Ortlieb von Brandis, évêque catholique.

Ortlieb von Brandis (* 1430 au château de Brandis à Maienfeld, canton des Grisons ( Suisse ), † 25 juillet 1491 à Coire ) était un évêque catholique romain du diocèse de Coire.


Fils du baron Wolfhard V. von Brandis , seigneur des seigneuries de Maienfeld, comté de Vaduz , Schellenberg et Blumenegg et de son épouse Verena (Frena), fille du comte Albrecht III. von Werdenberg-Heiligenberg-Bludenz, a étudié la théologie à l’ Université de Pavie. Tandis que les frères Wolfhard VI., Sigmund et Ulrich s’occupaient des affaires séculaires de la famille Brandis, Rudolf et Ortlieb se sont lancés dans une carrière spirituelle. Ortlieb est élu doyen du chapitre de la cathédrale de Coire en 1453, à l’âge de 23 ans , son frère Rudolf y est de 1459 à 1467Doyen de la cathédrale. Il a terminé ses études de théologie avec la dispense papale.

Le 30 mai 1458, il est élu évêque de Coire ; ce choix fut confirmé par le pape Calixte III. le 21 juillet 1458, l’approbation impériale de Frédéric III. il reçut le 20 septembre 1459. L’ ordination épiscopale du 27 mars 1463 par Lazaro Scarampi , l’évêque de Côme , fut précédée de l’ ordination des diacres et des prêtres . Le dimanche précédant l’Assomption (15 août) 1458, la ville et le diocèse de Coire lui rendent hommage.

La ville a longtemps essayé d’obtenir plus de droits et d’indépendance de l’évêque. Après le grand incendie de la ville de 1464, qui détruisit les maisons pour la plupart en bois de la ville – il ne restait que le palais épiscopal et quelques maisons en pierre – les conseils municipaux se tournèrent vers l’empereur. Sous prétexte que toutes les lettres de liberté et tous les documents de la ville avaient été détruits, ils recevaient non seulement les anciens droits confirmés, mais aussi de nouveaux privilèges qui diminuaient l’influence de l’évêque. Les habitants de l’ Engadine se sont battus pour les droits sur le bois lors de plusieurs soulèvements. Les mines et les forges construites par l’évêque Leonhard Wismairpouvaient continuer à fonctionner, ils n’avaient qu’à fendre le bois.

Dans l’exercice de sa charge ecclésiastique, Mgr Brandis était soutenu par l’ évêque auxiliaire Johannes Nell , OFM, et 1471-1473 par l’évêque auxiliaire Burchard Tuberflug , OP , qui fut par la suite évêque auxiliaire à Constance. Pour un rite uniforme dans le diocèse, il fait imprimer et diffuser le Breviarium Curensis en 1490 et le Directorium Chori pour la conception de la messe ( fêtes de l’ église et des saints).

Il fit construire un nouveau maître-autel pour son église épiscopale . En 1486, il commande au sculpteur sur bois Jakob Russ , qui crée un autel ailé de style gothique tardif, qu’il inaugure en 1491. Les sacrements ( tabernacle ) de huit mètres de haut de 1486, chef-d’œuvre du gothique tardif, sont attribués au maître tailleur de pierre Claus von Feldkirch.

Le prince-évêque Ortlieb von Brandis mourut après plus de trente ans de mandat le 25 juillet 1491 des suites d’une longue maladie. Il a été enterré dans la cathédrale de l’ Assomption à Coire dans un sarcophage en marbre commandé par lui en 1485.

Le blason en quatre parties montre dans les champs 1 et 4 sur fond blanc/argent un bouquetin des Alpes noir , placé à droite/gauche, les armoiries de la Principauté de Coire (Association des Dieux ) ; dans les champs 2 et 3 une torche placée en diagonale à droite/gauche, les armoiries de la famille noble suisse von Brandis. Croix, mitre, crosse et épée, insignes du pouvoir spirituel et séculier.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.