Emmerich Kálmán, compositeur.

Emmerich Kálmán (de son vrai nom Koppstein Imre, Koppstein ayant été volontairement abandonné, Emmerich étant une germanisation ultérieure de son prénom hongrois Imre), né le 24 octobre 1882 à Siófok en Hongrie et mort le 30 octobre 1953 à Paris, est un compositeur hongrois.


Issu d’une famille juive de Siófok, ville située sur les rives du lac Balaton, Emmerich Kálmán étudie la musique et plus particulièrement le piano à la célèbre Académie de musique Franz-Liszt de Budapest, où il a pour maître Hans von Koessler. En 1907, il remporte le Prix de composition François-Joseph. Puis en raison de rhumatisme aux mains, il s’oriente vers la composition d’opérettes sur le style viennois, auxquelles il donne un caractère hongrois par ses nombreuses czardas entraînantes.

Il s’installe à Vienne dès le début de son succès. Puis y fuyant la persécution nazie, il émigre d’abord à Paris de 1938 jusqu’en 1940, puis aux États-Unis, où il devient citoyen américain.

Kalman, carte maximum, Autriche, 1982.

La version française de Violette de Montmartre est jouée au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, en 1936, avec Lotte Schöne dans le rôle de Violetta.

À la fin de la guerre, il revient en Europe et s’installe au 26, avenue Georges-Mandel à Paris, où il meurt en 1953. Il est enterré au Zentralfriedhof de Vienne avec des funérailles nationales.

On rapporte qu’Hitler aimait tellement ses opérettes que celui-ci lui aurait proposé de devenir aryen d’honneur, « titre » rarement conféré, ce que Kálmán aurait refusé.

Kálmán a été fait Chevalier de la Légion d’honneur en 1938.

Kálmán est surtout connu du grand public français pour l’opérette Princesse Czardas, traduite en français et dont Marcel Merkès et Paulette Merval ont été les plus fervents interprètes.

Son œuvre est plus largement connue en Allemagne, en Hongrie et en Autriche, où ses opérettes continuent à être jouées très fréquemment.

Kalman, entier postal, Hongrie.

Aux États-Unis, ses airs ont été repris dans plusieurs comédies musicales et notamment dans le film “I’ll be yours” (1947) avec Deanna Durbin.

Ecouter aussi ce document audio :

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.