Carl von Linné, naturaliste.

Carl Linnæus, puis Carl von Linné après son anoblissement, né le 23 mai 1707 à Råshult et mort le 10 janvier 1778 à Uppsala, est un naturaliste suédois qui a posé les bases du système moderne de la nomenclature binominale. Considérant que la connaissance scientifique nécessite de nommer les choses, il a répertorié, nommé et classé de manière systématique l’essentiel des espèces vivantes connues à son époque en s’appuyant sur ses observations comme sur celles de son réseau de correspondants. La hiérarchie des classifications qu’il met en avant s’impose au XIXe siècle comme la nomenclature standard.

Père du concept de biodiversité par son identification de près de 6 000 espèces végétales et 4 400 animales, sa classification s’inscrit dans un contexte historique plurimillénaire où la notion d’évolution des espèces n’existe pas encore, depuis la classification du philosophe grec Aristote, d’une part, et la doctrine biblique créationniste, d’autre part. Elle est donc fixiste et constitue le modèle dominant du rapport de proximité anatomique entre les espèces jusqu’au XIXe siècle. La classification intégrera le concept d’évolution à la suite de Jean-Baptiste de Lamarck, fondateur du transformisme.


von Linné, carte maximum, Suède.

Carl Linnæus naît le 23 mai 1707 à Råshult, dans la paroisse de Stenbrohult du comté de Kronoberg, dépendant à cette époque de la province suédoise méridionale du Småland. La région est riche en forêts et en lacs, l’environnement est particulièrement propice à la contemplation et à l’observation de la nature.

Le père de Carl, Nils Ingemarsson Linnaeus (1674-1748) est alors un vicaire de l’église luthérienne et sa mère, Kristina Brodersonia (1688-1733) est la fille du pasteur de Stenbrohult, Samuel Brodersonius. Nils exerce cette charge d’assistant pastoral depuis son arrivée à Råshult en 1705, mais en 1709, à la mort de son beau-père, il devient lui-même le pasteur de la paroisse et la famille déménage de quelques centaines de mètres jusqu’au presbytère de Stenbrohult, au bord du lac de Möckeln.

Nils est un amoureux des plantes qui transmet sa passion à son jeune fils, permettant à celui-ci d’entretenir son propre jardin dès l’âge de 5 ans. Mais avec un père et un grand-père pasteurs, la destinée de Carl est de suivre leurs traces et de devenir aussi pasteur.

Carl quitte le foyer familial à 9 ans, le 10 mai 1716, pour entrer à l’école de Växjö à une quarantaine de kilomètres de Stenbrohult. Il poursuit ensuite ses études au lycée de la même ville, qu’il intègre le 11 juillet 1723 et qu’il quitte le 6 mai 1727.

Il ne montre toutefois guère d’enthousiasme pour les études et la vocation religieuse. Il préfère s’intéresser aux choses de la nature et y passer son temps. Ses camarades le surnomment déjà « le petit botaniste ». Les professeurs, notamment celui d’histoire naturelle, le Dr Johan Stensson Rothman (1684-1763), convainquent finalement les parents de Carl de ne pas lui imposer une carrière religieuse et de lui permettre de poursuivre des études de médecine.

C’est finalement son jeune frère, Samuel, qui succédant à son père et à son grand-père, deviendra pasteur de Stenbrohult.

Inscrit sous le nom de « Carolus Linnæus », il commence ses études à l’université de Lund en 1727. Il y reçoit notamment l’enseignement de Kilian Stobæus (1690-1742), le futur professeur et recteur de l’université, alors encore seulement docteur en médecine, qui lui offre son amitié et ses encouragements et lui ouvre ses collections et sa bibliothèque.

Cependant, sur les conseils de son ancien professeur de Växjö, le Dr Johan Stensson Rothman, il s’inscrit à la prestigieuse université d’Uppsala qu’il rejoint en septembre 1728, où il peut effectivement trouver la richesse générale de connaissances qui lui convient.

Fort peu développées à cette époque, les études de médecine n’étaient suivies que par une dizaine d’étudiants sur les cinq cents environ que comptait l’université et il n’était pas prévu que l’on puisse soutenir sa thèse de doctorat en Suède. Mais l’enseignement médical incluait une part importante de botanique, notamment l’apprentissage des caractères des plantes, de leurs vertus médicinales et de la manière de les préparer en pharmacie. Ces études furent sans doute le moyen, voire le prétexte, pour Carolus Linnæus de s’adonner à sa passion pour la botanique.

Arrivé à Uppsala sans un sou vaillant, il lui faut aussi subvenir à sa propre existence. Alors qu’à peine arrivé en ville, il visite le jardin botanique fondé par Olof Rudbeck (1630-1702), il est remarqué et pris en charge par Olof Celsius (1670-1756), le doyen de la cathédrale et oncle du savant Anders Celsius (1701-1744). Olof Celsius présente Linné à Olof Rudbeck le Jeune (1660-1740), lui-même médecin naturaliste, qui engage le jeune étudiant comme tuteur de ses fils et lui permet d’accéder à sa bibliothèque. Linné remplace un temps l’assistant de Rudbeck, Nils Rozén (1706-1773), alors en voyage à l’étranger.

Le jardin de Linné a été entretenu et peut actuellement se visiter à Uppsala.
Linné a justement comme professeur Olof Rudbeck le Jeune, ainsi que Lars Roberg (1664-1742).

C’est à Uppsala, dès l’âge de 24 ans, qu’il conçoit sa classification des plantes d’après les organes sexuels et commence à l’exposer dans son Hortus uplandicus.

C’est aussi à Uppsala, que Linné se lie d’amitié avec Peter Artedi (1705-1735), son aîné de deux ans, qui également issu d’un milieu d’église, destiné à devenir pasteur et venu étudier la théologie, s’intéresse finalement plus à l’histoire naturelle, particulièrement aux poissons. Les deux se séparent lorsque Linné part pour la Laponie et Artedi pour la Grande-Bretagne. Avant leur départ, ils se lèguent mutuellement leurs manuscrits en cas de décès. Artedi se noie à Amsterdam en 1735 où il venait réaliser le catalogue des collections d’ichtyologie d’Albertus Seba (1665-1736). Suivant leur accord, Linné hérite des manuscrits d’Artedi. Il les fait paraître sous le titre de Bibliotheca Ichthyologica et de Philosophia Ichthyologica, accompagné d’une biographie de leur auteur, à Leyde en 1738.

Linné considère les voyages comme un outil important pour accroître les connaissances scientifiques. Il conduit des missions scientifiques en Laponie et en Dalécarlie, à l’époque régions inconnues. Il en rapporte une très riche collection de spécimens végétaux, animaux et minéraux et publie sa première étude qui utilise le système sexuel des plantes, Florula Lapponica qu’il améliora par la suite sous le nom de Flora Lapponica (1737). Bien qu’il donne des conférences de botanique et qu’il soit considéré à Uppsala comme un génie, il n’a pas encore de diplôme de médecine.

En 1735, il part aux Pays-Bas, avec l’intention d’y obtenir son diplôme de médecine et de publier ses écrits. Il obtient son titre de docteur en médecine, un titre qui n’est à l’époque pas délivré en Suède, le 24 juin 1735 après un court séjour à l’université de Harderwijk. Il quitte alors Harderwijk pour Amsterdam. Il met en forme ses notes et rencontre le botaniste Jan Frederik Gronovius (1686-1762) à qui il montre son manuscrit Systema Naturae. Celui-ci est si impressionné qu’il décide de financer son édition à Leyde11. Il rencontre également le directeur du jardin botanique d’Amsterdam, Johannes Burman, qui travaille alors à son Thesaurus Zeylanicus, un ouvrage consacré à la flore de l’actuel Sri Lanka. Burman l’emploie pendant quelque temps. Pendant son séjour en Hollande, il a accès au Hortus Malabaricus de Hendrik van Rheede, une encyclopédie fondatrice sur la botanique du sous-continent indien qui ne sera disponible à l’université d’Uppsala qu’en 1756.

En 1736, Linné fait un voyage à Londres où il rencontre les personnes en vue de l’université d’Oxford tel le physicien Hans Sloane, le botaniste Philip Miller et le professeur de botanique Johann Jacob Dillenius (1684-1747).

Il rentre à Amsterdam pour continuer l’impression de son travail Genera Plantarum, point de départ de sa taxinomie. Au cours de son séjour en Hollande, il rencontre également le droguiste Albertus Seba (1665-1736) et le botaniste Herman Boerhaave (1668-1738) qui le met en relation avec l’influent George Clifford (1685-1760), président de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et botaniste distingué. Il étudie et travaille au cours de l’année 1737 dans le jardin et les serres du riche banquier. Clifford est en relation avec les marchands hollandais et les plantes collectées dans le monde entier sont ramenées à Linné qui s’efforce de les intégrer dans son Systema naturae. Son jardin à Hartekamp était fameux à l’époque, puisqu’il y avait plus de mille espèces différentes. Linné y écrit une dissertation sur le bananier, Musa Cliffortiana, ainsi que, en collaboration avec Georg Dionysius Ehret, illustrateur botanique, une description de jardin anglais, l’Hortus Cliffortianus, publié en 1738.

Dans le frontispice d’Hortus Cliffortianus il est fait allusion au mythe prométhéen et au thermomètre de Celsius. En effet on attribue à Linné l’inversion de l’échelle des degrés centigrades (0 °C : fusion et 100 °C : vaporisation)
Il part ensuite pour l’université de Leyde, plus prestigieuse, où il reste une année au cours de laquelle son ouvrage Classes Plantarum est imprimé. Avant de rentrer en Suède, il va à Paris où il fait la rencontre de Bernard de Jussieu et de Claude Richard à Trianon.

Linné retourne alors en Suède, malgré la proposition qui lui est faite aux Pays-Bas de partir en Amérique du Sud. Il ne quittera d’ailleurs plus jamais la Suède15. Ne recevant pas de proposition qui le satisfasse, il exerce la médecine à Stockholm en se spécialisant dans le traitement de la syphilis.

Il se marie le 26 juin 1739 avec Sara Elisabeth Moræa (1716-1806), originaire de Falun. Ensemble ils auront sept enfants, deux garçons et cinq filles : Carl (1741-1783), Elisabeth Christina (1743-1782), Sara Magdalena (1744, morte à l’âge de quinze jours), Lovisa (1749-1839), Sara Christina (1751-1835), Johan (1754-1757) et Sofia (1757-1830).

Finalement, en 1741, il obtient la chaire de médecine à l’université d’Uppsala15 puis celle de botanique, fonction qu’il occupera jusqu’à sa mort. Dans le jardin botanique de l’Université, il arrange les plantes selon sa classification. Il effectue trois expéditions en Suède et inspire une génération d’étudiants. Les comptes rendus de voyages sont publiés en suédois afin d’être accessibles à tous. Outre la pertinence des observations de la vie de tous les jours, ces œuvres sont aussi appréciées pour leur qualité littéraire.

Linné continue de réviser son ouvrage, Systema Naturae, qui ne cesse de grossir au fil des ans et à mesure qu’il reçoit du monde entier des spécimens de végétaux et d’animaux qu’on lui expédie et qu’il doit classer. De la brochure de dix pages du début (deux pages pour les minéraux, trois pour les plantes, deux pour les animaux), son œuvre devient un ouvrage de plusieurs volumes. Quand il n’est pas en voyage, il travaille sur l’extension du domaine minéral et animal. Il est si fier de son travail qu’il se voit tel un nouvel Adam nommant la nature, au point qu’il avait coutume de dire immodestement « Deus creavit, Linnaeus disposuit », ce qui traduit du latin signifie « Dieu a créé, Linné a organisé ».

En 1747, il devient médecin de la famille royale de Suède et obtient un titre de noblesse en 1761.

À la fin de sa vie il est si célèbre que Catherine II de Russie lui envoie des graines de son pays. Il entre aussi en correspondance avec Joannes A. Scopoli, surnommé le « Linné de l’Empire autrichien », qui était docteur et botaniste à Idrija, duché de Carniole en actuelle Slovénie. Scopoli lui a transmis toutes ses recherches et ses observations pendant des années, sans qu’ils pussent se rencontrer à cause de la distance. Pour lui rendre hommage, Linné a nommé Scopolia un genre de la famille des Solanaceae.

Les dernières années sont marquées par une santé déclinante. Il souffre de la goutte et de maux de dents. Une attaque en 1774 le laisse très faible et une seconde, deux ans plus tard lui paralyse la partie droite. Il meurt le 10 janvier 1778, à Uppsala, au cours d’une cérémonie dans la cathédrale, où il est par ailleurs enterré.

Six années plus tard, suivant ses instructions posthumes, sa veuve vendit sa bibliothèque, ses manuscrits et la plus grande partie de ses collections (plus de 14 000 plantes et 3 000 insectes) à un acquéreur qui en prendrait grand soin. Ce dernier, un jeune Anglais nommé James Edward Smith, fonda une société scientifique chargée de recevoir ces trésors et l’appela la Linnean Society of London, où les collections sont conservées, protégées dans un sous-sol, mais disponibles aux chercheurs.

Carl von Linné était membre de l’Académie royale des sciences de Suède et de l’Académie royale danoise des sciences et des lettres.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.