Histoire de France

Anne Robert Jacques Turgot, économiste français.

Anne Robert Jacques Turgot, baron de l’Aulnenote, souvent appelé Turgot, né le 10 mai 1727 à Paris, où il est mort le 18 mars 1781, est un homme politique et économiste français. Partisan des théories libérales de Quesnay et de Gournay, il est nommé secrétaire d’État à la Marine, puis contrôleur général des finances du roi Louis XVI. Néanmoins, ses mesures pour tenter de réduire dans le long terme la dette nationale et d’améliorer la vie du peuple n’ont pas porté leur fruit, et furent révoquées par son successeur, le baron Jean Clugny de Nuits.

En août 1761, Turgot est nommé intendant de la généralité de Limoges, laquelle inclut certaines des régions les plus pauvres et les plus surtaxées de France. Il y resta treize ans et retrouva Mgr du Plessis d’Argentré. Il est déjà profondément marqué par les théories de Quesnay et Gournay, et s’emploie à les appliquer autant que possible dans sa province. Sa première idée est de continuer le travail, déjà commencé par son prédécesseur Tourny, de faire un relevé du territoire (cadastre), afin d’arriver à une estimation plus exacte pour la taille. Il obtient également une large réduction dans la contribution de la

(suite…)

Continuer la lectureAnne Robert Jacques Turgot, économiste français.

Étienne-François de Choiseul-Beaupré-Stainville, homme d’état.

Fils du chambellan du duc de Lorraine, le futur duc de Choiseul, Etienne-François, né le 28 juin 1719, porte d’abord le nom de comte de Stainville. Il suit la carrière des armes et à vingt-neuf ans, il est fait maréchal de camp. Brillant officier, encore que peu gracieux et affublé d’une chevelure rousse, le jeune comte plaît par la vivacité de son esprit, son optimisme, ses allures de grand seigneur et son amour du faste. Il connaît les faveurs de la cour et peut compter sur l’appui de Mme de Pompadour.

De 1753 à 1758, le jeune homme se fait remarquer comme un excellent ambassadeur à Rome et à Vienne. À titre de reconnaissance, sa terre de Stainville est érigée en duché et il prend alors le titre de duc de Choiseul. En 1758, en pleine guerre de Sept Ans, il se fait donner les secrétariats à la Guerre et à la Marine et va se trouver Premier ministre de fait jusqu’en 1770. En politique

extérieure, son influence est considérable. S’il doit endosser le désastreux traité de Paris, en 1763, qui consacre la ruine de l’empire colonial français, il travaille avec énergie au redressement de l’armée et jette les bases d’une puissante marine. Il obtient le rattachement définitif de la Lorraine en 1766 et négocie l’achat de la Corse en 1768.

(suite…)

Continuer la lectureÉtienne-François de Choiseul-Beaupré-Stainville, homme d’état.

Général Philippe Leclerc de Hauteclocque, Maréchal de France.

Philippe Leclerc de Hauteclocque, né Philippe François Marie de Hauteclocque le 22 novembre 1902 au château de Belloy, dans la commune de Belloy-Saint-Léonard (Somme), est un militaire français. Il est mort le 28 novembre 1947, dans un accident d’avion près de Colomb-Béchar (territoire d’Ain Sefra, Algérie française), lors d’une mission d’inspection militaire. Il est inhumé dans un tombeau de la Crypte des Invalides.

Officier exceptionnel, anticonformiste et brillant, il se révèle un stratège et un organisateur hors pair. Il est un des principaux chefs militaires de la France libre durant la Seconde Guerre mondiale, ses fonctions au sein des Forces françaises libres l’amenant notamment à commander la 2e division blindée. Il est l’une des figures majeures de la libération de la France lors de la Seconde Guerre mondiale.

(suite…)

Continuer la lectureGénéral Philippe Leclerc de Hauteclocque, Maréchal de France.