Prokop Divis, inventeur.

Prokop Divis (Václav Divíšek, latinisé en Procopius Divisch ; né le 26 mars 1698 à Helvíkovice; † 21 décembre 1765 à Přímětice, quartier de l’actuelle Znaïm), est un chanoine bohémien de l’ordre des Prémontrés. Il construisit une machine météorologique pour prévenir des coups de foudre.


Natif du royaume de Bohême, Procopius Divisch fréquenta l’école jésuite de Znaïm puis étudia la philosophie à l’abbaye de Louka de 1720 à 1724. En 1725 il fut ordonné diacre et reçut la prêtrise en 1726. Il se tourna alors vers l’étude de la théologie, qu’il poursuivit jusqu’en 1734 à l’Université de Salzbourg. De retour à l’abbaye de Louka, il en fut le prieur jusqu’en 1742 puis rejoignit l’abbaye de Přímětice en tant que père supérieur : il ne devait plus changer d’affectation par la suite.

Ses goûts prédisposaient Divisch à l’étude des sciences naturelles, de la physique et surtout de l’électricité. Il étudia l’influence de ce phénomène sur les cultures, et tenta même de s’en servir à des fins médicales. Divisch correspondait régulièrement avec les érudits et théologiens de son temps, parmi lesquels les théologiens wurtembergeois Johann Ludwig Fricker et Friedrich Christoph Oetinger.

Divis, entier postal, Tchéquie.

C’est au cours des années 1740 que Divisch réalisa le plus gros de ses expériences avec l’électricité. À la suite de l’expérience qui coûta la vie au professeur Georg Wilhelm Richmann le 26 juillet 1753, lors d’essais avec l’électricité atmosphérique à Saint-Pétersbourg, Divisch adressa à l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg un mémorandum en latin sur les leçons à tirer de l’événement. Il était en contact avec le professeur de physique pragois Jan Antonín Scrinci et le mathématicien Leonhard Euler. On l’ignora en raison du fait qu’il était un théologien – puis, on discerna des erreurs dans sa théorie.

Ignoré par la communauté scientifique, en 1754, il ordonna aux paysans locaux d´édifier une machine météorologique de façon à prouver sa théorie. Cette machine censée modifier la météo était attachée au sommet d’un poteau de 40 mètres de haut, en son prieuré de Přímětice. En 1759, une sécheresse frappant le pays incita les paysans à démolir la machine de leur pasteur. Ses supérieurs ordonnèrent Divisch d’arrêter les tentatives de manipulation du temps.

Plus tard, sa machine a été considérée comme un paratonnerre autoportant, comparable à celle de Benjamin Franklin. Bien que cela ait été prévu autrement, sa construction a en fait servi de paratonnerre, aussi. Son rôle de « Franklin Européen » est ainsi contesté.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.