La salamandre.

Nom scientifique : Salamandra salamandra

Statut de protection : espèce protégée en France

Statut de menace : espèce non menacée de disparition (Liste rouge des amphibiens de France métropolitaine, évaluation 2015)

Description : c’est un animal nocturne, muni de grands yeux noirs adaptés à la vision nocturne et crépusculaire. La peau lisse et noire de la salamandre tachetée est interrompue sur le dos par un motif jaune, occasionnellement orange, de points et/ou de lignes. Par la variabilité de ce motif, on peut identifier les individus séparément.

Salamandre, carte maximum, Belgique, 2000.

Longévité : 20 à 25 ans

Reproduction : la reproduction de la salamandre tachetée est un cas particulier parmi les amphibiens d’Europe Centrale. Alors que la plupart des amphibiens se rendent dans des étangs et des mares au printemps durant une certaine période, afin de s’accoupler et d’y déposer leurs œufs, les salamandres tachetées s’accouplent exclusivement hors de l’eau. La période d’accouplement dure d’avril à septembre avec un pic d’activité en juillet. La femelle ne se rend jusqu’à une zone d’eau qu’à la fin de la période embryonnaire, au printemps, afin de déposer les larves.
La salamandre tachetée atteint la maturité sexuelle en 2 à 4 ans.

Habitat : Essentiellement nocturne, on peut rencontrer la salamandre tachetée durant la journée, après ou durant de fortes précipitations. Parmi les amphibiens, cette espèce est la plus proche des milieux forestiers. Elle préfère les boisements mixtes, s’ils présentent une certaine humidité au sol. La salamandre tachetée reste habituellement cachée dans la journée dans des cavités humides, sous des pierres ou des écorces, ou dans des troncs d’arbres en décomposition. Chez la salamandre tachetée, seule la larve est aquatique. Nombre de salamandres sont mortes dans des aquariums où on avait – à tort – cru pouvoir les faire vivre.

Les salamandres adultes se nourrissent dans une large mesure d’organismes invertébrés comme des cloportes, de divers coléoptères, de limaces, de vers de terre, d’araignées, voire parfois d’autres amphibiens comme des tritons ou de petites grenouilles.

Présence dans les parcs nationaux :  Cévennes  Ecrins  Mercantour  Port-Cros  Pyrénées  Vanoise

La salamandre tachetée est protégée dans la plupart des pays d’Europe via son inscription à l’annexe III de la Convention de Berne. En dépit de sa protection légale dans nombre de pays, la salamandre est en Europe en régression constante depuis au moins un siècle, y compris en France.  Plusieurs causes semblent expliquer cette régression, dont principalement : le recul des zones humides, la contamination de son environnement par les pesticides, et la fragmentation écopaysagère, en particulier par les routes. Les salamandres sont souvent victimes du trafic routier. Ne craignant pas les prédateurs, elles se déplacent lentement, et n’hésitent pas à traverser des espaces à découvert, souvent au péril de leur vie quand il s’agit de routes fréquentées.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.