Ville de Lorient (Morbihan).

Lorient est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne. Cité portuaire active et arsenal maritime au fond de la rade de Lorient, la ville est au cœur de l’unité urbaine de Lorient qui est la plus importante du département et se classe au troisième rang en région Bretagne.

L’histoire de la ville commence en 1666 lorsque la compagnie des Indes orientales obtient de Louis XIV des terrains pour établir ses installations au lieu-dit du Faouédic. La Marine royale s’y établit aussi dès 1688 pour y faire construire des bateaux. L’Arsenal de Lorient produira de nombreux bateaux lors des siècles suivants, y compris les premiers cuirassés français. La pêche permet à la ville de connaitre une nouvelle phase de croissance, à partir de l’ouverture du port de pêche de Keroman dans les années 1920. La Seconde Guerre mondiale entraine la destruction presque totale de la ville, l’occupant ayant choisit la ville pour y construire la plus grande base de sous-marins de l’époque. Une phase de reconstruction suit jusqu’aux années 1970.

L’économie de la ville est tournée vers les activités maritimes, Lorient accueillant un des principaux arsenaux militaires français, ainsi que le plus grand port de pêche français en valeur avec les installations portuaires de Keroman. Lorient compte aussi un Pôle course au large, principal pôle de la Sailing Valley, un port de commerce à Kergroise, et des installations dédiées aux transports de passagers. Ces installations valent à la ville son surnom de « ville aux cinq ports ».

Lorient, carte maximum, 4/07/1992.

La ville subit des mutations importantes à la fin des années 1980 qui font évoluer ses activités. L’ouverture de l’université de Bretagne-sud en 1995, ou l’essor du festival interceltique de Lorient qui devient un des plus grands festivals de musique français au début des années 2000 accompagnent cette période de transition.


La présence de monuments mégalithiques confirme le peuplement du pays de Lorient à partir de 3 000 ans av. J.-C. Des vestiges de voies romaines (reliant Vannes à Quimper et Port-Louis à Carhaix) confirment l’occupation des Gallo-romains.

La Compagnie française pour le commerce des Indes orientales est créée par Colbert en 1664. Elle reçoit par une ordonnance de Louis XIV de juin 1666, des terres à Port-Louis ainsi que de l’autre côté de la rade au lieu-dit du Faouédic. L’un des directeurs de celle-ci, Denis Langlois, y achète en août 1666 des terres au fond de la rade, au confluent du Scorff et du Blavet, et y fait construire des cales. Le lieu ne fonctionne dans un premier temps que comme une annexe des installations de Port-Louis où se trouvent les bureaux et les magasins de la compagnie. L’implantation est plusieurs fois menacée d’abandon les années suivantes, mais en pleine guerre de Hollande, la Compagnie des Indes décide en 1675 d’abandonner sa base du Havre, trop exposée en temps de guerre, et d’y transférer ses infrastructures. Dans le domaine qui prend le nom de l’Enclos, la compagnie construit alors une chapelle, des ateliers, des forges, et des bureaux, et elle quitte définitivement les berges de Port-Louis.

La Marine royale s’implante elle aussi en 1690 sur le site sous l’impulsion du fils de Colbert qui a hérité la charge de secrétaire d’État de la Marine de son père, et des corsaires venant de Saint-Malo y trouvent aussi refuge au même moment. La ville se développe en dehors du périmètre de l’Enclos à la suite d’un arrêt de 1700 qui oblige les populations à quitter les abords de celui-ci pour s’installer sur la grande lande du Faouédic. En 1709, la paroisse de Lorient est créée à partir de celle de Ploemeur. La ville compte alors en 1702 quelque 6 000 habitants, mais les activités de la Compagnie des Indes comme celles de la Marine royale restent réduites, et la ville commence à décliner.

La ville connait une nouvelle période de croissance lorsque John Law de Lauriston crée la Compagnie perpétuelle des Indes en rachetant plusieurs autres compagnies commerciales, et qu’il choisit Lorient comme base pour ses opérations. Malgré l’effondrement du système de Law en 1720, la ville connait une nouvelle phase de développement. C’est pendant cette période que la ville prend part au commerce triangulaire, et que 156 navires y participent entre 1720 à 1790 en déportant quelque 43 000 esclaves. En 1732, la Compagnie décide de transférer de Nantes à Lorient le siège de toutes ses ventes, et demande à l’architecte Jacques Gabriel de construire de nouveaux bâtiments en pierre de taille pour accueillir ses activités, et pour embellir l’espace de l’Enclos. Les ventes s’y font à partir de 1734, et on y traite jusqu’à 25 millions de livres tournois. Le monopole de la Compagnie est cependant aboli en même temps que celle-ci en 1769 sous l’influence des physiocrates.

La ville profite de la prospérité de la Compagnie, et l’on compte 14 000 habitants en 1738, et 20 000 en comptant la population des faubourgs de Kerentrech, Merville, La Perrière, Calvin, et Keryado. En 1735, on trace de nouvelles rues tirées au cordeau dans l’intramuros, et en 1738 la ville acquiert le statut de communauté de ville. Des travaux d’embellissement commencent alors, comme le pavage des rues, la construction de quais et de cales en bordure du ruisseau du Faouédic, ou encore la démolition de chaumières remplacées par des maisons copiées sur les modèles de l’Enclos. Des murailles sont érigées en 1744 pour fermer la ville, et sont mises à contribution dès septembre 1746 par un raid anglais contre la ville. La fin de la Compagnie perpétuelle des Indes entraine cependant la perte d’environ un septième de la population de la ville.

La ville commence sa reconversion avec l’achat par le roi des installations de la Compagnie pour 17 500 000 de livres tournois pour y installer sa marine. La guerre d’indépendance américaine amène à celle-ci un surcroit d’activité à partir de 1775, et plusieurs corsaires utilisent la ville comme port d’attache. À la fin de la guerre, plusieurs lignes transatlantiques sont ouvertes vers les États-Unis, et dès 1785, une nouvelle compagnie commerciale est créée, la Compagnie de Calonne, et s’installe à Lorient.

Lorient, épreuve de luxe.

La Révolution française et les guerres contre l’Angleterre qui suivent mettent fin aux activités commerciales à Lorient pendant près de deux décennies. La ville acquiert grâce à son soutien à la Révolution le titre de chef-lieu de canton en 1790, de chef-lieu d’arrondissement et de chef-lieu d’arrondissement maritime en 1800, un tribunal de première instance la même année, ainsi qu’un bagne en 1795.

Les activités maritimes de la ville déclinent au début du XIXe siècle, et l’arsenal comme le port de guerre tournent avec une activité réduite pendant une période qui s’étend jusqu’à la Restauration et la Monarchie de Juillet. Elle se tourne alors vers des activités administratives36, et reçoit un cours secondaire en 1822 qui préfigure un collège puis un lycée, un lazaret en 1823, et une caserne en 1839.

La ville commence à se moderniser dans la première moitié du XIXe siècle : l’arsenal commence sa modernisation avec l’ouverture d’une première forme de radoub due à Antoine-Élie Lamblardie, puis d’une première cale couverte en 1825, une usine de conserves de sardines utilisant la méthode Appert ouvre en 1825, et une usine à gaz ouvre en 1845.

L’arrivée de la machine à vapeur dans la deuxième moitié du XIXe siècle permet aux ports de relancer leurs activités. Une première locomotive franchit le Scorff en 1865 sur un viaduc construit pour la ligne de Savenay à Landerneau, la première ligne de chemin de fer desservant la Bretagne sud. La première forme de radoub est agrandie et une deuxième est ouverte en 1861. La même année, la frégate cuirassée La Couronne sort de l’arsenal, suivie en 1876 et 1879 des cuirassés La Dévastation et Le Redoutable.

La marine de guerre rapidement accroissait les tonnages et le tirant d’eau de ses unités. En 1881, le cuirassé “La Dévastation” s’échouait dans la passe Est de la rade, et la ville se vit ainsi rétrogradée en port militaire de second ordre, mais resta un chantier de constructions navales.

Mais Lorient était aussi alors une ville de garnison (le 62e régiment d’infanterie et le 1er régiment d’infanterie coloniale y étaient basés).

En 1898 est créé le réseau du tramway de Lorient développant plusieurs lignes à travers la ville. Il fonctionna jusqu’en 1944.

La pêche commence à se développer à cette époque à la suite de la création de la criée municipale en 1889, et à l’arrivée du premier chalutier à vapeur en 1900. Dès 1909, le trafic lorientais égale celui des trois ports de Douarnenez, Pont-l’Abbé et Concarneau réunis.

Le port de pêche se développe après la guerre de 1914-1918 : l’apparition du moteur sur les bateaux de pêche rend Lorient aussi compétitif que Groix et Étel. Le port de pêche de Kéroman est créé à partir de 1920. La région connaît une immigration italienne notable; des maisons à l’talienne sont construites en nombre à cette époque.

En 1941, les Allemands, qui occupent alors la France, choisissent d’établir à Kéroman un des quartiers généraux de leur flotte sous-marine. Mais très vite, les sous-marins seront l’objet de constants bombardements de la part de l’aviation alliée. Il est donc décidé d’ériger la plus grande des bases de sous-marins allemands de la Seconde Guerre mondiale où s’installeront les deuxième et dixième flottilles. L’amiral Dönitz installe son état-major au château de Kernevel.

Lorient sera presque entièrement rasée en 1943-1944 par les bombardements alliés qui échoueront dans l’objectif de détruire la base des sous-marins, malgré le déversement de 4 000 tonnes de bombes.

La garnison allemande ne déposera les armes que le 10 mai 1945, c’est la reddition de la poche de Lorient. La ville de Lorient, « morte pour la France », est décorée de la Légion d’honneur en 1949 et de la Croix de guerre 1939-1945.

Dès 1943, c’est l’architecte urbaniste Georges Tourry qui est nommé responsable du projet de reconstruction. En avril 1945, le ministère de la Reconstruction préconise la construction de baraques provisoires en bois. Ces baraquements étaient livrés en kit et il suffisait de les monter sur place. On compte en 1948, vingt-huit cités sous l’autorité de la ville de Lorient, l’agglomération en comptera plus d’une vingtaine supplémentaires réparties entre les villes de Ploemeur, Lanester, Hennebont, Quéven. Ces quartiers provisoires sont parfois composés de plus de 280 maisons. Chacune de ces baraques avait des spécificités différentes selon leur origine (suédoise, finlandaise, suisse, française, américaine, canadienne). Pendant ce temps, les militaires utilisent une prise de guerre, un trois-mâts école allemand, rebaptisé Duchesse Anne comme logement pour les sous-mariniers ou dortoir pour colonies de vacances. La période dite provisoire durera entre 10 et 40 ans selon les implantations. Le centre-ville et les faubourgs proches sont progressivement reconstruits au cours des vingt années qui vont suivre. Dans le centre-ville, seuls quelques bâtiments subsistent pour témoigner de l’époque de la Compagnie des Indes.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *