Johannes Stark, physicien.

Johannes Stark (15 avril 1874 à Freihung, Royaume de Bavière – 21 juin 1957) était un physicien allemand. Il a reçu le prix Nobel de physique de 1919 « pour sa découverte de l’effet Doppler dans les rayons canaux et du dédoublement des raies spectrales par les champs électriques1 », ce qu’on appelle aujourd’hui l’effet Stark.


Né à Schickenhof en Bavière, Stark a fait ses études au gymnasium de Bayreuth et plus tard à Ratisbonne. Il a commencé ses études universitaires à l’université de Munich, où il a étudié la physique, les mathématiques, la chimie et la cristallographie.

Il a soutenu son doctorat sur un sujet de physique d’Isaac Newton.

Il a travaillé dans divers postes à l’institut de physique jusqu’en 1900, où il est devenu professeur non salarié à l’université de Göttingen. Il a travaillé dans les départements de physique de plusieurs universités, dont l’université de Greifswald, jusqu’en 1922. En 1919, il a reçu le prix Nobel de physique pour sa « découverte de l’effet Doppler et du dédoublement des raies spectrales par les champs électriques » (ce dernier effet est connu sous le nom d’effet Stark).

Dès l’arrivée des nazis au pouvoir en Allemagne en 1933, Stark est nommé président de l’Institut physico-technologique (Physikalische-technische Reichsanstalt), puis en 1934 président de la Deutsche  Forschungsgemeinschaft. Il conserve ces postes jusqu’à sa retraite en 1939. Stark a publié plus de 300 articles, principalement sur l’électricité.

Pendant le régime nazi, il a essayé (avec Philipp Lenard) de promouvoir une physique allemande (Deutsche Physik ou « physique aryenne », mouvement contre la « physique juive » d’Albert Einstein).

Il s’est marié avec Luise Uepler, et ils ont eu cinq enfants.

À partir de 1924, Stark a soutenu Hitler. Pendant le régime nazi, il a tenté de devenir le Führer de la physique allemande par le biais du mouvement Deutsche Physik (« physique allemande »), avec son collègue Nobel Philipp Lenard, contre la « physique juive » d’Albert Einstein et Werner Heisenberg (qui n’était pas juif). Après que Werner Heisenberg a défendu la théorie de la relativité d’Albert Einstein, Stark a écrit un article colérique dans le journal SS Das Schwarze Korps, qualifiant Heisenberg de « juif blanc ».

Le 21 août 1934, Stark a écrit au physicien et collègue lauréat du prix Nobel Max von Laue pour l’inviter à suivre la ligne du parti. La lettre était signée d’un Heil Hitler.

Dans son livre de 1934 Nationalsozialismus und Wissenschaft (« National-socialisme et science »), Stark a soutenu que la priorité du scientifique était de servir la nation : ainsi, les domaines de recherche importants étaient ceux qui pourraient aider la production et l’industrie allemandes d’armes. Il a attaqué la physique théorique comme « juive » et a souligné que les positions scientifiques dans l’Allemagne nazie ne devraient être détenues que par des Allemands de sang pur.

Écrivant dans le magazine officiel SS Das Schwarze Korps, Stark a soutenu que même si l’antisémitisme racial triomphait, ce ne serait qu’une « victoire partielle » si les idées « juives » n’étaient pas défaites de la même manière.

En 1947, à la suite de la défaite de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, Stark a été classé comme « délinquant majeur » et a été condamné à quatre ans d’emprisonnement avec sursis par un tribunal de dénazification.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.