Les ursidés.

Les ours forment la famille de mammifères des ursidés (Ursidae), de l’ordre des carnivores (Carnivora). Le Grand panda, dont la classification a longtemps prêté à débat, est aujourd’hui considéré comme un ours herbivore au sein de cette famille. Il n’existe que huit espèces d’ours vivantes réparties dans une grande variété d’habitats, à la fois dans l’hémisphère Nord et dans une partie de l’hémisphère Sud. Les ours vivent sur les continents d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud, et en Asie.

Les ours modernes ont comme caractéristiques un corps grand, trapu et massif, un long museau, un pelage dense, des pattes plantigrades à cinq griffes non rétractiles et une queue courte. L’ours blanc est principalement carnassier. Le panda géant se nourrit presque exclusivement de bambou. Les six autres espèces sont omnivores, leur alimentation variée comprend essentiellement des plantes et des animaux. Sauf en période de reproduction et d’éducation des jeunes, les ours sont solitaires. Généralement diurnes, ils sont aussi éventuellement actifs la nuit ou au crépuscule, en particulier autour des zones d’habitation humaine. On les dit parfois « nocto-diurnes ». Aidé par un odorat développé, l’ours peut, malgré sa corpulence, courir rapidement, nager et escalader certaines parois ou des arbres. Cavernicole, il se réfugie volontiers dans des grottes, cavernes et tanières. La plupart des espèces y passent la saison froide à dormir (hivernation).

Les ours sont chassés depuis la préhistoire pour leur viande et leur fourrure. Ils ont joué un rôle de premier plan dans la culture (mythologie, légendes, etc.) et les arts. À l’époque moderne, les populations d’ours sont victimes de pressions (comme celles des éleveurs dans les Pyrénées), de l’empiétement de l’humain sur son habitat naturel, de l’artificialisation et de la fragmentation des forêts, ainsi que du commerce illicite, notamment le marché asiatique de la bile d’ours. L’UICN a classé six espèces d’ours comme vulnérables ou menacées d’extinction. L’ours brun pourrait disparaître dans certains pays européens. Le braconnage et le commerce international des populations les plus en danger sont interdits, mais se pratiquent toujours sous illégalité.


L’ours a largement marqué la culture humaine à travers des rites et des traditions attestés de l’Europe aux Amériques et en Asie, et a donné lieu à une abondante culture populaire. Théophraste, dans son traité Des odeurs, dit que la chair de l’animal croît si on la conserve, même cuite, pendant le temps de leur retraite. Il dit encore que, lors de l’hivernation, on ne trouve en lui aucune trace d’aliments et que son ventre ne contient qu’une très petite quantité de liquide ; de même dans leur cœur pour le sang, et que le reste du corps n’en contient pas du tout. À leur sortie, au printemps, ils consomment une certaine herbe nommée aron (en grec ancien ἄρον).

Tous les ours ont un grand corps trapu et massif, des membres puissants, un pelage dense et hirsute, une queue courte, des oreilles rondes, un long museau, de grandes capacités olfactives (lui permettant de détecter une présence à 50 mètres) et d’audition, de larges pattes plantigrades à cinq griffes non rétractiles. Un ours vit de 25 à 40 ans.

Il a été constaté, notamment grâce aux techniques de pêche, que les ours se servent plutôt de la patte gauche, laissant supposer une latéralité du comportement de l’animal. Michel Pastoureau remarque : « Deux auteurs, l’un médiéval, l’autre moderne ont en effet remarqué que l’ours se servait plus fréquemment de sa patte gauche que de sa droite et en ont conclu — un peu rapidement — qu’il était gaucher ».

L’ours est généralement diurne, mais peut être actif la nuit ou au crépuscule, notamment près des habitations.

Les ours sont aidés par leur excellent sens de l’odorat, et malgré leur forte corpulence et une démarche maladroite, ils peuvent courir rapidement (jusqu’à 50 km/h) et sont des grimpeurs habiles comme d’excellents nageurs. Leurs dents sont utilisées pour la défense et comme outils et dépendent du régime de l’ours. Leurs griffes sont employées pour déchirer, creuser et attraper. Sur leurs pattes arrière, ils peuvent avoir une démarche bipède.

Les ours sont des semi-hibernants. L’hivernation, contrairement à l’hibernation, n’entraîne pas une interruption de toutes les activités physiologiques. La température de leur corps descend relativement bas, mais ils peuvent se réveiller facilement. Les organes vitaux restent à une température normale pour réagir en cas de danger et l’ourse donne naissance aux petits pendant l’hiver. Beaucoup d’ours des régions nordiques hivernent ; ils se réfugient dans des grottes, cavernes et tanières, qui sont occupées par la plupart des espèces au cours de l’hiver pour cette longue période de sommeil.

Les ours sont principalement omnivores, bien que certains aient un régime plus spécialisé, comme les ours blancs, essentiellement carnivores. Ils mangent des lichens, des racines, des noix et des baies. Ils peuvent également aller à un fleuve ou à toute autre eau de surface pour capturer des poissons. Des animaux comme les brebis constituent également une source de nourriture. L’ours est une espèce méliphage (il aime le miel et les larves d’abeille quand il en trouve). Les ours voyageront généralement loin des sources de nourriture. Ils pratiquent habituellement la chasse au crépuscule, sauf quand des humains se trouvent dans le voisinage.

À l’exception des périodes de reproduction et de l’éducation des jeunes animaux, les ours sont solitaires. La période de reproduction de l’ours est brève. Il se reproduit saisonnièrement, habituellement après l’hivernation. Les oursons viennent au monde édentés, aveugles et chauves. Habituellement en portées de 1 à 3, ils resteront avec la mère pendant six mois. D’abord nourris du lait maternel, ils commenceront à chasser avec la mère après trois mois. Puis, ils sont sevrés. Cependant, ils resteront dans les parages pendant trois ans. Les jeunes animaux atteignent leur maturité sexuelle à l’âge de sept ans.

L’ours a besoin d’un vaste territoire à haut degré de naturalité. Ce type de milieu devient de plus en plus rare en Europe et régresse en Sibérie et en Amérique du Nord. Dans les forêts secondaires proches de zones urbaines ou de zones d’agriculture, même extensive, l’ours est sans cesse effrayé ou chassé. Les parcs nationaux lui convenant en Europe sont rares.

Les ours vivent dans les continents d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud et en Asie.

L’occupation par les ours bruns du continent américain et leur différenciation en Kodiak et Grizzli est très récente. La séparation d’avec les ours des régions tropicales est plus ancienne, l’ours à lunette d’Amérique du Sud étant le plus éloigné génétiquement. L’ours brun reste encore assez abondant en Sibérie (120 000 animaux dans les années 2000) et en Amérique du Nord (environ 50 000), surtout en Alaska et au Canada, sous la forme dite de l’ours grizzly, qui n’est qu’une forme géante de l’ours brun). Plus au sud, des populations se rencontrent au Proche-Orient, dans l’Himalaya, au Japon (environ 3 000 animaux sur l’île d’Hokkaido) et dans l’Ouest des États-Unis. Les Indiens d’Amérique du Nord qui portaient des crêtes iroquoises se raidissaient les cheveux avec de la graisse d’ours ou de l’huile de noix pour les rassembler en une sorte de corne.

On peut signaler la présence au cours du Mésolithique d’un ours « domestique » — dont les dents présentent des indices de liens — en grotte à Sassenage (Isère).

Une cause du déclin de l’ours en Europe a été celui de son habitat, qui s’est accéléré au XVIIe siècle puis XIXe siècle ; dans son encyclopédie, Les Merveilles de la nature, parue en 1868, Alfred Brehm a écrit : « Les beaux temps de l’ours sont passés. L’espèce ne peut plus demeurer que dans les lieux que l’homme n’a pas encore envahis. (…) L’extension toujours croissante de l’homme sur la terre chasse l’ours et finira par le détruire complètement dans l’Europe centrale et méridionale ». Aujourd’hui leur territoire s’est considérablement réduit, du moins en Europe de l’Ouest avec quelques-uns dans les Pyrénées, une centaine en Espagne, en Italie dans les Abruzzes et une trentaine en Autriche. Il est encore relativement nombreux dans les forêts de Scandinavie, les Carpates, les Balkans et la Russie d’Europe (la population de ces quatre régions regroupe environ 12 000 animaux, soit l’essentiel de la population européenne).

En France, le Parc national des Pyrénées n’a pas été créé sur un territoire vraiment idéal pour les ours, mais là où les promoteurs, bergers et forestiers ont jugé qu’il serait le moins gênant pour eux. Aucune population viable d’ours ne s’y est donc jamais spontanément et durablement installée.

L’ourse Cannelle conservée au Muséum de Toulouse après sa naturalisation. Dans les Pyrénées françaises la dernière ourse de souche, Cannelle a été abattue par un chasseur en 2004, ce qui a provoqué une vague de protestations et d’indignation de la part d’associations de protection de la nature et de défense des animaux (SEPANSO-Béarn, FIEP Groupe Ours Pyrénées, Nature Midi-Pyrénées, SNPN, ASPAS, One Voice, FNE, 30 Millions d’Amis, Fondation assistance aux animaux, Fondation Brigitte Bardot, SPA, WWF, Pays de l’Ours – Adet, Ferus). Alors que la lignée pyrénéenne était condamnée, cinq ours en provenance de Slovénie ont été relâchés en 2006, soulevant une controverse notamment chez les bergers et les éleveurs. La première ourse introduite, Palouma, a été retrouvée morte en août 2006 au bas d’une barre rocheuse à 2 100 m d’altitude. La deuxième ourse introduite, Franska, a été percutée mortellement par une voiture le 9 août 2007. Bien que les sondages montrent qu’une large majorité de la population est favorable au maintien d’une population ursine en France, l’espèce est toujours au bord de l’extinction dans ce pays qui abritait encore une centaine d’ours au début du XXe siècle ; dans les Alpes françaises, le dernier ours abattu avait toutefois été tué, selon les sources, à la veille de 1914-1819 ou en 1921, le dernier ours vu ayant quant à lui fait l’objet d’un témoignage en 1937.

En Roumanie, des sociétés de chasse offrent la possibilité d’abattre un ours pour un peu plus d’un millier d’euros au cours de « safaris » controversés par les militants de la cause animale qui arguent que même quand un ours a un comportement familier (parce qu’il s’est habitué à l’homme par exemple), on peut l’effaroucher ou le capturer sans le stress occasionné par les battues ou les chasses traditionnelles. Un nouveau tourisme naturaliste d’observation du loup, de l’ours, du lynx ou du castor se développe, mais qui n’a pas assez de reconnaissance pour induire une véritable protection des habitats de ces espèces.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.