La noix de cajou.

La noix de cajou ou anacarde est le fruit de l’anacardier (Anacardium occidentale), arbre originaire d’Amérique tropicale. C’est une drupe dont la coque contient une résine caustique et allergisante, avec à l’intérieur une amande comestible qui après avoir subi une série d’opérations de séchage, chauffage, décorticage et torréfaction acquiert toutes ses qualités gustatives. Elle peut alors être consommée telle quelle ou servir en cuisine (comme l’arachide). En Europe, elle est principalement commercialisée grillée et salée, en tant qu’amuse-gueule à l’apéritif.

Elle se développe à l’extrémité d’un pédoncule juteux et comestible qui est un faux-fruit appelé pomme de cajou (ou pomme-cajou dans les départements et régions d’outre-mer français) qui sert maintenant à faire un jus qui après filtration et pasteurisation est vendu en bouteille.

Dans le marché mondial des fruits à coque (non décortiqués), la noix de cajou arrive en tête en tonnage avec 4 087 563 tonnes en 2016, devant l’amande et la noix commune, par contre en valeur de la production (4 287 966 1000 int. $), elle est derrière l’amande et la noix.

Remarquons que comme c’est généralement le cas pour les termes désignant des fruits à coque, les termes noix de cajou et anacarde, peuvent suivant le contexte désigner soit 1) le fruit de l’anacardier en entier, soit 2) la graine (ou amande) une fois débarrassée de sa coque toxique.


La première description en français vient de l’explorateur André Thevet qui séjourna en 1555-1556 dans la baie de Rio de Janeiro (Brésil), et qui décrivit dans Les Singularitez de la France antarctique (1557), le manioc, l’ananas, l’arachide, le pétun (tabac) et la noix de cajou (d’après l’appellation des Amérindiens tupis) :

« Acaïous, portans fruits gros comme le poin, en forme d’œuf d’oye. Aucuns en font certain bruvage, combien que le fruit de soy n’est bon à manger, retirant un goust d’une corme demy mure. Au bout de ce fruit vient une espèce de noix grosse come un marron, en forme de rognon de lievre. Quant au noyau qui est dedans, il est tres bon à manger, pourveu qu’il est passé legerement par le feu. L’écorce est toute pleine d’huile, fort aspre au goust… » (Singularitez, 1557).

Dans l’arbre, la noix de cajou est surmontée d’un gros pédoncule, charnu et juteux, de couleur jaune à rouge, nommé la « pomme de cajou ». C’est un faux-fruit comestible. Le fruit (au sens botanique) de l’anacardier est une drupe dont la coque est composée de deux coquilles, l’une à l’extérieur de couleur verdâtre et fine, l’autre interne de couleur brune et dure, séparées par une structure à cavités qui contient une résine phénolique caustique constituée principalement d’acide anacardique, de cardanol  et de wikt, appelée baume de cajou. Au centre de la noix se trouve une seule amande en forme de demi-lune d’environ trois centimètres de longueur, entourée d’une pellicule blanche. C’est la « noix de cajou », vendue dans le commerce.

En terme botanique, la paroi extérieur de la coque est l’épicarpe, la structure caverneuse moyenne est le mésocarpe et la paroi interne l’endocarpe.

Après la récolte, les noix de cajou doivent être séparées de la pomme en veillant à ne pas laisser de pulpe de la pomme sur la noix. On laisse ensuite sécher les noix 3 à 4 jours sur un sol propre et à l’ombre car le plein soleil entraînerait une imprégnation d’huile toxique dans la graine.

Une fois les graines sèches, on peut les stocker sur palette dans des sacs de jute dans des entrepôts bien aérés en les protégeant de l’humidité. Il faut ensuite procéder au traitement de grillage et décorticage.

Les noix de cajou font l’objet d’une préparation artisanale de la part de personnes aux revenus modestes qui les commercialisent localement. Ce traitement est différent de celui effectué industriellement et utilise le caractère inflammable de la résine contenue dans la coque. D’autre part, ce procédé ne nécessite pas de salage de l’amande qui peut être consommée telle quelle après décorticage.

Voir aussi cette vidéo :

Sources :  Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.