Le port de Saint-Malo.

Le port de Saint-Malo est un port de commerce situé en France classé d’intérêt national. Au niveau de la région Bretagne, il se situe au 3e rang pour les marchandises (2,2 Mt en 2004) et au 1er rang pour les passagers (1,4 million de passagers en 2001). Au niveau national (hors outre-mer), il se situait en 2004 au 15e rang, à égalité à l’époque avec Brest, derrière Lorient 13e.

Il est la propriété du Conseil régional de Bretagne depuis le 1er janvier 2007.

Le port de Saint-Malo se décompose en 2 grandes zones distinctes :

 

  • l’avant-port : zone sous influence de la marée qui accueille le trafic des ferries avec l’Angleterre et les îles Anglo-Normandes, les grands paquebots et le port de plaisance des Bas-Sablons,
  • les bassins intérieurs à flot : au nombre de 4, ils accueillent le trafic marchandises hors ferries, l’activité réparation navale, la pêche, et la plaisance.

L’accès aux bassins intérieurs se fait par l’écluse du Naye qui peut accueillir des navires jusqu’à 150 m de longueur et 21 m de largeur avec un tirant d’eau de 9 m.

Edeis est le nouveau concessionnaire du port de Saint-Malo qui gère depuis le 1er janvier 2020 les trois concessions (commerce, pêche et la réparation navale) par voie de contrat de délégation de service public (DSP).

Saint-Malo, carte maximum, France.

C’est aussi la 9e criée régionale et en même temps le plus grand port de plaisance de la côte de la Bretagne nord.

Il bénéficie par ailleurs d’équipements de réparation navale avec deux formes de radoub.

La proximité de la grande agglomération qu’est Rennes dynamise l’activité du port.

En 1832, l’ouverture, après 30 ans de travaux, du canal d’Ille et  Rance permet d’intensifier les échanges commerciaux avec la capitale régionale. Mais la voie d’eau ne règnera pas longtemps, dès 1864 la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest met en service la ligne ferroviaire Rennes – Saint-Malo. Le trafic fluvial perd alors du terrain face au rail plus souple. Le dernier chaland commercial s’effacera en 1960.

Saint-Malo, épreuve de luxe.

Depuis toujours, un différend opposait les communes de Saint-Malo et Saint-Servan. Pour cette raison, trop longtemps Saint-Malo resta un port d’échouage. Les querelles apaisées, l’ouverture en 1932 des deux écluses du Naye permit la mise en eau profonde des bassins. Malheureusement, le 7 août 1944 lors des violents combats des derniers jours de l’occupation, les hommes du colonel von Aulock dynamitèrent les écluses. Une seule sera reconstruite, l’emplacement de l’autre servira de forme de radoub.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.