Ville de Castelnaudary (Aude).

Castelnaudary (Castèlnau d’Arri en occitan local) est une commune française, située dans le nord-ouest du département de l’Aude en région Occitanie.

Sur le plan historique et culturel, la commune fait partie de l’ancienne province Lauragais, l’ancien « Pays de Cocagne », lié à la fois à la culture du pastel et à l’abondance des productions, et de « grenier à blé du Languedoc ». Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par le canal du Midi, le Fresquel, le ruisseau de Glandes, le ruisseau de l’Argentouire, le ruisseau de Tréboul, le ruisseau de Fendeille, le ruisseau de Laval Basse et par deux autres cours d’eau.

Castelnaudary est une commune urbaine qui compte 12 187 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1975. Elle appartient à l’unité urbaine de Castelnaudary et fait partie de l’aire d’attraction de Castelnaudary. Ses habitants sont appelés les Chauriens ou Chauriennes.

La ville est connue pour son cassoulet, dont elle se proclame la capitale mondiale, et qui est célébré chaque année en août depuis 2000.


Simple mutatio sur la voie romaine qui reliait Narbo (Narbonne) à Tolosa (Toulouse), Castelnaudary se nommait alors Sostomagus et était peuplée par les Volques Tectosages. En 333, l’anonyme de Bordeaux, en route vers Jérusalem, y passa et nota sur son itinéraire : mutatio Sostomago.

Au tout début l’on trouve un château, le château neuf d’Arius ou Castellum Novum Arri, dont la première mention officielle remonte à 1103.

Lors de la croisade des Albigeois, Simon IV de Montfort, chef des croisés, y est assiégé (siège de Castelnaudary) par les comtes de Toulouse et de Foix en 1211 ; l’issue fut l’abandon du siège par les comtes de Toulouse et de Foix.

Moulin de Cugarel, carte maximum, France.

Le 31 octobre 1355, en pleine guerre de Cent Ans, la ville est mise à sac par les hordes du Prince Noir, qui, parties de Bordeaux, ravagent la Gascogne, puis le Lauragais, jusqu’à Narbonne, évitant soigneusement les places les mieux défendues. La ville est pillée, détruite, et les habitants massacrés.

En juillet 1464, le roi Louis XI (1423-1483) confirme, par lettres patentes, les privilèges de la ville octroyés par ses prédécesseurs, de sorte qu’elle s’accroisse.

Marque postal de Castelnaudary, 1818.

C’est devant Castelnaudary qu’a lieu la rencontre décisive entre les troupes royalistes du maréchal de Schomberg et les troupes de Gaston d’Orléans, frère du roi, et du duc de Montmorency, gouverneur du Languedoc, le 1er septembre 1632. Les deux ducs avaient conspiré avec Marie de Médicis, mère de Louis XIII contre le cardinal de Richelieu. Capturé dès le début de la bataille, Montmorency est condamné à mort et décapité à Toulouse le 30 octobre 1632.

L’armée du maréchal de Schomberg ne consistait qu’en 1 000 ou 1 200 cavaliers et 1 000 hommes de pied, soit à peine la moitié de l’armée de Monsieur, qui avait aussi trois canons. Elle se rangea dans une grande pièce de terre labourée, nommée la Fite, environnée de larges fossés et de chemins creux, entre Castelnaudary d’un côté, et l’armée de Monsieur de l’autre. Il mit sa cavalerie au centre, et son infanterie sur les deux ailes. Les deux armées, séparées par le Fresquel, étant en présence à un quart de lieue de Castelnaudary.

Le duc de Montmorency passe le Fresquel sur le pont de brique, à la tête de l’avant-garde, avec 200 cavaliers et le régiment d’infanterie de Languedoc.
L’infanterie des deux armées escarmouche d’abord chacune de son poste avec beaucoup de vivacité pendant une demi-heure.

La cavalerie royale, sous les ordres du marquis de Brézé, s’avance alors pour attaquer celle de Monsieur par la droite et par la gauche ; mais elle trouve de si grands fossés et une telle résistance, qu’il ne lui est pas possible de passer.

Le duc de Montmorency décide alors, de façon tout à fait téméraire, de charger la cavalerie royale de sa gauche, en dépit d’un fossé large de trois à quatre toises, et sans appuis préalables de l’artillerie. À la tête d’un escadron de 100 cavaliers, il s’avance jusqu’à vingt-cinq ou trente pas du camp royaliste mais essuie une si rude décharge de mousqueterie que ceux qui ne sont pas tués (une douzaine) ou mis hors de combat prennent la fuite. Le duc pousse son cheval, franchit le fossé, suivi seulement de six autres cavaliers n’ayant pas voulu l’abandonner, renverse tout ce qui se présente et perce jusqu’au septième rang, à travers une grêle de coups de mousquet. Il est atteint de 17 blessures et son cheval tombe enfin raide mort et l’entraîne avec lui. Trois des autres cavaliers sont tués et trois autres blessés et faits prisonniers. La compagnie des gens-d’armes du duc de Montmorency ne put franchir le fossé et les tirs de l’infanterie royale pour aller à son secours. Le régiment de cavalerie du marquis de Trichasteau, à la droite de l’avant-garde, voulut alors marcher, mais La Ferté-Imbault, maréchal de camp, s’y opposa, n’ayant pas l’ordre de Monsieur.

Castelnaudary, prêt-à-poster, France.

Après la capture du duc de Montmorency, La Ferté-Imbault sollicite les gendarmes de Monsieur d’aller au combat mais l’épouvante est trop grande et il n’y a pas moyen de les y faire résoudre. On ne voit de tous côtés que des compagnies toutes entières à se sauver à course de cheval. La fin du combat de Castelnaudary ne dura guère plus d’une demi heure, et il n’y eut qu’une partie de l’avant-garde de l’armée de Monsieur qui combattit, tout le reste demeura dans l’inaction. La Ferté-Imbault organise alors la retraite du duc d’Orléans.

Deux dates importantes : commission du canal du Midi en 15 mai 1681 et construction de l’île de la Cybèle en 1754.

Sur la demande des habitants de la ville, Pierre-Paul Riquet, concepteur du canal du Midi (alors canal royal du Languedoc), et François Andréossy, géomètre expert, ont fait de Castelnaudary le cœur technologique de cet ouvrage, par la construction du Grand Bassin. C’est la seule étendue d’eau de cette dimension (7 hectares) entre Toulouse et Sète. Le point de vue sur la ville est admirable : d’un côté les écluses Saint-Roch sont une illustration de l’art et de la technique de l’ouvrage ; de l’autre, l’île de la Cybèle conçue, en ce pays de vent, comme brise-lames. Imaginez ce Grand Bassin couvert de gabares chargeant le grain pour Sète et la Méditerranée, ou pour Toulouse, la Garonne et l’océan Atlantique !

En 1790, Castelnaudary est intégrée au département de l’Aude et érigée en chef-lieu de district, et en sous-préfecture en 1800. Elle est supprimée en 1926.

Le canal du Midi, sillonné par des bateaux de plaisance, s’ouvre au tourisme international. Exemple d’une magnifique reconversion depuis son classement en 1997 à l’inventaire du patrimoine mondial, par l’UNESCO.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.