Ville de Sète (Hérault).

Sète — écrit Cette jusqu’en 1927 — est une commune française située dans le sud-est du département de l’Hérault en région Occitanie. Elle appartient à la communauté d’agglomération Sète Agglopôle Méditerranée.

Exposée à un climat méditerranéen, elle est traversée par le canal du Rhône à Sète. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : trois sites Natura 2000 (les « herbiers de l’étang de Thau », la « corniche de Sète » et l’« étang de Thau et lido de Sète à Agde »), un espace protégé (le « Lido de Thau ») et six zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et  floristique.

Sète est une commune urbaine et littorale qui compte 43 858 habitants en 2019. Elle est ville-centre de l’agglomération de Sète et fait partie de l’aire d’attraction de Sète. Ses habitants sont appelés les Sétois ou Sétoises.

Par sa population, Sète est la 146e commune de France, établie sur les données de la population légale millésimées 2013 entrant en vigueur le 1er janvier 2016 et la troisième de l’Hérault. Son agglomération, ou unité urbaine est, avec 91 508 habitants, la deuxième du département.

Appelée l’île singulière (expression due à Paul Valéry), Sète a vu naître des artistes comme Paul ValéryGeorges Brassens, Manitas de Plata ou Jean Vilar.

Elle est parfois surnommée la « Venise du Languedoc » pour ses canaux quadrillant le centre-ville, sa situation insulaire entre mer, étang, canaux et graus, agrippée au Mont Saint-Clair et reliée à Marseillan par un long lido, l’ensemble contribuant à faire de Sète une villégiature prisée. Enfin, son port de pêche et ses diverses activités maritimes ont permis à cette ville de prospérer malgré la dure concurrence des autres ports méditerranéens.


En 1596, Henri de Montmorency, gouverneur du Languedoc, choisit le cap de Sète pour établir un port. Les travaux sont confiés à Jean Donnat et sont ordonnés par Pierre d’Augier, prévôt (Ancien Régime) général du  Languedoc. Faute d’argent, ils sont arrêtés en 1605.

En 1663, le Golfe du Lion abrite un port français à Marseille. Le chevalier de Clerville, ingénieur du roi, est missionné par Jean-Baptiste Colbert, de prospecter la côte languedocienne afin de sélectionner un lieu pour en faire un port. Après une étude de faisabilité, l’ingénieur choisit un promontoire sauvage au bout d’une bande de terre, à la sortie de l’étang de Thau. Pour célébrer l’importance de ce choix, le 29 juillet 1666, Mgr François du Bosquet, évêque de Montpellier, réalise une messe et une cérémonie de bénédiction pour l’enchâssement de la première pierre destinée à être au bout du môle Saint-Louis encore inachevé.

Sète, carte maximum, France.
  • 1684 : visite du port par Vauban ;
  • 1703 : consécration de l’église Saint-Louis ;
  • 24-29 juillet 1710 : attaque et prise de Sète par les Britanniques, rapidement chassés par le duc de Noailles ;
  • Fin 1710-1711 : construction des forts Saint-Pierre et Butte-Ronde ;
    1724 : achat de l’hôtel de ville ;
  • 1744 : construction de la citadelle Richelieu et de la tour du Castellas.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société des amis de la  constitution et de l’égalité » le 8 décembre 1790. Après la chute de la monarchie, elle se rebaptise « société des amis de la liberté et de l’égalité », puis « société des Jacobins amis de la constitution populaire de 1793 ».

Le labour s’intensifie dans le bassin versant, alors que les défrichements un temps freinés par Colbert ont repris de plus belle après la Révolution française et l’abolition des privilèges. Ceci favorise l’érosion des sols et les eaux du bassin versant deviennent de plus en plus turbides. Elles charrient des alluvions qui viennent colmater le port.

En 1804, le préfet Claude-Ignace Brugière de Barante écrit dans un rapport :

« Les côtes de ce département sont plus exposées aux atterrissements… Les ports de Maguelone et d’Aigues Mortes et le vieux port de Cette n’ont plus d’existence que dans l’histoire » alerte-t-il. « Un désir immodéré de recueillir a multiplié ces défrichements depuis 1790… L’avidité de jouir a dévoré en peu d’années la ressource de l’avenir ; les montagnes, ouvertes par la charrue, n’ont montré bientôt qu’un roc nu et stérile ; chaque sillon est devenu un ravin ; la terre végétale, entraînée par les orages, a été portée dans les rivières, et de là dans les parties inférieures, où elle sert chaque jour à l’atterrissement des parties les plus basses et les plus marécageuses. »

  • Novembre 1807-septembre 1808 : tentatives britanniques d’incendier la ville.
  • 26 octobre 1809 : le vaisseau de 80 canons Le Robuste est échoué et incendié devant le port ;
  • 21 mai 1821 : première pierre du brise-lames (terminé en 1869) ;
  • 9 juin 1839 : ouverture de la ligne de chemins de fer Montpellier-Cette.
  • 6 mai 1872 : fondation de la Chambre de commerce.
  • 26 avril 1881 : naissance de Jean Rodor, parolier et chanteur sètois. Il écrivit notamment les paroles de chansons composées par Vincent Scotto : Sous les ponts de Paris (1913), La Vipère (1921), Ramuntcho (1944), etc., ainsi que l’adaptation française de Reginella. Mort en 1967 à Paris.
  • 1882-1888 : grands travaux dans le port.
  • 1886 : naissance du compositeur Louis Izoird, à Sète. Il est l’auteur de la musique de La Caissière du Grand Café (1914), Suzon la blanchisseuse et La Rue de la manutention (1919). Il écrivit en collaboration avec le Sétois Jean Rodor Allons-y doucement (1912) et Le Légionnaire (1911). En 1932 devient sociétaire de la SACEM et meurt a Paris en 1974.
  • 3 juillet 1888 : naissance de Emmanuel Gambardella, journaliste sportif sétois qui devint dirigeant de football. Il meurt le 30 août 1953 à Montpellier, et est inhumé au cimetière marin de Sète.
  • 1894 : Sante Geronimo Caserio, anarchiste lombard, apprenti boulanger à Sète, poignarde mortellement le président de la République française Sadi Carnot le 24 juin 1894 à Lyon.
  • 1895 : inauguration du collège de garçons, futur lycée Paul-Valéry.

Le 11 octobre 1866 à Brest, plus de 20 000 personnes assistent sur la place Fautras à la quadruple exécution par guillotine de quatre marins (Pierre-Louis Oillic, Lénard, Thépaut et Carbucci) qui faisaient partie de l’équipage mutiné du Fœderis Arca, un trois-mâts barque parti de Sète à destination de Veracruz chargé de vin et d’alcool destiné aux officiers de l’expédition française au Mexique. Ils avaient été condamnés à mort par le tribunal maritime de Brest le 22 juin 1866 pour avoir assassiné le capitaine Richebourg, son second Théodore Aubert ainsi que le mousse âgé de 11 ans pendant leur mutinerie le 30 juin 1864 avant de couler leur navire dans l’Océan Atlantique et de prendre place dans une chaloupe de sauvetage où ils avaient été recueillis en se disant victimes d’un naufrage. Quatre autres marins du même équipage mutiné furent acquittés pour deux d’entre eux ou condamnés à des peines plus légères pour les deux autres.

  • 1901 : mise en place d’un réseau de tramways électriques.
  • 22 octobre 1921 : naissance de Georges Brassens, auteur-compositeur-interprète français.
  • 20 janvier 1928 : la ville de Cette prend le nom de Sète.
  • 1934 : le football-club de Sète remporte le championnat et la coupe de France de football (premier club français à réaliser le doublé).
  • 23 mai 1939 : départ du bateau Sinaïa. Première expédition des Républicains espagnols au Mexique acceptant l’offre d’asile du président mexicain Lázaro Cárdenas.

  •  12 novembre 1942 : occupation de la ville par l’armée allemande.
  • 25 juin 1944 : bombardement de Sète (gare de triage), Balaruc (Raffineries de pétrole) et Frontignan (raffineries de pétrole) par la 15th USAAF.
  • 20 août 1944 : libération de la ville.
  • 11 juillet 1947 : le paquebot Président-Warfield appareille au port de Sète en direction de la Palestine avec 4 530 juifs réfugiés survivants de la Shoah. Le commissaire spécial du port de Sète, M. Leboutet, autorise le jeune  capitaine Ike Aronowicz (Yitzhak Ahronovitch, mort le 23 décembre 2009 à Hadera, dans le nord d’Israël), à appareiller vers la Colombie. Après 5 jours de navigation et hors des eaux territoriales françaises, le Président-Warfield prend le nom d’Exodus 1947 et prend le cap vers la Palestine ; à 27 kilomètres des côtes, 5 torpilleurs de l’armée britannique arraisonnent le navire ; 75 passagers épuisés acceptent l’asile proposé par la France et les autres sont conduits au port de Hambourg via Gibraltar.
  • 1960 : création du théâtre de la Mer.
  • 1962 : inauguration du lycée technique Joliot-Curie.
  • 1966-1978 : importants travaux dans le port.
  • 1970 : inauguration du musée Paul-Valéry.
  • 1981-1984 : construction d’un nouvel hôpital.
  • 31 octobre 1991 : l’espace Georges-Brassens est inauguré, avant d’être agrandi en 2006.
  • 21 avril 1997 : inauguration du Centre régional d’art contemporain Occitanie (CRAC Occitanie).

  • 2004 : lancement du plan de sauvegarde de la plage du Lido, afin de stabiliser le littoral face à l’érosion, la route qui relie Sète à Marseillan ne longe plus la mer. Le chantier de développement durable de protection de la côte et de la plage qui sépare la mer de l’étang de Thau s’est déroulé jusqu’en 2013. L’Europe a participé au financement de ce plan puisqu’un Fonds européen de développement régional (FEDER) de l’Union Européenne a été obtenu d’un montant de 9 M€ pour un montant total de travaux de 53 M€.
  • 2005 : début des travaux d’un nouveau quartier : Villeroy.
  • 1er janvier 2007 : la région Languedoc-Roussillon assure la gestion du port de Sète-Frontignan.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.