Ville de Montecatini Terme (Italie).

Montecatini Terme est une commune italienne de 19 473 habitants située dans la province de Pistoia et la région Toscane en Italie. La station  thermale est inscrite depuis le 24 juillet 2021 au patrimoine mondial de l’UNESCO dans la série « Grandes villes d’eaux d’Europe » (en anglais : Great spas of Europe).


Montecatini Terme est située au cœur de la Valdinievole et de la zone humide du marais de Fucecchio, à l’extrémité orientale de la plaine de Lucques, dans la province de Pistoia et la région de la Toscane en Italie centrale.

Trois hameaux dépendent de la commune : Nievole, village de 600  habitants, Vico, village dans les collines entre Montecatini Alto et Nievole, et Montecatini Alto, bourg historique, précédemment chef-lieu de la commune sous le nom de Montecatini Val di Nievole.

La commune d’origine s’étendait sur environ 30 km2 et sa population était de 5 400 habitants en 1905. Son territoire était délimité par les communes de Marliana, Serravalle Pistoiese, Monsummano Terme, Buggiano, Massa e Cozzile et Ponte Buggianese et comprenait, outre son chef-lieu, les localités de Bagni di Montecatini (l’actuelle Montecatini Terme) et de Pieve a Nievole.

En 1905 ces deux frazioni furent érigées en communes autonomes ; en 1940 la commune de Montecatini Val di Nievole fut définitivement supprimée et son territoire divisé entre ceux de Montecatini Terme (nom adopté par la commune de Bagni di Montecatini en 1934) et de Pieve a Nievole. Au  moment de la suppression, la commune comptait à peine plus de 3 200 résidents.

La région de Montecatini est occupée par l’homme depuis les temps  préhistoriques. Elle fut probablement fréquentée par des chasseurs itinérants à partir du Paléolithique mais c’est seulement à partir du Mésolithique que de nombreux habitats témoignent de la présence humaine, en particulier sur les collines de la Valdinievole. La première mention de la cité date de 716 de notre ère. En 1164, elle est citée comme une commune libre, mais elle est conquise plus tard par la République de Lucques.

Au début du XIVe siècle une nouvelle puissance, Florence, apparaît aux confins de la Valdinievole. Les florentins commencent par affaiblir Sienne et Arezzo qui dominent alors la région. Alors que Florence était sur le point de réaliser son projet d’hégémonie, une révolte gibeline dirigée par Uguccione della Faggiola vient ralentir son avancée. Devenu vicaire impérial et  seigneur de Pise et Lucques en 1312, Uguccione menace directement Florence. La guerre est inévitable dont l’enjeu est la domination de la Toscane tout entière.

En 1315 Uguccione tente d’assiéger Montecatini, considérée comme une place forte stratégique. La tentative est déjouée par l’excellente position de la forteresse et l’aide des florentins. Le 29 août, se déroule sous les murs de la ville la rencontre décisive : la bataille de Montecatini entre la république de Florence et les condottières Uguccione della Faggiola et Castruccio  Castracani. L’armée des guelfes (florentins et alliés) est prise par surprise et écrasée par celle des gibelins. L’année suivante Uguccione est contraint de fuir. Castruccio Castracani degli Antelminelli devient seigneur de Lucques puis de Pise et étend de plus en plus son pouvoir sur la Toscane. En 1323 il tente de s’emparer de l’une des places fortes de Florence, Fucecchio, mais, blessé, il doit se retirer. Commence alors une lente mais inexorable reprise du pouvoir par les florentins qui dominent à nouveau la cité de Montecatini.

Autour de 1540, les premiers bains sont édifiés aux pieds de Montecatini pour recevoir les eaux thermales déjà connues dans la région. Ils ont pour noms « mediceo » ou « tondo » et « dei merli » ou « della rogna » et sont décrits dans son traité De balneorum Italiae proprietatibus ac virtutibus par Ugolino da Montecatini, fondateur de l’hydrologie qui, selon Alessandro Bicchierai, situe leur édification première en 1370.

Une autre guerre voit à nouveau Montecatini au centre d’un conflit qui commence en 1554. Il a pour protagonistes d’une part Cosme Ier de Médicis, premier grand-duc de Toscane, représentant Florence et ses alliés  espagnols, et d’autre part Pietro Strozzi, représentant Sienne et ses alliés français. Le 21 juin Montecatini est occupée par Sienne. La ville ne s’oppose pas à l’occupation, Strozzi étant présenté comme un libérateur par son chef d’armée Cornelio Bentivoglio.

Forteresse jusqu’alors imprenable, Montecatini est affaiblie par les dures épreuves subies durant des siècles de batailles. Aussi, lorsque les Médicis reviennent à l’attaque avec leurs troupes, la ville retombe entre les mains médicéennes qui la saccagent sans pitié. Cosme, plein de rancœur contre Montecatini qui non seulement s’était laissée conquérir par Sienne sans opposer de résistance mais avait en outre combattu pour ne pas retourner sous la domination des Médicis, ordonne de l’effacer jusque dans ses fondements (« sfasciarla dalle fondamenta »). Jour après jour huit-cents hommes s’acharnent contre les murs, les tours et les maisons. Seuls échappent à la destruction cent-soixante habitations, trois couvents, le palais du Podestà et le palais de Justice.

Ce n’est que dans le dernier quart du XVIIIe siècle que la zone demeurée insalubre du marais de Fucecchio est bonifiée et que l’activité balnéaire reprend. Sous l’égide du grand-duc Léopold conseillé par son médecin personnel Alessandro Bicchierai, les entrepreneurs locaux, rejoints par des entrepreneurs étrangers, construisent des canaux pour évacuer les eaux, récupérer les terres et faciliter ainsi l’utilisation des sources chaudes. Sont alors construits les établissements thermaux : Bagno Regio (1773), Terme Leopoldine (1775) et Thermes Tettuccio (1779).

Bagni di Montecatini, petit village au pied de la colline de Montecatini, est né. Au xixe siècle, La localité fait partie de la commune de Montecatini Val di Nievole qui comprend, outre le bourg historique de Montecatini Alto, les localités de Bagni di Montecatini et de Pieve a Nievole. Au plébiscite de 1860 sur l’annexion du grand-duché de Toscane au royaume de Sardaigne dans le processus d’unification de l’Italie, les « oui » n’obtiennent pas, bien que de peu, la majorité des voix des électeurs (925 sur un total de 1883), symptôme de l’opposition à l’annexion. En 1905 Bagni di Montecatini et Pieve a  Nievole sont érigées en communes autonomes. En 1934 Bagni di Montecatini prend le nom de Montecatini Terme. En 1940 la commune de Montecatini Val di Nievole est définitivement supprimée et son territoire divisé entre ceux des deux nouvelles communes de Montecatini Terme, qui conserve la frazione de Montecatini Alto, et de Pieve a Nievole.

Dans la période entourant le début du XXe siècle, l’offre touristique se diversifie et se perfectionne. Le nombre et la qualité des hôtels  s’accroissent. L’architecture et les arts décoratifs prennent un tour nouveau avec l’apparition du stile Liberty représenté par des artistes comme le céramiste Galileo Chini ou l’architecte Raffaello Brizzi. La nécessité de combiner aux cures la détente, le divertissement et le sport se fait jour. Nombre d’établissements à la mode font leur apparition, restaurants, théâtres, boîtes de nuit, casino et des célébrités commencent à fréquenter la ville. Entre la fin du XIXe siècle et les premières décennies du XXe, il n’est pas rare de rencontrer dans les caffè ou dans les allées arborées du parc des personnages tels que Giuseppe Verdi, Pietro Mascagni, Carlo Alberto Salustri, dit Trilussa, Beniamino Gigli, Luigi Pirandello ou Ruggero Leoncavallo qui, après plusieurs séjours, s’y installe définitivement.

Montecatini devient un véritable point de rencontre de renommée  internationale où l’on discute de politique et où l’on conclut des affaires. En 1926, sa réputation est telle qu’elle enregistre une fréquentation de 75 000 visiteurs, un chiffre remarquable pour l’époque. Au XXe siècle la ville est devenue l’une des stations thermales d’Italie les plus fréquentées.

Depuis le 29 juin 2011, un parcours ponctué par plus de deux-cents plaques de bronze, les Passi di Gloria, placées le long de la viale Verdi entre la piazza del Popolo et les Thermes Tettuccio, retrace le passage à Montecatini Terme des personnalités les plus marquantes, du grand-duc Léopold, fondateur de la cité, à Woody Allen.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page
%d blogueurs aiment cette page :