Le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc.

Il n’est pas nécessaire de présenter la Jeanne d’Arc. Ambassadrice de la France autour du monde, la « Jeanne » a reçu et formé au cours de ses 45

campagnes d’application, des milliers d’officiers de Marine et des différents corps d’officiers de la Marine (commissaires, médecins, administrateurs des affaires maritimes). Ce fut un moule unique où se forgèrent les caractères, où les élèves de l’Ecole navale passaient du statut d’étudiant à celui de marin, s’engageant pour la première fois dans les postes de responsabilité et de compétences techniques qui allaient être les leurs tout au long de leur carrière militaire.

Construit à Brest et baptisé à l’origine La Résolue, ce porte-hélicoptères fut mis en service le 16 juillet 1964 (date du changement de nom). Il a remplacé dans cette fonction l’ancien croiseur Jeanne d’Arc.

Navire de prestige, voué au bals, aux fastueuses réceptions et aux visites de hautes personnalités lors des escales, la « Jeanne » n’en fut pas moins un bâtiment militaire qui pouvait intervenir en cas de crise, grâce à ses possibilités multi-rôles. Dans cette fonction, il ne pouvait embarquer que 4 hélicoptères lourds. En temps de guerre, il devait être utilisé

comme porte-hélicoptères anti-sous-marins, comme porte-hélicoptères d’assaut ou comme transport de troupes. Ce ne fut jamais le cas, mais le navire fut plusieurs fois engagé dans des opérations humanitaires (en 1988, 1998 et 2005 notamment) mais aussi dans des interventions comme la libération des otages à bord du voilier Ponant, en 2008.

 

Mission aux Iles Kerguelen, 1989-90.

Lors des campagnes, la présence d’un bâtiment accompagnateur (la conserve) était nécessaire pour améliorer les exercices en mer et pour « donner du large » aux promotions devenues chaque année plus nombreuses ; les élèves pouvant être transbordés pour quelques jours sur un type de navire différent où les conditions de service sont autres.

La Jeanne d’Arc était parrainée par les villes de Rouen, Domrémy-la-Pucelle, Nancy, Orléans, et Vaucouleurs.

Le 27 mai 2010, la Jeanne d’Arc a accosté à Brest pour la dernière fois et le 1er septembre 2010, les dernières couleurs ont été abaissées, emmenant le porte-hélicoptères dans l’Histoire. Elle a alors été mise en réserve. Le 2 novembre 2010, elle a été retirée de manière définitive du service, le dernier noyau d’équipage étant alors dissout.

Dans son rôle d’école d’application des officiers de Marine, les bâtiments de projection et de commandement Mistral et Tonnerre ont repris le flambeau à partir de mars 2010, assurant alternativement la mission de formation.

 

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Netmarine, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.