Ville d’Ostende (Belgique).

Ostende  est une ville belge située en Région flamande, dans la province de Flandre-Occidentale. Elle a été construite autour du port d’Ostende sur la côte belge de la Mer du Nord et est parfois surnommée la « reine des plages » ou encore la « ville belge la plus britannique » en raison du nombre important de touristes britanniques qui la visitent.


De la naissance d’Ostende nous ne savons rien.

En 814, Gobrecht van Steenland aurait fait don de possessions à Ostende au monastère Saint-Bertin à Saint-Omer.

En 1265, Marguerite de Constantinople, comtesse de Flandre, élève le village au rang de ville. Son emplacement se situait alors au nord de l’avenue Van Iseghem entre le Monument aux Marins et le Casino. À la fin du XIVe siècle, elle est tellement menacée par la mer qu’il faut la déplacer vers le sud à l’abri d’une digue.

Ostende, carte maximum, Belgique.

En 1447, sous Philippe le Bon, on construisit un port. La pêche au hareng constituait alors la principale activité de la ville. Ostende n’a pas qu’à souffrir de la mer : en 1489, elle est pillée par les troupes de Maximilien Ier d’Autriche.

Au cours de la Guerre de Quatre-Vingts Ans, la ville était un bastion protestant. Pour protéger la ville sur son flanc est, les Gueux rasent une partie des dunes. La mer s’engouffra dans la brèche et creusa un chenal à l’origine de l’entrée actuelle du port.

Le siège d’Ostende (1601-1604) par les Espagnols sous le commandement d’Ambrogio Spinola, constitua la pire épreuve que la ville ait connue. L’archiduchesse Isabelle, gouvernante des Pays-Bas, voulant montrer sa détermination, jure devant ses troupes de ne pas changer de chemise tant que la ville ne serait pas prise et crée ainsi la couleur Isabelle. les Gueux sont contraints de rendre la ville complètement ruinée. Reconstruite, elle vit de la guerre de course. Au cours de la guerre de Succession d’Espagne, la ville est à nouveau assiégée, cette fois par une armée anglo-hollandaise sous les ordres du duc de Marlborough. La ville se rendit le 6 juillet 1706.

En 1722, sous le régime autrichien, est fondée la Compagnie d’Ostende, qui obtint le monopole du commerce dans les Indes orientales et occidentales. Celle-ci se spécialisa dans l’importation d’épices et de denrées rares venant d’Extrême-Orient. L’opération fut un succès, mais, soumis aux pressions de l’Angleterre et des Provinces-Unies qui craignent que l’Autriche devienne une puissance maritime, l’empereur Charles VI suspendit l’octroi de la Compagnie en 1727 puis la supprime en 1729. Ostende se développe néanmoins autour de son port : un phare fut construit en 1771, suivi d’un premier bassin commercial en 1776.

Vue d’Ostende, entier postal, Belgique.

En 1781, grâce à l’initiative de l’empereur Joseph II, la ville devient un port franc. À la suite du blocus maritime imposé par l’Angleterre à la France, Ostende décline à nouveau sous le régime français. En mai 1798, les Français repoussent à grand-peine un raid anglais. Conscient des faiblesses de la défense française, Napoléon, qui avait visité Ostende quatre fois, donne l’ordre de construire un « fort Impérial ». Commencés en 1811, les travaux ne sont terminés qu’en 1814, au moment où l’écroulement de l’empire rend le fort inutile.

Au xviiie siècle est née en Angleterre la mode des bains de mer. En 1784, l’aubergiste anglais William Hesketh reçoit la permission de bâtir sur la Grande Plage (Groot Strand) d’Ostende un petit pavillon en bois où les baigneurs pouvaient venir s’acheter des rafraîchissements. C’est le modeste début d’une vocation balnéaire qui se confirma au xixe siècle : les Anglais qui venaient visiter le site de la bataille de Waterloo s’arrêtaient volontiers à Ostende. Le consul d’Angleterre fit construire un des premiers bâtiments sur la digue, le Pavillon Anglais.

Dès 1834, la famille royale manifesta son intérêt pour la station balnéaire : le roi Léopold Ier séjournait dans une maison de maître classique de la Langestraat. La reine Louise-Marie y meurt en 1850. La villégiature royale fait rapidement d’Ostende un endroit à la mode pour la noblesse et la haute bourgeoisie. En 1839, Ostende est reliée à la capitale par voie de chemin de fer et en 1846 on inaugure la malle Ostende-Douvres. L’architecte Henri Beyaert construit en 1850 le premier Casino-Kursaal1 d’Ostende : le bâtiment était en bois car, comme tous les bâtiments de la digue, il devait pouvoir être démoli rapidement en cas de guerre.

En 1865, la ville d’Ostende est démilitarisée : une fois les fortifications démolies, la ville se développa rapidement. Ostende est la résidence d’été du roi Léopold II. Féru d’urbanisme, le roi marqua la ville de son empreinte. En 1905, d’importants travaux furent entrepris à Ostende, dont l’église Saints Pierre et Paul, le théâtre, le bâtiment de la Poste, le pont Comte de Smet de Naeyer et les Galeries royales.

Au cours de la Première Guerre mondiale, le 9 mai 1918, Ostende est le théâtre d’une opération britannique : la Royal Navy coule le croiseur HMS Vindictive dans le chenal afin d’entraver la circulation des sous-marins allemands basés à Bruges.

L’ancienne gare d’Ostende-Ville, desservie au début du XXe siècle par de nombreux tramways

Après l’avènement des congés payés en 1936, Ostende s’adapta au tourisme de masse et l’on vit fleurir les pensions bon marché pour les nouveaux estivants. En 1935, apparaissent les premières cabines ou installations de plage à Ostende. Ensuite vinrent les immeubles à appartements.

Après la Seconde Guerre mondiale, le rythme des démolitions s’accélère, au point que ne subsistent à Ostende que de rarissimes exemples de villas de la Belle Époque sur la digue : la villa Maritza, classée en 1996, ou encore la villa Yvonne et la villa Simone de l’architecte Antoine Dujardin.

Liaison Ostende-Douvres, entier postal, Belgique.

Ostende bénéficie en 1956 de la construction de l’autoroute Bruxelles-Ostende, qui facilite un peu plus l’accès à la reine des plages.

Lors de l’inondation causée par la mer du Nord en 1953, les Pays-Bas sont les plus durement touchés, mais la Belgique n’est pas en reste. C’est à Ostende que le désastre est le plus important. Dans la nuit du 31 janvier au 1er février 1953, la tempête s’attaque à la digue-promenade qui résiste initialement relativement bien à l’assaut des vagues, mais la mer s’engouffre dans la ville, lorsque les bassins du port débordèrent. Le niveau de l’eau atteint la côte + 7,07 mètres, c’est-à-dire 20 centimètres au-dessus des quais. La tempête provoque d’importants dégâts matériels dans le centre inondé et cause la mort de huit personnes.

La ville d’Ostende est jumelée avec Monaco en 1958. L’Avenue d’Ostende est la célèbre montée qui relie le port de Monaco à Monte-Carlo et au casino.

En 1970, Ostende fusionne avec les communes de Stene et Zandvoorde.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.