John Heartfield, artiste.

John Heartfield, de son vrai nom Helmut Herzfeld, né à Berlin-Schmargendorf le 19 juin 1891 et mort à Berlin-Est le 26 avril 1968, est un artiste allemand.

Il fut, avec Raoul Hausmann, l’un des premiers à utiliser la technique du photomontage. Membre du mouvement Dada, adhérent du Parti communiste d’Allemagne (dès 1918), il devient, à partir de 1928, selon Aragon, le « prototype de l’artiste antifasciste ». En effet, la plus grande partie de son travail est consacrée à la création d’affiches dénonçant la montée du nazisme et illustre, à partir de 1930, les couvertures du journal ouvrier Arbeiter Illustrierte Zeitung (AIZ).

Si le photomontage s’inscrit dans un certain nombre de problématiques esthétiques liées à Dada (notamment par rapport à l’utilisation du tract et par rapport au collage), les compositions confrontantes de Heartfield relèvent en premier lieu d’un rapport à la production et à la diffusion des images au sein de la société qui est politique.


Helmut Herzfeld est l’aîné d’une famille de quatre enfants, dont le père, poète et socialiste, se nomme Franz Herzfeld et la mère Alice Stolzenberg, ouvrière textile, également socialiste. En 1895, son père est condamné à une peine d’emprisonnement pour blasphème. La famille déménage alors en Suisse puis, plus tard, à Salzbourg en Autriche. En 1899, les parents disparaissent en des circonstances inexpliquées, laissant seuls leurs enfants qui sont recueillis par un couple.

Continuer la lecture de « John Heartfield, artiste. »

Heinrich Mann, écrivain.

Heinrich Mann, né le 27 mars 1871 à Lübeck et mort le 11 mars 1950 à Santa Monica (Californie), est un écrivain allemand. Il est le frère aîné de Thomas Mann.

À partir de 1931, il préside la section de poésie de l’Académie des arts de Prusse, dont il est expulsé en 1933 après la prise du pouvoir par les nationaux-socialistes. Il vit principalement à Munich jusqu’en 1933, émigre ensuite en France, puis aux États-Unis. En exil, il écrit de nombreuses œuvres, notamment des textes antifascistes.

Ses romans Professor Unrat (1905) et Der Untertan (1918) l’ont rendu célèbre dans le monde entier.


Heinrich Mann, né à Lübeck en 1871, est le premier enfant de Johann  Heinrich Mann, propriétaire d’une entreprise céréalière réputée, et de Julia da Silva-Bruhns, d’origine germano-brésilienne.

Il montre des prédispositions littéraires dès l’âge de 13 ans en tenant un journal après un voyage à Saint-Pétersbourg en 1884. Il écrit des récits l’année suivante et des poèmes en 1887. Il quitte le lycée Sainte-Catherine de Lübeck en 1889 et commence un apprentissage de libraire à Dresde. Il est ensuite bénévole dans la maison d’édition S. Fischer Verlag à Berlin et suit des cours à l’université en 1890-1891.

Continuer la lecture de « Heinrich Mann, écrivain. »

Le site archéologique de Musawwarat es-Sufra (Soudan).

Musawwarat es-Sufra (arabe : المصورات الصفراء al-Musawwarāt as-sufrā, méroïtique : Aborepi, égyptien ancien : jbrp, jpbr-ˁnḫ) ou Al-Musawarat Al-Sufra, est un grand complexe de temple méroïtique de l’actuel Soudan, datant du iiie siècle av. J.-C. Il est situé à 180 km au nord-est de Khartoum, à 20 km au nord de Naqa et à environ 25 km au sud-est du Nil. Il fait partie, comme Naqa, des « sites archéologiques de l’île de Méroé » inscrits au patrimoine mondial en 2011 par l’UNESCO.


Le site a été mentionné par Linant de Bellefonds en 1822, puis peu de temps après par Frédéric Cailliaud. La première description détaillée du site a été faite par Carl Richard Lepsius. Des recherches archéologiques ont été  menées par l’expédition Butana de l’Université Humboldt de Berlin sous la direction du Professeur Fritz Hintze. Elles ont repris après un intervalle de quelques décennies et sont en cours.

Continuer la lecture de « Le site archéologique de Musawwarat es-Sufra (Soudan). »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page