes et de techniques modernes, Nadia Boulanger a été durant plus de 70 ans l’un des professeurs de composition les plus influents du XXe siècle, comptant parmi ses quelque 1 200 élèves plusieurs générations de compositeurs, tels Aaron Copland, George Gershwin, Leonard Bernstein, Michel Legrand, Quincy Jones et Philip Glass, un des chefs de file de la musique minimaliste. Son activité musicale est étroitement liée à celle du Conservatoire américain de Fontainebleau, qu’elle dirige de 1949 jusqu’à la fin de sa vie.


Nadia Boulanger, carte maximum, Paris, 16/09/2017.

Nadia Boulanger est née le 16 septembre 1887 dans une famille comptant quatre générations de musiciens. Elle est la fille du compositeur et pianiste français Ernest Boulanger (1815-1900) et de son épouse, la princesse russe Raïssa Ivanovna Mychetsky (1856-1935), une jeune cantatrice. Ernest étudia au Conservatoire de Paris et, en 1835, à l’âge de vingt ans, remporta le très convoité prix de Rome de composition. Il écrit des opéras comiques et de la musique de scène pour le théâtre. Plus largement connu pour sa musique chorale, il se distingue en tant que chef de chœur, professeur de chant et membre de jurys dans des concours de chant choral. Après des années d’essais infructueux, en 1872, il est nommé au Conservatoire de Paris comme professeur de chant. Il rencontre Raïssa en Russie en 1873, qui le suit à Paris et rejoint sa classe de chant au Conservatoire en 1876. Ils se marient en Russie en 1877. Après une première fille décédée en bas âge, naissent leurs filles Nadia, en 1887, puis Lili, en 1893.

Nadia Boulanger naît le jour du 72e anniversaire de son père. Encouragée par celui-ci, elle commence à étudier l’orgue et la composition à l’âge de neuf ans. Élevée dans une famille mêlant aristocratie et élite intellectuelle parisienne, elle côtoie en grandissant le milieu du Paris musical et mondain de l’époque ; le salon familial est fréquenté par Gabriel Fauré, proche ami des Boulanger, Charles Gounod, Camille Saint-Saëns, ou encore Raoul Pugno, dont elle tombe éperdument amoureuse.

En 1903, elle devient organiste suppléante de Gabriel Fauré, puis d’Henri Dallier à l’orgue de l’église de la Madeleine. Au Conservatoire de Paris, elle est élève de Louis Vierne et fait une scolarité brillante. À seize ans, elle obtient les premiers prix d’orgue, d’accompagnement et de composition. En 1908, elle remporte un deuxième second grand prix de Rome de composition.

En décembre 1915, grâce au soutien du Comité franco-américain du Conservatoire national de musique et de déclamation, elle fonde avec sa sœur Lili la Gazette des Classes de Composition du Conservatoire, qui permet aux musiciens engagés dans la guerre d’échanger des nouvelles réciproques. Dix numéros sont publiés, jusqu’en juin 1918.

En 1918, sa sœur Lili Boulanger meurt prématurément à l’âge de vingt-quatre ans. Compositrice comme Nadia, elle laisse une œuvre importante. Nadia Boulanger déclare qu’elle ne composera plus et se consacrera à la direction musicale, la diffusion de l’œuvre de sa sœur, et, surtout, à la pédagogie. Elle mène son impressionnante carrière de professeur jusqu’à sa mort, à quatre-vingt-douze ans.

Nadia Boulanger est professeure du Conservatoire américain de Fontainebleau dès la création de celui-ci en 1921, et directrice de 1948 jusqu’à sa mort en 1979. Dès la première session, elle établit sa réputation de remarquable professeur tant elle semble tout connaître de l’harmonie et de la tonalité occidentales. Au cours de sa longue carrière, les milliers d’étudiants qui viennent de l’étranger pour assister à ses cours sont captivés par son talent, ses connaissances et sa philosophie : « Je suis votre degré de tension le plus élevé, disait-elle. Écoutez-le en vous-même. »

Restée toute sa vie célibataire, « Mademoiselle » (c’est ainsi qu’on l’appelait) était très croyante et catholique pratiquante tout en étant le pilier du salon musical et mondain des époux Dujarric. Elle repose, ainsi que sa sœur, au cimetière de Montmartre (division 33, angle de l’avenue Saint-Charles et du chemin Billaud). Ses traits nous restent fixés par le buste en terre cuite, œuvre du sculpteur Louis-Aimé Lejeune, que conservent Les Maisonnettes à Gargenville.

En 1907, Nadia Boulanger est nommée professeur de piano et accompagnement au Conservatoire Femina-Musica nouvellement créé. L’année suivante, elle forme avec Raoul Pugno un duo de pianos qui se produit à de nombreuses reprises.

En 1924, lors d’un séjour à New York, elle interprète des œuvres pour orgue solo de sa sœur Lili, et elle crée une nouvelle symphonie d’Aaron Copland pour orgue et orchestre, qui lui est dédicacée.

En 1936, Nadia Boulanger remplace Alfred Cortot dans certains de ses cours magistraux de piano et d’accompagnement dans des œuvres pour clavier de Mozart.

De retour d’Amérique, elle revient en France en janvier 1946. Elle accepte un poste de professeur d’accompagnement au piano au Conservatoire de Paris.

C’est en avril 1912 que Nadia Boulanger fait ses débuts comme chef d’orchestre, dirigeant l’orchestre de la Société des Matinées Musicales. Ils ont interprété sa cantate La Sirène, deux de ses chants, et le Concertstück de Raoul Pugno pour piano et orchestre. Le compositeur a joué en tant que soliste. En 1919, elle se produit dans plus d’une vingtaine de concerts, jouant souvent sa propre musique et celle de sa sœur.

En février 1934, au milieu de la grève générale, elle fait ses débuts à Paris avec l’orchestre de l’École normale dans un programme de Mozart, Bach et Jean Françaix. À la fin de l’année, elle dirige l’Orchestre philharmonique de Paris au Théâtre des Champs-Élysées avec un programme Bach, Monteverdi et Schütz. En 1936, elle est la première femme à diriger l’Orchestre Philharmonique de Londres. En novembre 1937, elle est la première femme à diriger un concert complet de la Royal Philharmonic Society de Londres, qui comprenait le Requiem de Fauré et Amor (Lamento della ninfa) de Monteverdi. Puis c’est le tour de l’Orchestre symphonique de Boston, en 1938. Durant trois mois, elle donne plus d’une centaine de récitals-causeries, des récitals et des concerts. Elle crée le Dumbarton Oaks Concerto de Stravinsky et le concerto pour piano en ré de Jean Françaix. Elle dirige également l’Orchestre philharmonique de New York, au Carnegie Hall, l’Orchestre de Philadelphie et l’Orchestre symphonique national de Washington.

En 1956, elle organise la musique pour le mariage du prince Rainier III de Monaco et de l’actrice américaine Grace Kelly. En 1962, elle se rend en Turquie, où elle dirige des concerts avec sa jeune protégée Idil Biret.

Nadia Boulanger affirmait apprécier toute « bonne musique ». Selon Lennox Berkeley, une bonne valse a tout autant de valeur qu’une bonne fugue, et cela est parce qu’elle juge une œuvre uniquement sur son contenu esthétique. Elle avait des goûts très éclectiques. Admiratrice de Debussy et disciple de Ravel, elle n’appréciait pas Schoenberg et les dodécaphonistes viennois. En revanche, elle était une ardente défenseuse de Stravinsky.

Nadia Boulanger acceptait les élèves de tous les milieux. Son seul critère était qu’ils aient envie d’apprendre. Elle traitait les étudiants différemment selon leurs capacités. Ses étudiants les plus doués devaient répondre aux questions les plus rigoureuses et bien jouer en situation de stress. Les élèves moins doués, qui n’avaient pas l’intention de suivre une carrière musicale, étaient traités avec plus d’indulgence. Elle avait pour chaque élève une approche différente et essayait de comprendre le don naturel de chacun. Elle utilisait une variété de méthodes d’enseignement, y compris l’harmonie traditionnelle, la lecture de partitions au piano, le contrepoint, l’analyse musicale et le solfège.

Elle a toujours affirmé qu’elle ne pouvait pas donner la créativité à ses élèves. Elle estimait que le désir d’apprendre, de devenir meilleur, était tout ce qui était nécessaire pour atteindre l’excellence. Elle citait les exemples de Rameau (qui a écrit son premier opéra à cinquante ans), Wojtowicz (qui est devenu pianiste de concert à trente et un ans) et Roussel (qui a commencé son apprentissage de la musique à vingt-cinq ans), à contre-courant de l’idée selon laquelle les grands artistes doivent toujours être des enfants surdoués.

Sa mémoire était prodigieuse : à douze ans, elle jouait l’ensemble du Clavier bien tempéré de Bach par cœur. Elle connaissait la musique la plus ancienne et celle de son temps, avant Bach et après Stravinsky. Elle pratiquait la transposition harmonique, la réalisation de basse chiffrée, la lecture à vue de partitions, les registrations d’orgue, connaissait les différentes techniques instrumentales, pratiquait l’analyse structurelle, ainsi que la fugue d’école et la fugue libre, les modes grecs et le chant grégorien.

Son abondante correspondance est conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.