Le cormoran.

Les Phalacrocoracidae sont une famille d’oiseaux aquatiques constituée de 3 genres et de 36 espèces vivantes. Cette famille est celle des oiseaux de mer connus sous le nom de cormorans. Il s’agit d’un groupe très homogène, tant pour ce qui concerne la morphologie que le régime alimentaire piscivore, ou les mœurs générales. Pour cette raison, les 36 espèces de cormorans sont le plus souvent réunies dans un genre unique, le genre Phalacrocorax éponyme de la famille. Un cormoran peut vivre 20 ans.


En dépit d’études récentes préconisant la distinction de trois genres (Microcarbo, Phalacrocorax et Leucocarbo), toutes les listes internationales actuelles — à l’exception de celle du Congrès ornithologique international qui valide cette recommandation — ne reconnaissent que le genre Phalacrocorax.

Ce sont des oiseaux aquatiques, de taille moyenne à grande (de 45 à 100 cm), au corps allongé, au long cou et au bec puissant et crochu. Les cormorans arborent généralement un plumage noir et un long cou flexible. Ils pèsent de 1,5 à 3,5 kilogrammes.

Le plumage du cormoran est partiellement perméable, du fait que les trois quarts de la surface de ses plumes (constituée par la partie la plus externe) ne comportent pas de crochets sur les barbules, rendant celles-ci libres et perméables. Cette propriété lui permet de dépenser moins d’énergie pour plonger, car moins d’air est emmagasiné dans son plumage que chez les autres oiseaux aquatiques, le rendant ainsi plus lourd.

La position du cormoran, ailes déployées à la sortie de l’eau lui permet entre autres de sécher ses plumes. Il s’avère que ce comportement permet également au cormoran une meilleure thermorégulation et facilite sa digestion.

En surface, il nage avec le corps très enfoncé, de sorte que, de loin, on ne voit dépasser que son cou. Très à l’aise sous l’eau, il peut nager en apnée jusqu’à une quarantaine de mètres de profondeur pendant plus de deux minutes, mais en général, il n’excède pas les 10 mètres pour des plongeons d’une trentaine de secondes. Quand le cormoran plonge, il peut parcourir 45 m en 40 s sans bouger les ailes, ni les pattes. Il se déplace sous l’eau avec vélocité afin de capturer ses proies  : les poissons, aussi bien de mer que d’eau douce. Le cormoran pique jusqu’à 100 km/h et vole à 80 km/h. La loi autorise en France l’abattage par des personnes accréditées de 32 000 Grands Cormorans. Mais cela n’influe en rien sur le nombre d’oiseaux, qui se stabilise naturellement.

Cosmopolites, avec la plus grande diversité en régions tropicales et tempérées, observables même en régions australes (Terre de Feu), en arctique et en antarctique, les cormorans fréquentent les étendues d’eau libre, à la fois sur les côtes et à l’intérieur des terres.

Les espèces les plus courantes en France sont le Grand Cormoran, une espèce marine que l’on retrouve également sur les fleuves, rivières et plans d’eau à l’intérieur des terres, et le Cormoran huppé qui est une espèce exclusivement marine. À l’exception de quelques incursions au large, le cormoran ne fréquente pas la haute mer et vit en général le long des côtes rocheuses et des falaises. On le retrouve sur presque tous les continents. Néanmoins, certaines espèces sont en voie de disparition ou protégées.

Sa grande diversité d’habitats l’oblige à s’adapter, mais c’est son comportement qui change et non sa physiologie (il ne baisse pas sa température corporelle). Ainsi, le Grand Cormoran vivant au Groenland mange deux fois plus en hiver que celui vivant en Normandie. Les cormorans réussissent également la prouesse de pêcher dans des eaux obscures, ce qui laisse planer des questions concernant d’éventuels moyens de détection autres que visuels.

Depuis plusieurs années, le Grand Cormoran s’est sédentarisé en Sologne où il est devenu invasif, pêchant d’importantes quantités de poissons. Le Grand Cormoran est souvent vu en Angleterre, par exemple à Londres, à Liverpool, sur le canal entre Leeds et Liverpool et même en West Lancashire.

Principalement en Asie (comme en Chine et au Japon), le cormoran est domestiqué et utilisé pour la pêche en eaux douces, et ce, depuis plusieurs siècles (depuis 1 300 ans au Japon). Les oiseaux utilisés à cet effet possèdent un anneau autour du cou, qui les empêche d’avaler les poissons qu’ils attrapent. Une fois qu’il a attrapé un poisson, il est dressé pour revenir vers son maître, qui le lui retire. Contrairement à la Chine, où les cormorans sont libres, au Japon il est attaché par une ficelle sur laquelle le maître cormoran tire pour faire revenir son animal.

Alors que cette technique est toujours utilisée pour la pêche en Chine, au Japon elle n’est plus qu’une attraction touristique, comme dans la ville de Gifu dans la préfecture du même nom où elle se déroule de mai à octobre. Pendant longtemps, la pêche aux cormorans a été une activité importante au Japon, comme le soulignent les nombreuses allusions dans les idéogrammes utilisés dans les noms de familles et certaines expressions.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.