La basilique Notre-Dame de L’Épine (Marne).

La basilique Notre-Dame de L’Épine est située dans le petit village de L’Épine, dans la Marne, près de Châlons-en-Champagne, en direction de Verdun. C’est un chef-d’œuvre majeur du style gothique flamboyant.


Au début du XIIIe siècle est attestée l’existence d’une chapelle Notre-Dame de L’Épine. À partir de 1405, elle est connue comme but de pèlerinage important en Champagne et au-delà. Il en résulte, à partir de 1406, la construction de l’église actuelle, qui se poursuit jusqu’en 1527.

L’église Notre-Dame de L’Épine a été élevée au rang de basilique en 1914. Son nom lui vient de la dévotion portée à une statue représentant La Vierge portant l’Enfant-Jésus qui, d’après une légende connue au XVIIe siècle et qui a évolué ensuite, aurait été trouvée par des bergers au Moyen Âge dans un buisson d’épines enflammé.

La basilique aux dimensions de cathédrale est de style gothique. La façade, qui s’inspire très probablement de celle de la cathédrale de Toul2, comporte trois portails surmontés de deux flèches. Celle de droite mesure 55 mètres ; celle de gauche, arasée en 1798 pour permettre l’installation d’un télégraphe Chappe, a été reconstruite en 1868.

À l’intérieur, on peut admirer un jubé de la fin du XVe siècle dont l’arcade droite abrite la statue de la vierge à l’origine de la renommée du lieu.

Basilique de l’Epine, carte maximum, 21/06/2003.

La basilique Notre-Dame de L’Épine a été classée monument historique en 18403 et inscrite en 1998 sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France.

Notre-Dame de L’Épine a toujours frappé les voyageurs et inspiré les écrivains, en particulier Victor Hugo, Alexandre Dumas, Joris-Karl Huysmans, Paul Claudel, Paul Fort.

En 2008, le sculpteur Jacques Dieudonné livre le nouveau mobilier liturgique : un autel ainsi qu’un ambon en laiton.

C’est le pèlerinage qui est à l’origine de la construction de cet édifice étonnant pour un village. Selon une légende répandue au XVIIe siècle, l’origine du pèlerinage serait la découverte par des bergers d’une statue de Vierge à l’Enfant dans un buisson d’épines en flammes. Cette statue est conservée et une réplique est toujours exposée dans la basilique. L’Épine constitue un lieu de pèlerinage depuis le Moyen Age. La basilique a été bâtie au gré de la générosité des pèlerins. Les grandes périodes de dévotion sont le XVe siècle et plus tard le XVIIe siècle. Au XIXe siècle le pèlerinage renaît, surtout après la guerre franco-prussienne.

Aujourd’hui, les deux principales dates sont le pèlerinage diocésain au mois de mai et l’Assomption qui est la fête patronale.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.